Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

L2 : Brest doit se faire violence !

jeudi 5 novembre 2015 à 15:53 Par Thomas Lavaud, France Bleu Breizh Izel

Brest reçoit Tours pour la 14e journée de Ligue 2 de football. Avec l'objectif de mettre fin à sa série de deux défaites consécutives, et de retrouver la victoire à Le Blé pour reprendre des couleurs au classement.

Brest avait fait match nul 1-1 à Tours la saison dernière
Brest avait fait match nul 1-1 à Tours la saison dernière © Maxppp - Patrice Deschamps / La Nouvelle République

Brest, France

"Je ne regarde pas le classement aujourd'hui. Les écarts sont très réduits. Cette place est un cliché à l'instant T." On peut reprocher bien des choses à Alex Dupont, l'entraîneur brestois, mais difficile de le contredire sur ce point tant la Ligue 2 est illisible, imprévisible et resserrée.

Mais il ne faudrait pas, non plus, se voiler la face. Quatorzième de L2, Brest est en grosse difficulté : il n'a pris que cinq points sur les sept dernières rencontres. Seul Ajaccio a fait pire. Et Brest n'affiche que la quinzième défense de la Ligue 2 depuis le début de la saison.

Robert Malm : "Brest manque d'agressivité dans les deux zones de vérité"

"Brest est capable du meilleur comme du pire, commentait l'ex-Brestois et désormais consultant Ligue 2 pour BeIn Sports, Robert Malm, lundi sur France Bleu Breizh Izel. Brest est capable de faire des coups, mais pas de les répéter sur la durée, pour l'instant. Je dis bien pour l'instant. Donc, Brest ne peut faire une série qui permettrait de naviguer dans de meilleures eaux... Il y a de la qualité, mais par moment, ça manque d’agressivité."

Brest doit prendre conscience qu'il est vulnérable quand il ne fait pas les efforts élémentaires. Sur l'égalisation dijonnaise samedi dernier, deux adversaires jouent le ballon de la tête devant le but de Hartock qui se fait fusiller à bout portant par un troisième. Sur le troisième but du DFCO, il aurait fallu plus d'allant à Maxime Brillault pour éviter de se faire "manger" par Tavarès et Thiam. Ces deux buts ont réduit à néant une première période durant laquelle Joan Hartock n'a eu aucun arrêt à faire, et Brest a été très rarement été mis en danger.

"Il faut aussi être tueur offensivement. A Dijon, sur la balle d'égalisation qu'a Bryan Pelé, poursuit Robert Malm, il ne contrôle pas bien le ballon au départ. Mais après, il faut être tueur. J'aurais préféré qu'il envoie la balle au-dessus parce qu'il aurait donné tout ce qu'il avait."

Robert Malm sur FBBI : "Est-ce que le problème n'est pas dans les têtes ?"

"_Plus que l'organisation, ce qui nous pénalise, ce sont ces fautes individuelles dans les zones de vérité. Ce sont souvent des fautes de concentration, _explique Alex Dupont. Il faut corriger ça. Et  c'est aussi le travail de l'entraîneur. Ce n'est pas faute de le travailler au quotidien. Les coups de pieds arrêtés, ça peut faire basculer un match, il faut le marteler. A la perte du ballon, il ne faut pas attendre dix secondes..."

Le scénario avait été, sensiblement, le même lors du dernier match à Le Blé. Malgré un début de match plutôt dominé à défaut d'être maîtrisé, Brest s'est fait surprendre par le réveil des Valenciennois, qui ont marqué  deux fois dans l'axe du terrain en l'espace de trois minutes. A 0-2 à la pause, l'affaire était entendue.

Un onze titulaire remodelé

Qui pour animer le 4-4-2 ? Avec le forfait de Bryan Pelé, touché à la cuisse, Brest perd une partie de sa capacité de percussion. Steven Joseph-Monrose pourrait le remplacer sur l'aile droite du milieu de terrain, à un poste qui devrait lui convenir bien plus que celui d'attaquant. Il avait d'ailleurs été présenté comme un ailier droit lors de son arrivée, l'été dernier, mais n'a encore jamais joué à ce poste.

En attaque, Koubemba pourrait être aligné aux côtés d'Adnane qui retrouve son ancien club.

A la récupération, les forfaits cumulés de Grougi (mollet) et Sankoh (touché à la cuisse à Dijon) pourraient profiter à Manuel Pérez.

Gare à Tours

Le Tours FC est un compagnon de ventre mou, mais le TFC semble bien avoir réussi ce derrière quoi le Stade Brestois court depuis le début de la saison : avoir stabilisé sa défense - la deuxième meilleure de Ligue 2 - pour déployer son jeu d'attaque. "L'apprentissage du gros travail tactique défensif imposé par Marco Simone commence à être bien intégré, analyse Frédéric Launay qui suit le TFC pour la Nouvelle République. Depuis la mi-septembre, on est passé au deuxième étage de la fusée : essayer de trouver un équilibre offensif. Même si ça ne se reflète pas dans les résultats, il y a réellement du mieux. A Sochaux, Valenciennes  ou Lens, Tours aurait pu espérer mieux avec plus de réalisme.

C'est précisément le réalisme qui a manqué aux Tourangeaux, battus 1-0 chez eux, lors de la dernière journée par Le Havre. "Tours craque après vingt secondes, poursuit Frédéric Launay. Mais c'était pourtant l'un des matches les plus aboutis de la saison puisque le TFC a eu six ou sept occasions franches."

Les Brestois devront notamment se méfier de l'Italien Miracoli, capable de prendre des ballons de la tête avec son mètre 91, mais aussi de les conserver grâce à une bonne technique.

Stade Brestois - Tours FC sera à vivre, ce vendredi 6 novembre dès 19 heures 30, sur France Bleu Breizh Izel avec Thomas Lavaud et Greg Robin.