Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Le "J'aime/J'aime pas" de Paris FC - SM Caen

A Charléty, les Stade Malherbe de Caen a enfin renoué avec la victoire, une sensation qu'il n'avait plus connue depuis quasiment trois mois et neuf matchs. Retour sur ce que l'on a aimé dans la capitale, et ce que l'on a moins apprécié.

La belle histoire de la soirée pour Nicholas Gioacchini, buteur pour son tout premier match pro.
La belle histoire de la soirée pour Nicholas Gioacchini, buteur pour son tout premier match pro. © Getty - Getty

Caen, France

On a aimé

La première parfaite de Gioacchini

Il n'aurait pas pu rêver meilleur début. Pour sa première en professionnel, face à son ancien club, Nicholas Gioacchini a mis tout le monde d'accord. L'attaquant italo-américain de 18 ans a non seulement marqué sur le tout premier tir de sa carrière pro, il a aussi étalé un très gros volume de jeu et sauvé son équipe d'une égalisation à dix minutes de la fin. Egalement impliqué sur le but de Gonçalves, on a déjà hâte de le revoir, vendredi prochain, à d'Ornano. Il est aussi le premier attaquant malherbiste à inscrire un but depuis 14 matchs officiel. 

Zady Sery tonitruant

Deux passes décisives, un pénalty obtenu et le contre du dernier but mené de main de maître : Caleb Zady Sery ressort avec une feuille de stats bien remplie. On l'avait vu volontaire et remuant mais maladroit lors de ses premières sorties en rouge et bleu. Hier soir à Charléty, il a commencé le match sur cette lignée, mais tout a changé lorsqu'il a délivré sa première passe décisive. La suite a été un récital. Avec l'Ivoirien à ce niveau, Caen peut espérer gagner de nombreux matchs d'ici à la fin de la saison. 

Les supporters omniprésents

A la fin du match, les footballeurs caennais sont allés longuement célébrer leur victoire avec leurs supporters. Un bel hommage pour des fans qui ont mis l'ambiance dans un Charléty qui, d'ordinaire, sonne pourtant bien creux. Un déplacement bien rentabilisé pour le MNK, un match "à domicile" parfait pour les Paris-Drakkars. 

La solide première mi-temps et les buts

Caen n'a été mis en danger qu'une seule fois lors des 45 premières minutes, lorsque Lopez a envoyé son centre flirter avec le poteau de Riou. Mis à part cette petite frayeur, les Malherbistes ont pleinement maîtrisé leur sujet, et contenu les feu follets de l'attaque parisienne. On a aussi, et surtout, apprécié de commenter quatre buts pour le SMC. En championnat, ça n'était plus arrivé depuis quasiment quatre ans (4-1 à Bordeaux). En mal de but depuis le début de la saison, les Caennais ont lancé la machine à Paris. Reste à espérer qu'elle ne se grippe pas de nouveau. 

On n'a pas aimé

L'entame de seconde période

Le premier acte avait été parfait, quasiment sans fausse note. le PFC n'avait pas été dangereux et les Caennais évoluaient tout en maîtrise. L'entame de deuxième mi-temps a été catastrophique. Le pénalty concédé résulte d'une succession d'erreurs d'appréciation. Dans la foulée, Caen aurait même pu être mené si les Parisiens avaient été plus prompts sur un corner mal négocié par la défense normande. Ca n'a duré qu'un quart d'heure sur 94 minutes, mais dieu que c'était moche !

L'amateurisme de l'organisation parisienne

Vous avez bien failli ne pas avoir de retransmission sur France Bleu hier soir, pour la simple et bonne raison qu'il n'y avait pas en tribune de presse de boitier pour que l'on puisse établir la connexion. En cinq saisons et demi de couverture du SMC, c'est du jamais vu ! Pourtant, nous sommes allés retransmettre des matchs dans de bien plus petits stades, à Viry-Châtillon et à Canet-en-Roussillon par exemple, sans le moindre souci. Carton jaune ! 

Certains supporters malherbistes n'ont pas pu vivre ce match dans le parcage visiteur. Pourtant, il restait de la place dans cette partie de tribune réservée au fans rouges et bleus. Les refoulés ont du payer un nouveau billet, plus cher, pour se retrouver aux côtés des supporters parisiens. Heureusement, aucun souci ni heurt n'a été à déplorer, mais qu'aurait-on encore dit sur les supporters si cela avait été le cas. Deuxième carton jaune, CARTON ROUGE pour l'organisation du Paris FC, et du stade Charléty. 

Nous aurons l'occasion d'approfondir tous ces sujets dans Allo Malherbe, lundi à 18h10 sur France Bleu. Vos appels au 02.31.44.48.44. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu