Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le futur stade de Bordeaux entraînera-il une montée du hooliganisme ?

-
Par France Bleu Gironde

Dans un tweet très commenté sur les réseaux sociaux , Michèle Delaunay a exprimé ses inquiétudes de voir les hooligans débarquer demain au nouveau stade de Bordeaux, à la faveur du "foot-business". Ces craintes sont-elles justifiées ?

10.000 à 15.000 personnes s'étaient massées place du Trocadéro pour fêter le titre du PSG
10.000 à 15.000 personnes s'étaient massées place du Trocadéro pour fêter le titre du PSG © Maxppp

La prise de position de la ministre bordelaise mardi matin sur Twitter, à propos du futur stade, a alimenté toute la journée les réseaux sociaux. A propos des violences qui ont émaillé lundi soir au Trocadéro, la remise du Trophée de champion de France au Paris Saint-Germain, Michèle Delaunay écrivait :  "Avec le Grand stade de Bordeaux, nous aussi nous aurons nos vrais bons hooligans. Ce n'est qu'une des raisons de mon opposition au foot business ".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Hors de propos, hors-sujet, ont jugé à la fois le président des Girondins  et les supporters bordelais, qui estiment qu'il n'y aucun rapport entre les deux, et que les évènements survenus à Paris n'avaient rien à voir avec ce qui se passe à Bordeaux.

Pas de hooligans, mais quelques débordements

Aucun phénomène d'hooliganisme n'a en effet été constaté au Stade Chaban-Delmas, c'est à dire la présence de groupes liés à une quelconque idéologie raciste. La tentative d'infiltration du Virage Nord qui avait eu lieu il y a 18 mois s'était soldée un échec, 14 supporters avaient alors été interdits de stade par la justice .

Celà  n'empêche pas quelques débordements, comme ce caillassage de bus de supporters nancéens le week-end dernier ou ce policier passé à tabac par deux supporters des Girondins lors du dernier Bordeaux-Marseille en novembre.

Des policiers dans les tribunes à chaque match

Les forces de l'ordre disent suivre plus particulièrement un noyau dur de 80 inconditionnels. A chaque match à Chaban, une trentaine de policiers, formés spécialement pour intervenir dans les enceintes sportives, sont présents. Certaines rencontres plus surveillées que d'autres, lorsque Bordeaux reçoit Nice, Marseille, Toulouse ou le PSG par exemple. Il s'agit de matchs face à des équipes, dont les supporters entretiennent de vieux antagonismes avec les supporters bordelais.

Le nouveau stade, une enceinte encore plus sûre

Nous n'aurons pas plus de mal avec ces matchs dit à risques lorsqu'ils se joueront l'avenir au nouveau stade, disent les forces de l'ordre, pour qui "passer de 32 mille à 42 mille spectateurs maximum ne changera pas la donne ". Le président des Girondins Jean-Louis Triaud estime même le contraire : "une enceinte moderne c'est une enceinte mieux sécurisée ".

"Pas de hooligans à Bordeaux, mais un noyau de 80 supporters particulièrement surveillé"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess