Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

La colère des Chamois contre l'arbitrage après la défaite de Niort à Nancy (2-1)

-
Par , France Bleu Poitou

Réduits à dix après l'expulsion sévère d'Olivier Kemen en première période, les Chamois se sont inclinés 2-1 au stade Marcel-Picot. Une nouvelle fois, le scénario ne passe pas dans le camp niortais. Qui a demandé à être arbitré "comme tout le monde".

Pascal Plancque, en colère et frustré, lors de la conférence de presse.
Pascal Plancque, en colère et frustré, lors de la conférence de presse. © Radio France - William Giraud

Nancy, France

Niort a perdu 2-1 sur la pelouse hybride du stade Marcel-Picot lors de la 10ème journée de Ligue 2, concédant sa première défaite de la saison à l'extérieur. Le scénario du match a surtout agacé fortement les Chamois et provoqué frustration et colère dans les rangs deux-sévriens.

Ouverture du score en infériorité numérique

Réduits à dix après l'expulsion sévère d'Olivier Kemen (33ème) en première période, les Chamois ont malgré tout ouvert la marque par Sissoko (41ème), qui a signé un but splendide, son sixième sous les couleurs niortaises cette saison. Mais au retour des vestiaires, Nancy a égalisé par Ciss (48ème) avant de repasser devant cinq minutes plus tard, grâce à Dias Goncalves.

Pascal Plancque : "Une grosse injustice"

Le carton rouge adressé au milieu niortais ne passe pas dans le camp poitevin. Pascal Plancque, l'entraîneur de Niort, a le sentiment "d'avoir vécu une grosse injustice. On a l'impression de ne pas pouvoir lutter à armes égales. Je ne veux pas passer pour une pleureuse mais sur les quatre derniers matches, on peut estimer qu'on n'est pas considérés comme tout le monde".

On demande un peu plus de respect et de considération 

Karim Fradin, président des Chamois, est à son tour venu devant les journalistes donner son sentiment : "Je sais qu'on est les Chamois Niortais, un petit club... Mais on demande un peu plus de respect et de considération. On est l'équipe la plus jeune du championnat. La jeunesse et l'enthousiasme, c'est bien. Mais il faut qu'on soit vigilant par rapport à nous. On espère que la roue va vite tourner, il paraît que ça s'équilibre... donc on a hâte d'avoir des décisions arbitrales un peu plus en notre faveur".

"Les arbitres ont tenu des propos inadmissibles"

L'ailier niortais Antoine Léautey, d'ordinaire l'un des garçons les plus posés de l'effectif, est lui littéralement sorti de ses gonds : "C'est dur. Déjà avec le scénario de la semaine dernière... Les propos que l'arbitre a tenu sont inadmissibles. Il a dit à voix haute à Olivier [Kemen] que si le joueur ne se relevait pas, c'était carton rouge. L'adversaire l'a entendu et est bien évidemment resté au sol. Sur le deuxième but, il y a un hors-jeu flagrant. Enfin, en seconde période, l'arbitre de touche dit à l'un de nos remplaçants que s'il continue de s'échauffer derrière les coupelles, il continuera à ne pas siffler les hors-jeux... C'est grave. Ces décisions qui se répètent depuis plusieurs matches, ça tue mentalement".

Trêve puis réception de l'EAG

Au classement provisoire, les Chamois glissent à la 12ème place. Ils vont pouvoir souffler avec la trêve internationale et tourner la page pour se projeter vers la réception de Guingamp le 18 octobre au stade René-Gaillard. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu