Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Le coup de gueule de Patrice Lair sur les installations des Chamois niortais

jeudi 29 novembre 2018 à 17:45 Par Noémie Guillotin, France Bleu Poitou

L'entraîneur des Chamois niortais est "énervé" et il le dit. En cause, des installations inadaptées au football professionnel. Patrice Lair regrette que rien n'avance.

Patrice Lair, l'entraîneur des Chamois niortais dit "se poser des questions"
Patrice Lair, l'entraîneur des Chamois niortais dit "se poser des questions" © Radio France - Noémie Guillotin

Niort, France

Lors de la conférence de presse d'avant-match Gazélec Ajaccio/Chamois niortais, Patrice Lair a poussé un coup de gueule. "Depuis quatre-cinq mois je ne vois rien arriver au niveau des installations, c'est de pire en pire et ça me démoralise. Les terrains sont épouvantables. J'attends une cloison depuis plusieurs mois pour que les joueurs puissent faire leur renforcement musculaire le matin sans avoir froid. On me dit toujours "la semaine prochaine". Les Chamois sont 7e de Ligue 2. Mais pour Patrice Lair "les résultats pourraient être meilleurs avec de bonnes installations".

A un moment donné il faut dire stop. Soit on veut la mort du club, soit on veut progresser

Ces problèmes touchent tout le club pour Patrice Lair qui dénonce aussi les conditions d'entraînement des jeunes. "Je suis allé à La Mineraie. C'est déplorable. Il y a des roues de tracteurs sur le terrain. Les jeunes sont obligés d'arrêter l'entraînement au bout de 45 minutes parce qu'il n'y a pas d'éclairage. Les gens qui sont là depuis des années ont fait des miracles par rapport à ces installations. A un moment donné il faut dire stop. Soit on veut la mort du club, soit on veut progresser. Moi je veux avancer".

La direction des Chamois niortais est au courant. "Mais j'ai l'impression de souffler dans un violon", lance le coach. "Il n'y a pas de prise de conscience. Je me pose vraiment des questions. Heureusement qu'il y a mon groupe qui me donne la motivation tous les matins de venir au stade"

Il n'est pas question de faire une deuxième saison à Niort dans ces conditions-là

"Il y a tellement de choses qui sont en décalage avec un club de Ligue 2", poursuit le coach. J'ai été patient mais là ça commence à être très énervant et si mes dirigeants ne réagissent pas, moi je vais réagir. Je ne demande pas à avoir les installations de Lyon ou de Paris mais un minimum. Il n'est pas question de faire une deuxième saison à Niort dans ces conditions-là".