Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Le Gazélec Ajaccio ne perd plus, mais continue son surplace

samedi 9 février 2019 à 3:46 Par Nicolas Fillon, France Bleu RCFM

Le GFCA a ramené le point du nul (1-1) de son déplacement chez le Red Star, à Beauvais, vendredi soir. Toujours à 8 points du 18e et barragiste Béziers, les Gaziers peuvent tout de même nourrir quelques regrets : ils méritaient mieux.

Le Gazélec Ajaccio ne perd plus depuis quatre matches en Ligue 2. Mais reste toujours sous la menace du très bas de tableau.
Le Gazélec Ajaccio ne perd plus depuis quatre matches en Ligue 2. Mais reste toujours sous la menace du très bas de tableau. © Maxppp - Jean-Pierre Belzit

Ajaccio, France

Au moins, ils ne perdent plus : cela fait désormais quatre rencontres de suite que les Corses n’ont plus connu la défaite en championnat. Mais le nul engrangé à Beauvais, le troisième de suite en Ligue 2, a de quoi faire enrager. Face au Red Star, lanterne aussi rouge que l’étoile arborée sur l’écusson du club audonien, les hommes d’Hervé Della Maggiore ont livré une prestation solide et même emballante. Si seulement l’inefficacité offensive des corses, l’un sinon le plus grand mal de la saison ajaccienne - avec la méforme à domicile -, avait pu se faire discrète cette fois-ci… Il n’en fut rien. Mais au moins, le GFCA a fait en sorte de repartir avec quelque chose de son déplacement à Beauvais.

Tout du traquenard

Pourtant, la venue du GFCA, 14e de L2 avant la rencontre, chez le dernier du championnat dans l’Oise avait tout du parfait traquenard. Déjà au niveau de la météo : une sacrée libecciata donnant au cuir des airs de ballon de plage suivant le sens du vent (que dire des dégagements ou passes aériennes qui revenaient quasiment à l’envoyeur avec une inertie assez folle), une pluie drue qui n’a pas arrêté de gorger la pelouse hybride du stade Brisson… Sans oublier l’environnement pas vraiment "jouasse" de l’affiche, l’enceinte de dépannage du Red Star accueillant à peine 2 267 spectateurs, et sans les ultras franciliens, ceux-ci boycottant chaque match à Beauvais pour protester contre la délocalisation de leur équipe, pressentie un temps pour jouer à Colombes (Hauts-de-Seine).

Autant de petits événements qui n’ont pas vraiment perturbé les insulaires, qui ont attaqué tambour battant la première période avec de nombreuses situations dangereuses devant la cage du portier audonien et ancien du PSG Nicolas Douchez. Sans pour autant trouver la faille en rentrant aux vestiaires à la pause, après une dizaine de tirs (seulement deux cadrés) et une demi-douzaine de corners. Et ce alors que le GFCA évoluait dans le sens du vent, face une formation francilienne inoffensive.

Pas grand-chose à jeter néanmoins de ces 45 premières minutes grâce à une base arrière sereine agrémentée des retours de suspension du capitaine Damien Perquis et d’Ousseynou Ba, ainsi que de la recrue Alexandre Coeff, auparavant blessé, pour former la défense à cinq ajaccienne avec "Doumé" Guidi et Julian Palmieri. Au milieu de terrain, Mayoro Ndoye et Jimmy Roye, redescendu un peu plus bas que d’habitude, assuraient la transition. Tandis que David Gomis et Romain Armand, excentré sur le côté gauche une fois n’est pas coutume, animaient les ailes pour laisser en pointe Lamine Ndao, autre recrue titulaire pour la première fois de la saison après 30 minutes intéressantes lundi contre le VAFC (0-0 à Mezzavia). 

Belle capacité de réaction

Mais au retour des vestiaires, le Red Star confirma ses belles intentions aperçues en toute fin de première période. Après plusieurs frissons dans la surface du Gaz, les joueurs de Faruk Hadzibegic enfoncèrent le clou à la 59e minute, Oussama Abdeldjelil profitant de la passivité de la défense corse pour frapper dans la zone de vérité et voir David Oberhauser freiner en vain sa tentative au fond des filets du GFCA (1-0, 59e).

Sauf que la réaction des Gaziers fut immédiate : engagement, progression depuis l’aile droite, centre, et Romain Armand qui surgit au second poteau pour signer le 6e but de sa saison à l’heure de jeu, synonyme d’égalisation (1-1, 60e). 

Le numéro 9 du GFCA faillit même doubler la mise moins de 20 minutes plus tard après le même type d’action mais il trouva le poteau droit du gardien audonien, au cours d’une fin de match qui sentait le KO de part et d’autre. Las, plus rien ne sera marqué dans cette rencontre riche d’enseignements.

Le premier : le GFCA "gaze" bien en dehors de ses bases, avec 16 points pris en 12 déplacements (4 victoires, 4 nuls et 4 défaites), huitième meilleur bilan à l’extérieur dans l’antichambre de l’élite. Deuzio : le Gazélec a retrouvé de la solidité, avec seulement deux buts encaissés lors de ses quatre derniers matches (pas mal pour la 17e défense de Ligue 2), et surtout une belle capacité de réaction. Mais le troisième enseignement, tout le monde le connaît : l’attaque ajaccienne, malgré le but d’Armand, est encore à la peine dans la finition même si elle se procure énormément d’occasions comme face au Red Star. 20 buts inscrits en 24 matches de Ligue 2, seules quatre équipes font pire. Il va vite falloir penser à convertir lors des prochaines rencontres, à commencer par la réception vendredi 20h à Ange-Casanova de Brest, provisoirement dauphin du leader Metz avant son match de lundi face à l’AJA. Car le GFCA, 15e à 8 points du barragiste Béziers, est encore sous la menace.

La réaction d’Hervé Della Maggiore, entraîneur du GFCA

"Les conditions étaient vraiment très compliquées pour développer du jeu. Chaque équipe a eu sa mi-temps. On n’a pas profité du vent en première période pour ouvrir le score. On a tout de suite vu qu’on pouvait mettre le Red Star en difficulté sur les premières secondes, mais on n’a pas réussi à scorer sur nos temps forts. On savait que ça allait être forcément plus difficile en seconde période. On a encaissé l’ouverture du score mais on a vite réagi pour revenir rapidement dans le match, ce qui nous a permis de ne pas trop cogiter, de tenir et de se procurer quelques situations où l’on aurait pu marquer, avec notamment un poteau. C’est dommage, c’est vrai qu’avec des matches nuls, on n’avance pas beaucoup, mais on reste sur une bonne série de rencontres sans défaite. On va se contenter du nul, on continue à avancer, c’est bien. Surtout, on voit que les équipes derrière nous n’ont pas gagné, à part Valenciennes. Cette journée reste bénéfique."