Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

La 200e de Johan Cavalli sous les couleurs de l’AC Ajaccio

vendredi 24 novembre 2017 à 16:04 Par Patrick Rossi et Olivier Castel, France Bleu RCFM

Le stade de Timizzolo ne manquera pas de lui rendre hommage. Johan Cavalli portera à l’occasion de la réception de Reims, et pour la 200e fois, le maillot de l’ACA. Retour sur huit années chez les oursons.

Johan Cavalli fêtera contre Reims sa 200e sous les couleurs de l'ACA
Johan Cavalli fêtera contre Reims sa 200e sous les couleurs de l'ACA © Maxppp -

Ajaccio, France

Fin 2010, les crocodiles nîmois n'en voulaient plus. Olivier Pantaloni a alors renoué les contacts, après avoir raté le coche à l'intersaison. Et le 1er décembre, Johan Cavalli tient fièrement dans ses mains, pour la presse, son tout premier maillot blanc et rouge. Ce sera le plus beau costume de sa carrière. Le 18 floqué dans le dos, il réussit 7 passes décisives en 19 matchs, pour une saison en apothéose.

Johan Cavalli est l'un des artisans de la remontée de l'ACA en L1, là où personne ne l'attendait.

16 octobre 2011, Jean-Baptiste Pierazzi est suspendu. Le meneur de jeu « acéiste » enfile pour la première fois le brassard de capitaine face au PSG de Mahamadou Sakho. Johan Cavalli s'impose comme le métronome de l'équipe, sur le terrain et dans le vestiaire.

2015, il termine meilleur passeur de Ligue 2, avec 11 coups de patte gagnants. Des performances alliées à un caractère de feu, en témoignent ses empoignades ponctuées parfois de cartons rouges, comme dans les derbys face au Sporting Club de Bastia, ou ses altercations avec des supporters trop véhéments à son goût. Il faut tout garder, du personnage.

Il reste, après 377 matchs professionnels, un atout pour son équipe de l’ACA.