Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

La coupe de France de football : "Du beurre dans les épinards des petits clubs"

jeudi 9 novembre 2017 à 16:44 Par Hervé Blanchard, France Bleu Belfort-Montbéliard

C'est le 7e tour de la coupe de France de football ce weekend. Il reste trois clubs nord francs-comtois en lice. Tous rêvent d'aller très loin dans cette épreuve. Pour les émotions sportives uniques qu'elle procure, mais aussi pour les retombées financières plus qu'appréciables qu'elle apporte.

Un beau parcours en coupe de France : un manne financière appréciable pour les petits clubs
Un beau parcours en coupe de France : un manne financière appréciable pour les petits clubs © Maxppp - Stéphane Guiochon/Le Progrès

Franche-Comté, France

On est encore loin du strass et des paillettes du Stade de France et de la finale de l'édition 2017-2018. Mais la coupe de France fait déjà vibrer tous les rescapés du 7e tour qui se dispute ce weekend. Dans le nord Franche-Comté, le FC Sochaux-Montbéliard (à Villefranche-sur-Saône), l'ASM Belfort (à Fort de France) et le FC Grandvillars (contre Morteau Montlebon) espèrent continuer encore l'aventure un tour, voire plusieurs tours de suite, pour jouir de l'ivresse de la victoire mais aussi pour la manne financière qu'un beau parcours rapporte.

Un beau parcours peut rapporter gros

Aller loin en coupe de France, c'est évidemment intéressant pour renflouer les caisses des clubs. Mais pas tout de suite. Il faut savoir qu'au départ de l'épreuve en août, il y a plus de 7 mille clubs engagés. Ils sont tous attablés autour d'un gâteau de plus 9 millions d'euros à partager. Ça fait du monde. D'autant que les premières récompenses financières ne tombent que pour les qualifiés du 6ème tour. Avec 1 500 euros de dotation de la FFF à ce stade là. Puis ça monte au fil des tours évidemment... 6 mille, 35 mille, 40 mille ..et les sommes se cumulent pour ceux qui vont loin. Comme le FC Sochaux-Montbéliard en 2007. Sochaux vainqueur de l'OM en finale a empoché un gain global de plus de 2 millions d'euros.

Une épopée n'est jamais budgétée

Si une épopée est le rêve secret de chaque club, il est en revanche impossible de la prévoir dans le budget, surtout des petits clubs amateurs. Ils doivent attendre le 7ème tour pour toucher de l'argent. Avant, on se contente entre guillemets du fameux jeu de maillots offert aux vainqueurs. Ces maillots qui deviennent collector avec les sponsors. A Pont de Roide Vermondans (Doubs), on a choisi d'en faire partager tout le monde explique Daniel Maillard, le président de l'USPV :"Avant, on laissait les maillots à ceux qui avaient joué, depuis quelques saisons, on les garde et on les redonne à d'autres licenciés du club, aux jeunes notamment, où à certains qui le méritent pour d'autres actions, et pas forcément aux joueurs de l'équipe fanion. Comme ça, ça fait un souvenir de l'épopée pour tout le monde".

Quoi faire de ces gains ?

Reste que quand ces "petits" clubs créent des exploits et vont loin en coupe de France, les retombées financières sont une véritable aubaine. A Pont de Roide Vermondans, l'aventure jusqu'en 32èmes de finale en 2009 a rapporté plus de 40 mille euros, des gains malheureusement mal gérés après coup. L'ASM Belfort a également connu le bonheur d'atteindre le même stade de la compétition en 2012, avec des dotations similaires : _"Ça a amélioré l'ordinaire" nous explique Jean-Paul Simon, le président belfortain. On a redonné un peu de cet argent aux joueurs, mais ça a surtout servi à soulager le fonctionnement général du club"_. A Grandvillars (Territoire de Belfort), leader de son groupe de Régionale Une (ex-DH), se qualifier ce samedi lui rapporterait 6 mille euros, avec en prime une belle recette à la buvette.

"Plus que du beurre dans les épinards" - Sébastien Rayot, président du FC Grandvillars

Le président du FC Grandvillars ne fait pas d'un parcours en coupe de France une affaire d'argent, mais à la question : "Ça vous ferait quoi de gagner 6 mille euros en passant au 8ème tour ?". Sébastien Rayot trouve des explications concrètes :"Ça servirait à couvrir des frais divers, comme les transports, les équipements, j'emploie et je rémunère également des éducateurs pour les équipes de jeunes (environ 300 licenciés), j'ai donc des charges, tout cet argent serait le bienvenu dans notre budget". Et imaginez alors une qualification en 32èmes de finale .. et la réception du PSG ! Le rêve absolu de tous les petits clubs et donc du FC Grandvillars "Ah ben là, c'est plus du beurre dans les épinards, c'est de la crème" plaisante le dirigeant."On toucherait plus d'un tiers de notre budget annuel (140 mille euros environ) en un seul match, sans compter toutes les autres retombées autour des stars parisiennes". Parce que Neymar face à Grandvillars, c'est sûr que ce serait bien plus que du beurre dans les épinards. Mais chaque chose en son temps, il y a encore 2 matches à gagner pour espérer que ce rêve devienne réalité.

Les clubs francs-comtois engagés dans le 7e tour :

  • samedi 11 novembre : FC Grandvillars-Morteau Montlebon à 17h,
  • le déplacement de l'ASM Belfort à Fort-de-France (Martinique) à 19h heure locale (minuit heure Métropole)
  • le FC Sochaux-Montbéliard à Villefranche-sur-Saône (16h : à vivre en direct et en intégralité dès 15h55 sur France Bleu Belfort-Montbéliard.