Football

L'OM proche du néant face à Guingamp

Par Jérémy Marillier, France Bleu Provence et France Bleu Vaucluse lundi 11 janvier 2016 à 2:07

Javier Manquillo au sol après avoir raté l'une des rares occasions marseillaises
Javier Manquillo au sol après avoir raté l'une des rares occasions marseillaises © Maxppp

En clôture de la 20e journée de Ligue 1, l'OM n'a pas pu faire mieux qu'un match nul 0-0 contre Guingamp. Une rencontre "catastrophique", selon Mandanda", qui pose des questions pour l'avenir.

La lecture du résumé de cet OM - Guingamp va être rapide à lire, puisqu'il ne s'est rien passé, ou très peu. Une frappe de Manquillo au point de pénalty détournée par Lossl juste avant la mi-temps et puis une tête de Rolando qui heurte la transversale sur un corner de Barrada au retour des vestiaires. Et voilà...

5,25/20 pour les spectateurs de Canal +

L'OM n'avait pourtant pas le choix, il devait s'imposer au Vélodrome, renouer avec ce succès qui le fuit dans son stade depuis septembre pour se rapprocher des équipes de tête. Surtout face à une équipe bretonne en plein doute, 19e et qui restait sur cinq défaites de rang.

Sauf que les Marseillais ont été incapables d'emballer ce match, ne serait-ce que d'y mettre un soupçon de rythme. Les supporters présents (moins de 30.000 sans doute) ont assisté à une parodie de football. Les spectateurs de Canal + ne s'y sont d'ailleurs pas trompés, adressant une note de 5,25 à cette rencontre, la pire de l'histoire de la chaîne.

"C'était catastrophique. On n'a rien fait, rien produit, pas d'occasions. C'était triste. Il ne faut sans doute pas chercher trop loin : on est juste moyen, tout simplement. À partir du moment où l'on n'arrive pas à trouver la solution... " a constaté Steve Mandanda, capitaine de l'OM.

"Certes, Guingamp était venu pour défendre, mais on doit être capable, chez nous, de faire la différence. Nous sommes en milieu de tableau, et on ne mérite pas mieux". Steve Mandanda, capitaine de l'OM.

Même si l'Olympique de Marseille était privé de nombreux éléments (Lucas Ocampos se blessant également pendant le match), cette bouillie de football va laisser des traces.

L'OM a-t-il atteint ses limites, celle d'une équipe sans véritable fond de jeu ? Peuvent-ils viser plus haut que leur onzième place ? L'avenir nous le dira, mais l'année 2016 démarre vraiment d'une triste manière, dans un Vélodrome à moitié vide, mais rempli de colère.