Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Coupe du monde féminine de football 2019

La Coupe du Monde féminine de foot crée un "engouement très positif" pour nos clubs manchois !

-
Par , France Bleu Cotentin

Les Bleues de Corinne Diacre donnent le coup d'envoi du Mondial 2019 à la maison, ce vendredi 7 juin ! Un match contre la Corée du Sud à suivre dès 20h sur France Bleu Cotentin. Cela peut-il aider nos clubs manchois ? Entretien avec Pascale Evain, responsable du foot féminin dans la Manche.

Ici face à la Chine fin mai, nos 23 Bleues entament leur Mondial à domicile contre la Corée du Sud, ce vendredi 7 juin à 21h au Parc des Princes.
Ici face à la Chine fin mai, nos 23 Bleues entament leur Mondial à domicile contre la Corée du Sud, ce vendredi 7 juin à 21h au Parc des Princes. © Maxppp - PIERRE ROUANET

Manche, France

Pascale Evain, vous êtes responsable du football féminin dans le district de la Manche. On l'imagine : vous devez bouillir d'impatience en attendant de voir nos Bleues lancer les hostilités ce vendredi 7 au soir !

Pascale Evain : "Oui ! On a très hâte, bien sûr. On en a parlé toute la saison, à tous les niveaux : fédération, ligue et nous aussi dans le district. C’était le fil rouge de toutes nos actions de la saison."

Les Bleues seront en "prime time" sur TF1 et en direct sur les radios, dont la nôtre dès l'avant-match à 20h. Les chaînes de Canal vont aussi diffuser la compétition. Qu'est-ce que vous vous dites ? Enfin une couverture médiatique digne de ce nom ?

"Je pense qu’on a déjà gagné une bataille sur ce point. La médiatisation progresse depuis déjà quelques temps, à vrai dire. Les joueuses l’ont gagné aussi ! En faisant des matchs intéressants, et en étant disponibles pour tout le monde. C’est une belle récompense mais maintenant, il faut aller plus loin."

"Il faut un résultat intéressant. (...) Au moins atteindre le dernier carré."

C’est-à-dire ?

"Il faut essayer d’avoir un résultat intéressant ! Comme le dit la sélectionneuse Corinne Diacre, on n’a encore rien gagné. On est très médiatisés, il y a beaucoup de choses qui se passent. Mais à mon avis, il faut au moins atteindre le dernier carré et les demi-finales ! Que tous les détracteurs se rendent compte de l’équipe qu’on a."

On se souvient qu'en 1998, le nombre de licenciés avait fortement augmenté avec une victoire à la maison. Est-ce que vous croyez au même engouement à la rentrée prochaine dans nos clubs manchois ?

"Oui, surtout qu’on a déjà senti cet engouement la saison précédente, entre les deux Coupes du monde ! La victoire des messieurs l’an dernier a aussi amené beaucoup de filles dans nos clubs manchois. On est à 30% de licences de plus que l’an dernier. Et tout au long de la saison, on a des jeunes filles qui sont arrivées. Je pense qu’il y a quelque chose de lancé, et que ça peut être très positif."

Vous parlez de "jeunes" joueuses, c’est le profil de nos nouvelles footballeuses manchoises ?

"Beaucoup de petites, oui ! 40% de nos effectifs ont entre 10 et 14 ans. C’est vraiment là qu’on a senti l’impact de la coupe du monde passée, et de celle qui commence. Déjà, l’image est meilleure. On a moins de parents qui nous disent que ce n’est pas fait pour les filles. C’est important. Et nos jeunes savent aussi qu’elles peuvent avoir un avenir, aujourd’hui. Qu’on peut jouer dans un grand club, qu’on peut gagner de l’argent … même si ce n’est pas encore énorme. Ça motive aussi certains parents."

Tous nos clubs manchois ont-ils une section féminine ?

"Pas tous, hélas. Mais les plus importants. Ceux qui sont en National ou en Régional sont obligés, aujourd’hui, d’avoir une équipe féminine. Certains l’ont fait un peu sous la contrainte, d’autres l’ont fait de bon cœur … Et en général, quand il y a une équipe féminine dans le club, ça apporte du dynamisme. Et tout le monde le reconnaît."

C’est une tendance récente, d’avoir des clubs qui se pourvoient de sections féminines ?

"Oui, c’est assez récent. On a tourné pendant des années avec quelques clubs comme Coutances, Valognes … Et maintenant, on a quand même Cherbourg, Avranches … et Ducey-Isigny, qui ont à peu près 70 féminines. Mais c’est aussi une obligation pour eux de les avoir, rappelons-le !"

Une dernière question inévitable, Pascale Evain : votre pronostic pour nos Bleues en Coupe du Monde ?

"Je les vois en demi-finales … C’est tout ce que je me dis ! Après, tout peut arriver ! Ce serait déjà très bien."

Réécouter l'interview de Pascale Evain sur les ondes de France Bleu Cotentin, ce vendredi 7 juin