Football

Le jour où le SM Caen valida son titre de champion de Ligue 2 à Nantes

Par Olivier Duc, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) samedi 10 décembre 2016 à 10:15

En s'imposant à Nantes lors de cette dernière journée en mai 2010, le SM Caen valide son 2e titre de champion de France de Ligue 2
En s'imposant à Nantes lors de cette dernière journée en mai 2010, le SM Caen valide son 2e titre de champion de France de Ligue 2 © Maxppp - Blandine Lamperiere

France Bleu vous fait partager à chaque mi-temps des matchs du Stade Malherbe de Caen sa chronique Une affiche - Une histoire. Pour le match de ce samedi à Nantes, nous vous faisons revivre le Nantes-Caen du 14 mai 2010 avec Grégory Proment.

France Bleu Normandie et France bleu Cotentin vous proposent ce samedi vers 20h45 sa traditionnelle chronique Une affiche-Une histoire. Elle vous permet de revivre à la mi-temps un match entre les deux adversaires du soir qui a marqué le Stade Malherbe de Caen.

Lors de cette 17e journée de Ligue 1 à la Beaujoire, notre choix s'est porté sur le Nantes-Caen du 14 mai 2010. Les footballeurs caennais était venu en leader en Loire-Atlantique mais avec l'obligation de s'imposer s'ils voulaient décrocher le titre de champion de France de Ligue 2.

"ça fait partie des matchs les plus intéréssants que j'ai eu à jouer"

"C'était un match génial à jouer, se souvient Grégory Proment, aujourd'hui entraîneur de la réserve du SM Caen. Ça fait partie des matchs les plus intéressants que j'ai eu à jouer. On était déjà assuré de la montée mais on avait un peu lâché, on était donc dans l'obligation de gagner."

La victoire.... et des lunettes noires pour Grégory Proment

A 1-1 à l'heure de jeu, le stade Malherbe de Caen se fait virtuellement passé au classement par Brest mais un dernier coup de rein va permettre aux caennais de l'emporter 3-1 et de célébrer le titre avec les nombreux supporters qui ont fait le déplacement.

Touché à la tête et sorti à 30 mn de la fin, Grégory Proment va fêter le titre et la victoire... avec des lunettes noires. "J'étais vraiment amoché avec un cocard et tout ce qu'il peut y avoir, avec les vaissseaux qui avaient pêté dans les yeux donc j'étais pas très beau à voir. La femme du président m'avait dit que je ne pouvais pas rester comme ça mais je n'avais pas envie d'aller voir un ophtalmo. Heureusement qu'il n'y a pas eu de conséquences."

Grégory Proment écourtera également les célébrations pour rejoindre sa femme en Lorraine et assister à temps à la naissance de son 4e enfant.

Ecoutez - Le jour où Caen décrocha le titre de champion de France de Ligue 2 à Nantes