Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'ex entraîneur du Tours FC Olivier Pantaloni demande 176 000 euros d'arriérés de salaires à son ancien club

-
Par , France Bleu Touraine

En octobre 2014, l'ancien entraîneur du Tours FC, Olivier Pantaloni quittait ses fonctions à la suite de tensions avec le président Jean Marc Ettori. La question est de savoir qui des deux parties doit porter la responsabilité de la rupture du contrat.

© Maxppp

L' affaire opposant le  Tours Football Club à Olivier Pantaloni a été examinée devant le conseil des prud'hommes de Tours ce mercredi. Une affaire un peu surréaliste parce que très rare dans le monde du ballon rond. Généralement lorsqu'un président de club se sépare de son entraîneur en cours de saison, un accord à l'amiable est trouvé. Ici ce n'est pas le cas.

Nous sommes fin octobre 2014, cela ne va plus entre Olivier Pantaloni et Jean Marc Ettori. La veille du match face à Châteauroux, à l'entraînement, un huissier se présente et demande à l'entraîneur de quitter le terrain. Pour l'avocat du TFC l'argument est tout trouvé : Pantaloni est fautif car il a adressé  juste avant cette rencontre, sa lettre de démission. Trois semaines plus tard, il signe à l'AC Ajaccio.

Le TFC  évalue son préjudice à 368.000 euros

En face on explique qu'un accord à l'amiable avait été envisagé et que dans ce milieu, il est de coutume pour la rupture d'un CDD de démissionner. L'avocat de l'ancien entraîneur de Tours, qui est aussi l'avocat des Girondins de Bordeaux, explique que son client s'est fait berner. Un bras de fer est engagé. Pantaloni réclame 176 000 euros d'arriérés de salaires et le TFC demande 368 000 euros de préjudice. Jugement le 27 avril.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu