Football

La Fédération Française de Football avait déjà averti la mairie de Périgueux en 2010 sur la mise aux normes du terrain

Par Pauline Ben Ali, France Bleu Périgord jeudi 28 janvier 2016 à 0:04

Lors de la victoire contre Lille au stade Rongiéras.
Lors de la victoire contre Lille au stade Rongiéras. © Radio France - Antoine Balandra

Christophe Drouvroy, directeur des compétitions nationales à la FFF, en charge de l'organisation de la Coupe de France rappelle ce mercredi à France Bleu Périgord que la mairie de Périgueux aurait dû réaliser des travaux en 2010 après le match Trélissac-OM en 32ème de finale de Coupe de France.

L'interview intégrale de Christophe Drouvroy, l'un des dirigeants à la FFF.

France Bleu Périgord : Pourquoi avoir délocalisé le match Trélissac-OM à Bordeaux ?

Christophe Drouvroy : La décision a été prise en début de semaine au regard du règlement de la Coupe de France. Au fur et à mesure que les tours passent, les exigences en matière de sécurité évoluent et c'est la raison pour laquelle le club de Trélissac a pu jouer contre le LOSC en 16ème de finale. A ce stade, le règlement prévoit que l'on peut jouer sur un terrain de niveau. 4. Hors à partir des 8ème, le règlement prévoit qu'on passe à un terrain en niveau 3. 

*Quel est le problème avec le stade Rongiéras, __concrètement *? 

Une équipe arrivée aux 8èmes de finale, doit automatiquement jouer sur un terrain aux dimensions réglementaires d'un terrain de football. Ce dernier doit mesurer 105 mètres de longueur sur 68 mètres de largeur. Or le terrain à Périgueux n'a pas ces dimensions là puisqu'il fait 65 mètres de largeur. Cela peut sembler être un détail mais en 8ème de finale de la Coupe de France, tous les matchs doivent se jouer sur un terrain aux dimensions réglementaires. 

Il y avait aussi un problème de sécurité, de barrières...

Exactement, on a tous en tête les images de qualification contre le LOSC et l'envahissement du terrain, ça ce sont des choses qu'on ne peut pas valider en terme de sécurité lorsqu'on prépare un match contre l'Olympique de Marseille. Heureusement, tout s'est bien passé, c'était festif et on comprend que les enfants et même les adultes aient voulu aller à la rencontre des joueurs de Trélissac, mais pour nous ce sont des éléments qui sont rédhibitoires. 

Pourtant le club de Trélissac s'engageait à faire les travaux, non ? 

Effectivement, on a reçu un dossier très complet et c'est la raison pour laquelle je voudrais rendre hommage à la fois à la réactivité du club et des deux mairies, celle de Trélissac et de Périgueux. Ils ont essayé en quelques jours de monter un dossier pour mettre aux normes les installations, mais il est impossible de monter en catégorie un stade avec un dispositif qui n'est que provisoire. On a quand même un regret à la fédération c'est qu'en 2010,  le club de Trélissac avait reçu Marseille en 32ème de finale. Dans les jours qui ont suivi cette rencontre, à la demande de la mairie de Périgueux nous avions fait une visite technique des installations pour faire un état des lieux et pour expliquer quels étaient les aménagements à faire pour qu'elle puisse recevoir de manière récurrente des grands matchs. Or en 2010, ces éléments n'ont pas donné suite à des travaux et c'est la raison pour laquelle on s'est retrouvés, il y a quelques jours, dans une situation où on a retrouvé le stade dans la catégorie 4 qui ne pouvait pas recevoir ce match de 8ème de finale. 

Vous aviez donc déjà averti la mairie que le stade ne pourrait plus accueillir un match de cette envergure ...

Exactement et cela dès 2010, un procès verbal avait été dressé et adressé au club de Trélissac et à la mairie de Périgueux avec la liste des aménagements qu'il y avait à faire pour pouvoir recevoir ce type de match. Mais la mairie de Périgueux, surtout en ces périodes difficiles, peut avoir des choix politiques autres que celle de faire un nouveau stade ou d'aménager l'actuelle enceinte.

Le maire de Périgueux a eu une réaction un peu violente à l'égard de la fédération et de sa décision qu'il a qualifiée de méprisante, vous la comprenez ? 

Je la comprends parce que 'elle est faite sous le coup de l'émotion et des nombreuses réactions de supporters locaux. Après, il n'y a aucun mépris de la part de la fédération, la Coupe de France qui va fêter son centenaire la saison prochaine et engage chaque année 7000 clubs amateurs. Ces clubs sont au contraire choyés et accompagnés tout au long de la Coupe de France. Si je donne un exemple, et c'est tout à fait symbolique, le président de la commission de la Coupe de France, Jean-Pierre Papin avait décidé au tour précédent d'aller soutenir Trélissac dans sa confrontation contre le LOSC, et c'est un signe d'hommage par rapport au travail et à l'épopée que peut vivre un club amateur dans la compétition. Encore une fois on a un règlement qui peut être difficilement compréhensible mais à la fois les dirigeants du club et les élus locaux acceptent d'être dépossédés de cette épopée. On a tous en mémoire les épopées de Calais, de Quevilly, et ces équipes là qui continuent l'aventure deviennent les équipes de toute une région.

Après, étant donné que le match ne se passe pas à Périgueux, c'est compliqué pour les Périgourdins de se déplacer à Bordeaux à plus d'une heure de route donc tout le monde a un peu l'impression que la Coupe de France, qui est censée mettre en lumière les clubs amateurs, ne remplit pas sa fonction d'origine...

Je pense que là on se trompe parce que tous les exploits qui ont été réalisés, Carquefou, Quevilly...tous ces matchs se sont joués dans des grands stades qui ont permis à toute une région de venir supporter cette petite équipe. Lorsque Carquefou a éliminé l'OM, c'était au stade de la Beaujoire à Nantes, et Calais en 2000 a éliminé Bordeaux au stade Bollaert à Lens...

L'OM a t'elle pesé dans cette décision, notamment à cause du terrain très critiqué lors du match contre Lille ? 

Non pas du tout. L'OM n'est pas du tout intervenue. De toute façon, dès le tirage au sort des 8èmes, on savait que Périgueux allait poser ce problème de classement. D'autant plus que l'Olympique de Marseille n'a pas gagné depuis 1977 au stade Chaban Delmas donc je ne suis pas sûr qu'ils soient très heureux d'aller dans ce stade qui leur porte malheur dans toutes les compétitions. 

Dernière question : pourquoi pas Brive au final ?

On a juste dit à Trélissac qu'il ne pouvaient pas jouer sur le terrain de Périgueux. Après c'était à Trélissac de choisir quel était le stade sur lequel ils envisageaient la rencontre. Cela aurait pu être Brives qui a déjà reçu le PSG en Coupe de France, ou Libourne Saint-Seurin mais c'est Trélissac qui a pris cette décision. Sans doute parce que les Girondins de Bordeaux et le club de rugby de l'Union Bègles Bordeaux ont déjà assuré un soutien logistique dans l'organisation du match en signe de solidarité.