Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football
DOSSIER : 100% PSG sur France Bleu Paris

La belle surprise de Michel Denisot à Stéphane Cabrelli, coach de Linas-Montlhéry

-
Par , France Bleu Paris

A l'occasion du passage de Stéphane Cabrelli dans 100% PSG, cinq jours après le match de Linas-Montlhéry (l'équipe qu'il entraîne) contre le PSG (l'équipe qu'il supporte), Pia Clemens lui avait réservé une jolie surprise...

Pia Clemens – Stéphane Cabrelli, vous avez été joueur, notamment à la Berrichonne de Châteauroux. Et avant le match de votre équipe contre le PSG, vous avez reçu un coup de fil qui vous a fait particulièrement plaisir. 

Stéphane Cabrelli – Oui ! Dimanche matin, on était aux vœux du maire de Montlhéry et j’ai eu un appel en absence d’un numéro que je ne connaissais pas. J’ai rappelé sans savoir qui c’était, et c’était Michel Denisot, qui a été mon Président à Châteauroux. Il m’appelait pour m’encourager, me dire de bien profiter de cet événement. Ça m’a vraiment touché, ému, parce que c’est quelqu’un que j’aime beaucoup. Quelqu’un de très humain, de très proche malgré le milieu et les gens qu’il côtoie. Il se souvient des gens. Pourtant Dieu sait que ça faisait longtemps qu’il n’avait pas entendu parler de moi ! Mais il s’est souvenu donc oui, j’étais vraiment très touché par cet appel. 

PC – Ca vous ferait plaisir de savoir ce que Michel Denisot pense de vous ?

SC – Avec grand plaisir… si c’est bien !

PC – Parce que figurez-vous que je l’ai appelé cet après-midi. C’est Jean-Michel Moutier, son ami et ancien directeur sportif, qui a fait l’intermédiaire, et il a tout de suite dit oui. Je lui ai demandé s’il se souvenait de vous en tant que joueur…

Michel Denisot – Je me souviens de lui, je me souviens de son style de jeu. C’était un joueur qui faisait des matchs pleins, un joueur combatif, qui a avait un très bon esprit, un esprit d’équipe. C’est quelqu’un qu’on n’oublie pas.

PC – Ca vous fait plaisir ? 

SC – Oui, c’est vraiment gentil...

PC – Vous, vous l’aviez eu au téléphone avant le match contre le PSG. Moi, je l’ai eu après. Je lui ai donc demandé ce qu’il pensait… de votre équipe. 

Michel Denisot – Ils ont joué au foot, ils ont donné une bonne image de ce qu’est le football, aussi. Moi, c’est le football que j’aime, autant que celui de très haut niveau évidemment. Un très bon état d’esprit, une équipe combative qui a cherché à construire face à des adversaires surpuissants. C’était bien.

SC – C’est tout ce qu’on voulait. C’est ce que j’avais dit à mes joueurs. On avait laissé de côté l’esprit coupe. On savait qu’on ne gagnerait pas. Nous, notre victoire, c’était que les gens nous disent « Vous avez fait un beau match, c’était sympa, vous avez joué ». On a eu pas mal d’éloges à ce niveau-là. Celui de Michel Denisot me fait particulièrement plaisir mais il y a aussi eu celui du Parisien. Dominique Séverac a commencé son article en disant que beaucoup d’équipes de Ligue 1 pourraient prendre exemple sur nous. 

Eric Rabesandratana – Et c’est vrai !

SC – Et moi, c’est ce que j’ai dit aux joueurs : « C’est le plus beau des compliments. C’est votre prime de match. C’est votre victoire ! ». Je pense qu’on a donné une bonne image du football amateur et de la Région parisienne. 

Une émission à réécouter en intégralité ici.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu