Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : comment les clubs de football amateurs vont-ils redémarrer ?

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

On ne sait pas quand, mais on peut déjà se demander comment les clubs de football vont redémarrer après cette crise sanitaire du coronavirus. A l’arrêt, championnats terminés, loin de leurs licenciés, la ligue du grand est a réalisé un sondage auprès d’eux.

Un terrain de football dans une petite commune (illustration), où ont lieu des matches amateurs.
Un terrain de football dans une petite commune (illustration), où ont lieu des matches amateurs. © Radio France - Aurélien Accart

Après des semaines à l’arrêt sans espoir de reprendre le championnat et les coupes, comment se portent les clubs de football ? En Moselle, ils sont environ 370 pour 42.000 licenciés. La ligue du grand est de football a fait un sondage auprès des 1.500 clubs de la région (210.000 licenciés) et environ un tiers des associations ont répondu. Les résultats sont détaillés ici.

Des finances en péril ?

Ils sont une écrasante majorité, environ 80%, à être inquiets par le retrait des sponsors, publics et privés. Pour Stephane Heili, directeur développement à la Ligue, la 2e vague risque d'être économique mais il reste positif : "Tout le monde n’a pas souffert de la crise du coronavirus, je pense par exemple à la grande distribution qui est très impliquée auprès des associations sportives. Après la question se posera pour le bistrot, la boulangerie qui donnaient quelques centaines d’euros et qui là auront certainement d’autres priorités. Mais en même temps, le bistrot du village aura intérêt que le club de foot continue d’exister et inversement". 

Un fonds national de solidarité abondé par la FFF, la LFP et les districts de foot apportera un coup de pouce financier au moment de la reprise, en fonction du nombre de licenciés. 

Les dirigeants de club ont-ils le moral ?

Pour Stéphane Heili, de la Ligue du grand est de football, "la bonne surprise est qu’il n’y a pas de sinistrose majoritaire. Dans le monde sportif on est _habitué à s’adapter_, chaque saison en fonction des montées et des descentes, donc les dirigeants se font donc confiance". 

Comment la vie des clubs va-t-elle changer avec les gestes barrières ?

"Nous allons les aider à revoir l’accueil, comme la désinfection des vestiaires quand les équipes s’y succèdent. Là, il y a une demande d’aide des clubs. Et puis, il faudra qu’on les aide à rassurer les parents. Certains ne veulent plus mettre leurs enfants dans des sports collectifs".

Retrouvez la chronique "la relance éco" à 7h15 tous les jours sur France Bleu Lorraine.

France Bleu Lorraine est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Chaque jour à 7h17, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc.). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess