Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

L'OM ne sait plus gagner

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu Vaucluse

En enchaînant un troisième résultat nul, (1-1) face à Rennes, ce dimanche soir, au Vélodrome, l'OM marque le pas. Les marseillais, qui alternent le médiocre et l'allant offensif, avancent trop doucement en ce moment

C'est grâce à la tête décroisée de son défenseur croate Caleta-Car, sur corner, que l'OM a égalisé (1-1) en début de seconde période
C'est grâce à la tête décroisée de son défenseur croate Caleta-Car, sur corner, que l'OM a égalisé (1-1) en début de seconde période © Maxppp - Nicolas VALLAURI

Marseille, France

Même le Livvret A, pourtant au plus bas depuis quatre ans, rapporte plus. Avec ce troisième match nul de suite (1-1) face à Rennes, les footballeurs marseillais jouent aux écureuils low cost. Trois points grignotés sur neuf possibles après en avoir fait carton plein sur leurs trois matches précédents, ça fait peu. Et cela ne permet pas à l'OM de monter sur le podium de la Ligue 1, seulement de s'en approcher (5ème, à 3 longueurs de Nantes (3e) et Angers (2e).

Il faut dire que l'OM ne mérite pas d'y grimper en ce moment. Après sa deuxième période insipide à Dijon, en début de semaine (0-0), l'équipe phocéenne a débuté par un premier acte lamentable face à des rennais pourtant en manque de confiance. 45 minutes insignifiantes après lesquelles les marseillais sont menés logiquement (0-1) par le but de Niang (20e), ne se procurant pas une seule occasion (0 tir cadré) ! A vous faire regretter Clinton Njié!

La baguette (presque) magique d'André Villas-Boas

Alors, on a droit à une bronca du Vélodrome (plus de 44 000 spectateurs). "De façon inexplicable, on a montré deux visages. Il y a eu énormément de déchet en première mi-temps. On n'était pas bon avec et sans le ballon ne se cache pas Bouna Sarr, passé d’ailier droit à arrière droit. Ce sont peut-être ces changements tactiques du coach qui ont fait que l'on a été mieux en seconde période."

Car après les sifflets, on a eu droit à la baguette (presque) magique d'André Villas- Boas. 

L’entraîneur de l'OM sort Amavi, en grande difficulté, comme souvent, et sifflé par le public, pour faire rentrer l'offensif Radonjic et, surtout, réorganiser son équipe. Des sifflets contre lesquels André Villas-Boas pousse un coup de gueule

Le coup de gueule de l’entraîneur de l'OM après les sifflets du Vélodrome envers le défenseur Jordan Amavi

Un rythme de gastéropode ensuqué

L'effet est immédiat: 4 joueurs changent de poste, ce qui n'est pas rien et en 5 minutes, l'OM égalise de la tête sur corner grâce à Caleta-Car.

Un OM au deux visage face à Rennes et qui avance guère depuis trois rencontres

Schizophrène, cet OM se créé quelques occasions par Benedetto, trop gourmand, ou Sarr. Mais voit aussi son gardien Mandanda le sauver en fin de partie, sur deux arrêts réflexe, coup sur coup, de grande classe. Des marseillais qui grignotent. Des écureuils au petit appétit. 3 matches nuls de suite : 3 points en 3 matches. "On a beaucoup d'absents et des absents de taille (les défenseurs Kamara et Alvaro Gonzalez, les attaquants Payet et Thauvin) souligne Stève Mandanda. Mais le groupe essaie de réagir à sa manière et de belle façon, c'est ce que l'on a fait en seconde période poursuit le capitaine de l'OM. Mais on n'avance pas beaucoup avec ces matches nuls".

A un rythme de gastéropode ensuqué. Qui permet quand même à un OM dans le dur d'être 5ème, avec 13 points, à 3 longueurs du podium. On se rassure comme on peut avant d'aller à Amiens, le 16ème, ce vendredi 4 octobre.

Choix de la station

France Bleu