Football

Le Nîmes Olympique n'est plus dans le rouge !

Par Hugo Charpentier, France Bleu Gard Lozère samedi 30 janvier 2016 à 2:20

Le défenseur Anthony Marin, en bon guerrier, n'a rien lâché vendredi soir
Le défenseur Anthony Marin, en bon guerrier, n'a rien lâché vendredi soir © Maxppp

Nîmes Olympique reçu quatre sur quatre ! En s'imposant (2-1) vendredi soir face à l'AJ Auxerre, les crocos, désormais 17e, sortent de la zone de relégation pour la première fois de la saison.

Le Nîmes Olympique a réalisé le "Grand Chelem" : quatre matchs au mois de janvier, quatre victoires. Une série incroyable qui permet aux crocos de sortir de la zone rouge. Incroyable. Magnifique. Mais qui l'eut cru ? Il y a un mois, les hommes de Bernard Blaquart étaient condamnés par tous - ou presque - à la relégation.

Dix points les séparaient du 17e. Un gouffre. Mais 360 minutes et 14 buts plus tard, plus personne ne les voit descendre. Il faut dire que les crocos enchaînent les prestations de haut vol. Un festival offensif face à Clermont (6-2), une leçon d'abnégation contre Nancy (4-3), et une prestation pleine de maîtrise face à Auxerre vendredi soir.

Non, le "Nîmes Olympique n'est pas mort" comme le dit Mathieu Michel, le petit gars du cru, devenu capitaine de cette équipe de dingues. Au contraire, ce club, il n'a peut-être jamais aussi bien vécu depuis... très longtemps.

"Ce club ne peut pas mourir, il est immortel". Mathieu Michel, capitaine et gardien de but du Nîmes Olympique

Vendredi soir contre Auxerre, la prestation nîmoise a été magnifique. Sur et en dehors du terrain. Car dans un stade des Costières bouillant comme jamais, les crocos ne pouvaient pas perdre, c'était écrit d'avance. Avec prudence, le président Christian Perdrier prévoyait le matin même environ six mille places réservées. Pas mal. Mais finalement ils étaient beaucoup plus nombreux au rendez-vous. Dix mille en tout.

Dix mille supporters venus de Nîmes, de Vauvert, d'Alès, de Saint-Gilles ou de Beaucaire qui se sont pressés dans les tribunes. Comme au bon vieux temps. Dix mille, c'est trois fois plus qu'habituellement !

"En une semaine, j'ai réalisé que Nîmes Olympique est un grand club, un club populaire." Fethi Harek, défenseur croco.

Pendant quatre-vingt-dix minutes les Nîmois ont été portés, poussés, assistés par ce douzième homme qui leur manquait si cruellement depuis des mois. Euphoriques, les Nîmois ont pris à la gorge de fébriles Auxerrois dès les premières minutes. Au bout du quart de jeu Renaud Ripart permet aux siens d'ouvrir logiquement le score d'une tête puissante au premier poteau, bien servi par Gaétan Paquiez.

Le jeune attaquant inscrit son 3e but de la saison. Peu inquiété par une équipe bourguignonne qui a aligné cinq défenseurs d'entrée, Nîmes a pu gérer jusqu'à la mi-temps.

Nîmes Olympique version 2016, un rythme de champion

En deuxième période les crocodiles sont moins souverains. Moins tranchants aussi, probablement fatigués de leur incroyable mois de janvier. Il n'empêche, alors que les auxerrois se découvrent pour égaliser, Anthony Koura profite d'une contre attaque - et d'une sortie hasardeuse du gardien bourguignon Zacharie Boucher - pour inscrire son 8e but cette saison (60e).

Le break est fait. On croit la victoire acquise, mais un centre anodin venu de la gauche, dévié par Jeremy Cordoval, fini dans le but de Mathieu Michel à un quart d'heure de la fin du temps réglementaire.

Au milieu de terrain, Anthony Briançon et ses coéquipiers n'ont rien lâché. - Maxppp
Au milieu de terrain, Anthony Briançon et ses coéquipiers n'ont rien lâché. © Maxppp

Les dernières minutes sont pénibles. Auxerre pousse mais sans se créer une véritable occasion. Les crocos, eux, tiennent et font le dos rond. Jusqu'à la libération. Une victoire dans la souffrance, le genre de soirée qu'adore Fethi Harek, l'expérimenté défenseur croco.

Fethi Harek

"C'est émouvant, c'est magnifique, c'est un rêve qui se réalise" Des supporters du Nîmes Olympique présents dans les gradins."

Les costières explosent de joie. Nîmes Olympique est reçu quatre sur quatre. En 2016, personne n'a fait mieux en Ligue 2. Au classement de la phase retour, les Gardois caracolent en tête devant Metz, Dijon ou Nancy. Rien que ça. Mais surtout, Nîmes n'est plus relégable, une première cette saison. Comme pour le retour de l'exploit de Nancy en gare de Nîmes, le public peut communier avec ses joueurs.

Les crocos fêtent la victoire avec les supporters. Reportage.

Pour le capitaine, et gardien but, Mathieu Michel, cette soirée est inoubliable. Lui, l'enfant du coin, n'avait plus vu une telle ambiance aux costières depuis des lustres.

Mathieu Michel

Mais les crocos n'ont pas trop le temps de savourer. Ils remettent le couvert dès mardi avec un déplacement périlleux en Corse face à l'AC Ajaccio, 13e. Avec, attention, un horaire inhabituel : coup d'envoi à 21h.

>>> À suivre en direct et en intégralité sur France Bleu Gard-Lozère.

Partager sur :