Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

L’OM à Lorient : express la victoire, sinon rien

dimanche 5 mars 2017 à 0:20 Par Tony Selliez, France Bleu Provence et France Bleu Vaucluse

Ce n’est pas toutes les semaines que l’Olympique de Marseille encaisse 9 buts en 2 matchs. Encore heureux. Après ses deux revers face à Paris et Monaco, l’OM espère un rebond salvateur à Lorient ce dimanche (15h).

Bernard Casoni, entraîneur de Lorient depuis le 08 novembre 2016, et ex joueur et entraîneur de ... l'OM
Bernard Casoni, entraîneur de Lorient depuis le 08 novembre 2016, et ex joueur et entraîneur de ... l'OM © Maxppp -

Lorient, France

Ce n’est pas toutes les semaines que l’Olympique de Marseille encaisse 9 buts en 2 matchs. Encore heureux. Après ses deux revers face à Paris et Monaco, l’OM espère un rebond salvateur à Lorient ce dimanche (15h).

Les hommes de Rudi Garcia font le dos rond depuis le début de la semaine. La récolte au fond des filets de Yohann Pelé dépasse les pires craintes depuis dimanche dernier : 5 buts encaissés contre Paris dimanche, 4 face à Monaco 3 jours plus tard.. le tout au stade Vélodrome. De quoi fissurer quelques certitudes avant le déplacement à Lorient ce dimanche.

Un mois de mai décisif ?

Le vestiaire a certes eu droit à une remontée de bretelles, mais les joueurs marseillais ont au moins la lucidité de reconnaître qu’ils n’ont plus vraiment de joker désormais. Et Rudi Garcia préfère voir le verre à moitié plein.. que le verre à moitié vide.

« Un coach doit utiliser la carotte et le bâton. Je suis assez proche de mes joueurs pour les protéger souvent. Quand c’est nécessaire, ils ont besoin aussi d’être bousculés un peu, et de me démontrer à moi – si ce n’est à eux-mêmes – qu’ils peuvent faire beaucoup mieux » Rudi Garcia

Avantage : en Ligue 1, ils n’ont déjà plus à passer les obstacles Paris, Monaco ni Lyon d’ailleurs. En revanche, s’ils ont déjà coché le rendez-vous contre St-Etienne mi-avril…. dans la dernière ligne droite au mois de mai, ils reçoivent Nice avant d’aller à Bordeaux, 2 autres clients de poids dans leur quête européenne. Et évidemment, ce n’est surtout pas contre Lorient que cet OM peut se permettre de laisser filer des points..

« On n’est pas vexé parce qu’on est des compétiteurs ; on a à cœur de faire oublier ces deux défaites. Paris a été une grosse claque. Contre Monaco, on avait à cœur de réagir : ça a été fait à 50% même si on a perdu, parce que l’état d’esprit était là » Grégory Sertic

Au match aller, au Vélodrome, l’OM de Franck Passi s’était imposé 2-0 (Buteurs R.Cabella et B. Gomis) face à Lorient. Depuis, les deux clubs ont changé d’entraîneurs ; et Marseille a même changé de propriétaire. Aujourd’hui, l’OM espère encore ne pas rater le wagon européen, alors que Lorient caresse un infime espoir de .. ne pas descendre et de rester parmi l’élite. Les Merlus sont derniers de la classe et leur dernier succès remonte au 04 février (1-0) à Lille. Mais le mois de mars n’épargne pas les hommes de Bernard Casoni. Dimanche prochain, c’est au tour du PSG de se déplacer au Moustoir.

Les joueurs marseillais, eux, ne jouent pas que leur fin de saison. Ils jouent aussi leur avenir au club. Qui aura sa place l’an prochain dans l’ambitieux projet de F. McCourt ? Qui va garder son totem d’immunité ? Qui va éteindre sa flamme ? Dans le rôle de Denis Brogniard sur l’île de Koh Lanta, un Rudi Garcia qui promet n’avoir encore écarté personne. Difficile à croire. Mais difficile aussi pour lui de condamner publiquement des joueurs qui peuvent au moins rendre service jusqu’à la fin de saison.

« Il y a des cas loin d’être tranchés. Aux joueurs de montrer qu’ils ont envie de faire partie du projet » Rudi Garcia

Sans le crier sur les toits, l’OM attaquerait bien sa prochaine saison avec un horizon européen, même s’il faudra de toute façon se contenter au mieux de l’Europa League. La Coupe d’Europe est dans l’ADN de l’Olympique de Marseille, et la disette est longue déjà. Sans compter que, début mars, les hommes de Rudi Garcia sans être en roue libre n’ont déjà plus que le championnat à disputer. La Coupe de la Ligue et la Coupe de France, ils les regarderont désormais à la télé.

« Il n’y a pas de pression d’objectif précis mais (..) je suis toujours positif, et si on veut progresser dans le projet, ce groupe-là a la valeur pour finir dans les 6 premiers et ça peut vouloir signifier l’Europa League au bout » Rudi Garcia

Sanson, Bedimo et Sakaï sont bien dans le groupe

Préparer un rendez-vous face au PSG ou Monaco est certainement plus stimulant. Mais l’OM n’est pas en position de choisir ses matchs. Et l’étape lorientaise à ne surtout pas néglige, même si les Bretons se sont déjà inclinés à 6 reprises devant leur public et sont aussi derniers du classement à domicile.Personne à Marseille n'a oublié la déconvenue à Metz (défaite 1-0 le 03 février).

« Marseille doit être européen chaque année. Mais il ne faut pas tomber dans la psychose ; on va sinon se mettre une pression inutile » Grégory Sertic

Bordeaux (vendredi,1-1 face à Lyon) et St-Etienne (samedi, 1-1 à Bastia) n’ont pris qu’un point lors de cette 28e journée de Ligue 1. Une occasion idéale pour se relancer, sachant que Rennes piétine également (1-1 à Metz). Pour ce déplacement, Rudi Garcia peut finalement compter sur des joueurs incertains cette semaine : Bedimo, Sakaï et Sanson. Il choisit aussi de réintégrer le jeune attaquant Leya Iseka, notamment en l'absence de Bafé Gomis, son meilleur buteur, toujours convalescent. Patrice Evra lui aussi manque à l'appel