Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Laurent Schmitt : "Bruno Carotti est un des trois meilleurs directeurs sportifs en France"

-
Par , France Bleu Hérault

Impliqué dans l'arrivée ou le départ de plusieurs joueurs du Montpellier Hérault, ces dernières années, l'agent Laurent Schmitt travaille aussi avec de nombreux clubs français. Il estime que l'héraultais Bruno Carotti est un des meilleurs à son poste.

Bruno Caortti, directeur sportif du MHSC depuis 2011
Bruno Caortti, directeur sportif du MHSC depuis 2011 © Maxppp - Jean Marie Hevrio

Selon vous, Bruno Carotti est-il l'un des meilleurs directeurs sportifs de France ? Et si oui, pourquoi. 

Pour moi, il fait partie des trois meilleurs directeurs sportifs en France. Si ce n'est le meilleur, parce que celui qui pourrait être devant lui n'est pas français, c'est Luis Campos. Quand on connaît l'exigence de la fonction et les qualités qu'il faut pour être un efficace et être un bon directeur sportif, indéniablement, Bruno a toutes les qualités. 

C'est quoi, justement, les qualités qui font qu'il est au dessus de la pile, d'après vous ? 

Déjà, je pense que c'est quelqu'un qui a beaucoup d'humilité malgré une riche carrière de joueur. On voit beaucoup d'anciens joueurs qui affirment avec beaucoup de certitudes parce qu'ils ont été joueurs. Bruno a fait une très belle carrière, mais il ne dégage pas cette impression. Je pense aussi qu'il est animé d'une vraie volonté de simplifier le schéma des gens qui l'entourent, en premier lieu son entraîneur et son président. Et puis après, je dirais qu'il y a beaucoup de feeling, beaucoup de travail, une organisation qui est bien huilée. C'est aussi se reposer sur des gens de confiance qui, eux aussi, voient des matchs. Mais bon, Bruno Carotti, ce n'est pas seulement le directeur sportif qu'on voit le samedi ou le dimanche avec son équipe. C'est aussi quelqu'un qui sait tourner à des moments précis, quand il le faut dans la saison, pour aller voir des matchs et affiner son oeil. Et puis aussi, un bon directeur sportif, c'est avoir une vraie stratégie quand il veut mener à bien un dossier. Moi, j'ai eu la chance, et je dis bien la chance, parce que c'est un plaisir, de bosser avec le MHSC, donc avec Bruno en premier interlocuteur, souvent. Il sait où il va et comment il y va, quand il veut mener à bien un dossier. 

Quelle est la différence entre un très bon directeur sportif et un bon directeur sportif, ou un chef du recrutement ? 

Je pense que tous ces postes là sont différents. Un bon directeur sportif peut avoir besoin d'un bon responsable de recrutement. Le mots utilisé, c'est plutôt "chief scout". Moi, je pense qu'un bon directeur sportif, c'est celui qui qui rend apaisé le climat entre toutes les personnes du secteur sportif, qui empêche aussi l'entraîneur de se disperser, car beaucoup d'entraîneurs aujourd'hui, malheureusement, ne sont pas bien béquillés par un directeur sportif efficace, ils sont donc obligés de sortir de leur rôle. Idem pour des présidents qui sont obligés parfois de mettre les mains dans le moteur, plus qu'ils ne devraient, parce que le directeur sportif ne maîtrise pas parfaitement toutes les composantes de la mission, à la fin de la négociation, dans l'approche et la stratégie. Donc, pour moi, aujourd'hui, Bruno Carotti réunit tous ces critères et il rend aussi bien fluide le schéma interne et tranquille le travail de Michel Der Zakarian ou de Laurent Nicollin, qui, eux, n'ont pas besoin de se dire : est-ce que le boulot est fait ? Non, le boulot est fait, il est bien fait. Et puis après, ils en profitent. 

Est ce que dans le milieu du foot, selon vous, on parle de Bruno Carotti ? Est-ce qu'on le cite en exemple ?

Trop peu à mon goût. Parce qu'il est discret et qu'il n'aime pas trop qu'on parle de lui. Mais oui, les connaisseurs du foot se rendent bien compte que Montpellier est un club qui avance bien, qui a une vraie stratégie sportive, qui recrute bien. Et qui recrute bien dans deux volets, parce qu'il y a l'apport des joueurs souvent immédiat, souvent complémentaire du reste de l'effectif ou d'une académie qui produit. Cela aussi, c'est un vrai travail. Parce que le directeur sportif qui amènerait des joueurs pas complémentaires de ceux qui sont déjà sur place, il pourrait bien recruter, mais pas bien renforcer l'équipe. Et puis, il y a aussi les actifs créés. Ça fait toujours un peu bizarre de parler d'actifs en parlant de joueurs, mais Montpellier, tout en gardant son image très sympa, familiale, fait des très bons coups et des très belles ventes. Et ça, c'est indiscutable. Donc dans le foot, oui, forcément, Bruno Carotti interpelle. 

En même temps, un bon directeur sportif, c'est suggestif, non ? Dans la mesure où on est bon en fonction aussi de ce qu'on nous demande, n'est-ce pas ? 

Oui, ça, c'est sûr. Le directeur sportif d'un club comme Montpellier, on ne lui demande pas les mêmes choses qu'au directeur sportif d'un club comme Lille, Rennes ou Marseille. Mais le fait de pouvoir s'insérer dans un schéma, de bien remplir ce qu'on demande, c'est aussi la force d'un bon directeur sportif. Prenez l'exemple de Luis Campos : la feuille de route que Gérard Lopez lui demande n'est pas la même que celle que Laurent Nicollin demande à Bruno Carotti. Et pourtant, l'un comme l'autre les mènent à bien. Après, et je pense qu'il va sourire, s'il entend mon propos, je trouve qu'aujourd'hui, Bruno ressemble beaucoup à ce que faisait Robert Budzinski, à Nantes, qu'il a eu la chance de côtoyer en tant que joueur et qui a bonifié Suaudeau, bonifié Denoueix. Et aujourd'hui, je pense que Der Zakarian et ceux qui l'ont précédé sont bonifiés par Bruno Carotti. 

Laurent Schmitt au micro de Bertrand Queneutte

Choix de la station

À venir dansDanssecondess