Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

"La relance éco" : la ligue de foot Nouvelle Aquitaine veut un million d'euros pour aider les petits clubs

-
Par , France Bleu Limousin

Dans "la relance éco", nous nous intéressons ce lundi à la situation financière des clubs de football en Limousin. Pour faire face dans les mois à venir, le président de la Ligue Nouvelle-Aquitaine, le limougeaud Saïd Ennjimi, a décidé de demander un Prêt Garanti par l'Etat d'un million d'euros.

Le printemps a été douloureux pour le football en Nouvelle-Aquitaine (photo d'illustration)
Le printemps a été douloureux pour le football en Nouvelle-Aquitaine (photo d'illustration) © Maxppp - Nicolas CREACH

Dans "la relance éco" ce lundi, on s’intéresse aux clubs de football du Limousin et de la grande région Nouvelle-Aquitaine. Les petits clubs ont été très impactés par la crise sanitaire. Cette année, ils n'ont pas pu profiter des événements de fin de saison, notamment les tournois, pour garnir leurs trésoreries. Quant aux clubs de R1, R2, R3, "ils craignent surtout une éventuelle baisse des partenariats à la rentrée" explique Saïd Ennjimi, le président de la Ligue de Football de Nouvelle-Aquitaine. En plus du dispositif national (payé par fédération, ligues et districts) qui prévoit un soutien de 10 euros par licenciés enregistrés au 20 avril dernier pour tous les clubs, il a décidé de contracter un Prêt Garanti par l'Etat d'un million d'euros.

Être prêt à faire feu, à faire face, en cas de graves difficultés

"L'idée n'est pas d'irriguer de la même manière que le dispositif national mais plutôt d'être prêt à faire feu, à faire face, en cas de graves difficultés que pourraient rencontrer nos clubs à la rentrée. En espérant ne pas l'utiliser. Mais si cela est nécessaire, nous n'hésiterons pas" explique l'ancien arbitre originaire de Limoges. "On pourra prêter des euros à nos clubs plutôt structurés, qui ont l'habitude de régler leurs échéances en temps et en heure. On a du recul donc nous serons en capacité de leur faire confiance. Pour les clubs beaucoup plus modestes, ce sera plutôt de la subvention", explique le patron du football dans la grande région. "Mais comme c'est l'argent de tous les clubs, nous serons très attentifs et on aidera vraiment ceux qui sont en grande difficulté" précise-t-il. 

Se servir du PGE et de l'apprentissage pour préparer l'avenir 

L'ancien arbitre professionnel Saïd Ennjimi aujourd'hui président de la Ligue de football Nouvelle-Aquitaine
L'ancien arbitre professionnel Saïd Ennjimi aujourd'hui président de la Ligue de football Nouvelle-Aquitaine © Maxppp - MICHEL CLEMENTZ

Une somme qui à ses yeux pourrait aussi servir son "projet d'employabilité des clubs" via l'apprentissage : "Toute une génération de bénévoles va partir. Ils ne seront pas remplacer par les trentenaires et les quarantenaires. C'est un changement de génération. Ce n'est pas le même engagement ni la même philosophie. Il faut prévoir tout cela", anticipe Saïd Ennjimi qui aimerait s'appuyer sur des aides en hausse de l'Etat concernant le financement de l'apprentissage

"La subvention de l'Etat pour la première année d'apprentissage va passer de 5.000 à 8.000 euros. Chaque club qui prendrait un apprenti, cela lui reviendrai à 100 ou 150 euros par mois pour la première année. Nous, on souhaite soutenir la 2e année", détaille-t-il. En précisant que pour obtenir cette aide, les clubs qui pourront se permettre d'embaucher en apprentissage devront aussi mettre "ce salarié" à disposition des clubs plus modestes.

Bon nombre de clubs sont assez inquiets 

A plus court terme, le président de la Ligue de football de Nouvelle-Aquitaine se réjouit d'un nombre de demande de licences en hausse depuis le début du mois de juin par rapport à la même période l'année dernière. "C'est même étonnant" à ses yeux. Mais il reste très prudent. "Bon nombre de clubs sont assez inquiets. Tout cela va dépendre de la possibilité que le gouvernement va nous offrir de reprendre nos activités de manière assez normal" explique Saïd Ennjimi pour qui les mesures sanitaires, "que l'on comprend tous évidemment", sont une véritable contrainte, à l'image de l’interdiction de l'utilisation des vestiaires ou encore des matches amicaux. "Tout cela est loin d'être évident pour une activité comme le football" conclu-t-il, en appelant à la solidarité et à la bienveillance vis à vis des clubs, de tous les partenaires et à tous les parents, "pour que les clubs puissent passer cette période difficile."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu