Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Le Gazélec Football en National 1 : retour de flammes...

-
Par , , France Bleu RCFM

Ne vous fiez pas à la photo, le soleil ne brille plus sur Mezzavia. Une tragédie pour le club ajaccien qui repartira en National 1 en août prochain, championnat que le GFCA avait quitté il y a 5 saisons. Leçons et conséquences d'une saison terminée en queue de poisson.

Un stade bien rempli et un but d'avance acquis au match aller. Des ingrédients qui n'ont pas suffi.
Un stade bien rempli et un but d'avance acquis au match aller. Des ingrédients qui n'ont pas suffi. © Radio France - Maxime Becmeur

Ajaccio, France

Le Gazélec Football Club Ajaccio se retrouve donc en National 1, la 3e division, 5 ans après l'avoir quittée, et avoir même passé une saison en Ligue 1. Le changement d'entraîneur opéré à l'automne -Albert Cartier avait été limogé au profit d'Hervé Della Maggiore- et les recadrages après deux défaites, contre des concurrents directs à domicile, n'ont pas suffi. 

C'est au final un sérieux retour en arrière pour le GFCA, à l'issue d'un match de barrage retour perdu face au Mans FC, 2-0 (les Gaziers avaient battu cette équipe à l'aller 2 à 1), et une soirée émaillée même d'incidents violents. Les supporters manceaux ont essuyé des coups et des jets de sièges, et certains de nos confrères de France Bleu, du Maine Libre et d'Ouest France ont été pris à partie et leurs voitures visées par des projectiles.

Deux ans pour remonter ?

Le club doit maintenant digérer, et surtout penser à sa reconstruction,  au plan sportif et structurel. Les dirigeants reconnaissaient après la rencontre que la faillite était collective et que beaucoup d'erreurs ont été commises.

Se pose désormais la question du statut professionnel, pour les diables Rouges. Après cette descente en National 1, championnat hybride, ils le conserveront 2 saisons, avec 1 M€ de droits télé à la clé. Cela va déjà réduire le budget, qui était de 7 M€ cette saison.  Mais s'ils ne remontent pas au bout des 2 saisons, les Diables Rouges perdront ce statut professionnel. De quoi peut-être impacter par exemple le projet de centre de formation que portent les dirigeants. Aussi, reste à savoir comment conserver des joueurs avec des contrats professionnels, dont certains risquent de voir leur salaire baisser, quand ils ne seront pas courtisés par d'autres écuries des championnats supérieurs. 

Le club et son président Olivier Miniconi indiquent qu'une communication sera faite à l'issue d'une ou plusieurs réunions en interne.

Des sanctions ?

Sur le terrain de la discipline, et celui du judiciaire, là aussi le bât blesse. Outre les jets de bière et de projectiles sur la pelouse durant la rencontre, et l'usage d'engins pyrotechniques en signe de protestation, les bagarres aux allures de règlements de comptes qui ont opposé les supporteurs des deux camps risquent fort de pénaliser le club.  L'une a eu lieu au coup de sifflet final avec l'intrusion d'ajacciens dans le parcage des visiteurs, l'autre aux abords du stade avant la rencontre, même si il est bon de rappeler que la sécurité du domaine publique est à la charge des autorités, et non du club. Aucune plainte n'avait été déposée au lendemain de la rencontre, mais le parquet a ouvert une enquête, pour violences aggravées...qui n'ont heureusement pas fait de blessé.

Nul doute que suite il y aura, dans un stade truffé, comme les autres, de caméras de vidéosurveillance...et de journalistes, qui ne faisaient que leur travail.