Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Football

Le Havre - AC Ajaccio : une question d'honneur pour les footballeurs havrais

jeudi 14 mars 2019 à 10:10 Par Bertrand Queneutte, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Le HAC reçoit l'AC Ajaccio, ce vendredi, à l'occasion de la 29ème journée de Ligue 2 (20h). Les havrais voudront prendre leur revanche face à l'ACA, pour la première entre les deux clubs au Stade Océane, depuis le barrage bouillant de mai dernier.

Victor Lekhal et les siens auront à coeur de laver l'affront, face à l'ACA
Victor Lekhal et les siens auront à coeur de laver l'affront, face à l'ACA © AFP - Pascal Pochard

Le Havre - France

Mathématiquement, ce match comptera peut-être pour du beurre, en fin de saison. En revanche, il comptera pour l'honneur. Quasiment éliminé de la course aux play-off et donc à la montée en Ligue 1, le Havre AC ne peut pas se permettre, pour autant, une humiliation face à une formation devenue son plus grand rival en Ligue 2, en mai dernier. Son pire souvenir, aussi. 

Les havrais ont une revanche à prendre, pour eux et pour leurs supporters. Sur le match aller, perdu en Corse, le 19 octobre 2018, à la régulière (3-2). Mais surtout sur le match de barrage, perdu lui aussi, la saison passée. Face à leurs fans, les ciel et marine vont devoir montrer les crocs mais aussi les muscles. Accentuée par l'absence de résultats dernièrement, la pression sera forte, mais il faudra la supporter, l'évacuer, ou la transformer en rage de vaincre. 

Ambiance bouillante ? 

Du côté des supporters normands, les plus raisonnables tentent de convaincre les plus revanchards de rester dans les clous. Cependant, sans savoir encore quelle forme il prendra, l'accueil de la délégation corse pourrait être chaud, au Stade Océane. Alors que l'enceinte ne réalise que la huitième affluence moyenne de Ligue 2, cette saison (6.510), la barre des 10.000 spectateurs pourrait être approchée, alors qu'elle n'a été dépassée qu'une seule fois, sur l'exercice en cours (Lens). De nombreux amoureux du HAC, qui ne croient plus à l'objectif du club et qui ont déserté le stade, affirment qu'ils s'y rendront pour ce match spécial. 

En revanche, les supporters ajacciens sont interdits d'entrer et de se présenter aux abords du stade, un arrêté préfectoral ayant été pris dans ce sens, pour éviter des débordements. Par ailleurs, un important dispositif de sécurité devrait être déployé pour assurer la sécurité de la délégation corse

Côté joueurs, parmi les visiteurs les plus attendus, sur la pelouse : Ghislain Gimbert. L'ancien hacman devenu acéiste, à l'été 2017, s'était en effet "illustré" en traversant une partie du terrain pour porter un coup à Jean-Philippe Mateta, au moment d'une échauffourée après que le jeune homme ait célébré son but sur penalty, au Stade François Coty, en se bouchant les oreilles à la manière de son ami Memphis Depay. Une attitude qui n'a jamais fait l'objet de sanctions par la commission de discipline de la LFP et que les supporters havrais ne digéreront sans doute jamais. 

En déplacement avec Mayence sur la pelouse du Bayern Munich, deux jours plus tard, Jean-Philippe Mateta ne pourra quant à lui pas être physiquement présent, ce vendredi. Le sera-t-il sous une autre forme ? Possible. L'ancien attaquant du HAC avait en effet été l'une des principales cibles des acéistes, lors du match de play-off reporté puis joué en mai dernier, et avait fait savoir, sur France Bleu Normandie, qu'il souhaiterait revenir pour les retrouvailles dans son ancien stade. 

Jean-Philippe Mateta et Ghislain Gimbert au moment des échauffourées en mai dernier - Maxppp
Jean-Philippe Mateta et Ghislain Gimbert au moment des échauffourées en mai dernier © Maxppp - Jean-Pierre Belzit

Sans Bain, ni Coulibaly !

Averti lors de la réception du FC Metz, le défenseur Denys Bain (5 buts), joueur le plus utilisé par Oswald Tanchot, sera suspendu. Idem pour le latéral gauche, Yacouba Coulibaly. Une ligne de quatre arrières, jamais vue cette saison, devrait ainsi être mise en place : Barnabas Bese, Fernand Mayembo, Samba Camara et Steeve Yago. 

Interdit de jouer par sa direction depuis début janvier, Harold Moukoudi aura sans doute plus que jamais des fourmis dans les jambes, au moment du coup d'envoi, lui qui avait, comme ses partenaires, était particulièrement affecté par les conditions de l'élimination en play-off, la saison dernière. 

Thomas Léonard au sifflet

L'arbitre du match aura du pain sur la planche, dans un match sans doute électrique. Tenir les vint-deux acteurs, éviter et sanctionner les provocations, voilà ce qui attend Thomas Léonard, désigné pour cette rencontre. Il s'agit d'un homme habitué aux joutes de Ligue 1 et qui a récemment officié lors de Marseille - Nice, au Vélodrome

Oswald Tanchot : "Le lien avec les supporters après les play-off ? On avait le devoir de le maintenir, on n'a pas su le faire"

Bertrand Queneutte

Oswald Tanchot n'a "pas digéré" le match de play-off face à l'ACA