Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : La saison 2018-2019 du FCSM

"Le football véhicule des valeurs populaires" : Peugeot ne compte pas revenir au FC Sochaux et crée la polémique

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon

Le football est un sport qui "véhicule des valeurs un peu plus populaires", en contradiction avec la volonté de Peugeot "de monter en gamme", a estimé ce mercredi soir sur Europe 1 la responsable des partenariats de la marque au Lion. Ces propos ont suscité un tollé sur les réseaux sociaux.

Peugeot est partenaire du tournoi de tennis de Roland Garros depuis 1984 (photo d'illustration)
Peugeot est partenaire du tournoi de tennis de Roland Garros depuis 1984 (photo d'illustration) © Maxppp - Christophe Morin

Sochaux, France

Le FC Sochaux avait-il vraiment besoin de cette polémique ? Face aux difficultés rencontrées par le club, certains supporters réclament un retour de Peugeot, fondateur historique du FC Sochaux. Interrogée sur le sujet mercredi soir sur Europe 1, lors de l'interview éco, vers 22h20, Isabel Salas Mendez, responsable des partenariats de Peugeot, a écarté cette éventualité. Mais les propos qu'elle a tenus ont créé la surprise.

C'est un sport qui ne va pas trop avec nos valeurs"

"Le football c'est un sport qui ne va pas trop avec nos valeurs" (DOCUMENT EUROPE 1)

"Même le poids de l'Histoire ne vous fera pas revenir au FC Sochaux ?" lui demande le journaliste. "Non", répond-elle. "Et en plus, le football c'est un sport qui ne va pas trop avec nos valeurs en ce moment". "Ah bon, Pourquoi ?", insiste le journaliste alors que l'émission touche à sa fin. "Parce que cela véhicule des valeurs un peu plus populaires et nous, on essaye de monter en gamme, donc ce n'est pas d'actualité".

Peugeot partenaire de Roland Garros

"Jusqu'en 2016 on avait une stratégie sponsoring axée (sur) trois sports : le tennis, le rugby, le golf et le football, parce qu'on était propriétaire de ce (Sochaux). En 2016, on a décidé de tout concentrer sur le tennis (Peugeot est partenaire du tournoi de tennis de Roland Garros depuis 1984 NDLR)", a-t-elle aussi expliqué sur Europe 1. Le tennis "c'est le sport qui allait le mieux avec nos valeurs et c'est un sport international qui touche (autant) les hommes que les femmes, pour cela on a abandonné tous les autres sports".

Vives réactions sur les réseaux sociaux

Ces propos ont suscité de vifs commentaires sur les réseaux sociaux de la part des supporters et même des élus locaux. "Il aurait mieux fallu garder le silence comme vous le faites depuis des années plutôt que de sortir des énormités comme cela" écrit sur Twitter Christophe Froppier, vice-président de Pays de Montbéliard agglomération en charge des sports. 

"Vos propos sont à vomir !", réagit dans un autre message Alexandre Gauthier, adjoint au maire de Montbéliard en charge des sports. "N’oubliez pas que ce sont les milieux populaires qui achètent vos voitures même avec une montée de gamme". Le sénateur LR Cédric Perrin qualifie ces propos de "scandaleux". "Le groupe PSA est satisfait de vendre des voitures à toutes les couches de la société", écrit-il également sur Twitter.

Autre réaction ce vendredi matin : celle de l'arrière petit-fils du fondateur du club, Romain Peugeot. Il réagit sur le site internet football 365 et dénonce des "propos scandaleux". "Le patron de cette dame a tout dit en la désavouant, et c’est très bien qu’il l’ait fait car ce sont des propos scandaleux ! Je suis ravi que Jean-Philippe Imparato ait remis lui-même les points sur les i", a-t-il déclaré à nos confrères.

La marque tente d'éteindre la polémique

Dans l'après-midi, Jean-Philippe Imparato, Directeur général de Peugeot, a réagi sur Twitter en parlant de "propos malheureux" : "ni arrogance, ni condescendance chez Peugeot", écrit-il, "car on sait d’où on vient, et qu’on respecte tous nos clients, quelle que soit leur passion sportive".

Le club sochalien vient in extremis de se maintenir sportivement en Ligue 2, mais il est toujours sous la menace d'une rétrogradation administrative en raison de ses difficultés financières. Dans ce contexte, certains supporters militent pour le retour de Peugeot, fondateur et propriétaire historique du club. La marque au Lion a fondé le FC Sochaux en 1928 et a revendu le club en 2015.