Football

Ligue 2 : le Nîmes Olympique s'incline face à Bourg-en-Bresse

Par Hugo Charpentier, France Bleu Gard Lozère samedi 17 octobre 2015 à 0:58

Le Nîmes Olympique encaisse quatre buts
Le Nîmes Olympique encaisse quatre buts © Maxppp

Le Nîmes Olympique ne décolle pas ! Les crocos se sont inclinés vendredi 4 buts à 2 à Gueugnon, face à un promu, Bourg-en-Bresse. Après 11 journées, les Gardois ont toujours zéro point au compteur.

Au classement, les Nîmois sont plus que jamais derniers, à neuf points du premier non relégable, Niort.

Durant les quarante premières minutes, sur la pelouse Jean Laville de Gueugnon en Bourgogne, là où évolue Bourg-en-Bresse à domicile depuis le début de la saison, les crocos dominent leur adversaire au milieu de terrain. Sans pour autant se créer d'énormes occasions. Mais à la fin de la première période, la rencontre bascule en deux minutes.

Coup sur coup, Bourg-en Bresse ouvre le score (J.Berthomier, 44eme), et sur l'action qui suit, Anthony Marin met un coup au visage d'un adversaire lors d'un duel aérien. Le défenseur croco est expulsé.

Mathieu Michel limite la casse

A onze contre dix, les Burgiens ajoutent trois buts en seconde période. Et l'addition aurait pu être encore plus salée, si Mathieu Michel, le portier et capitaine nîmois, n'arrêtait pas un pénalty de Pape Sané juste après l'heure de jeu.

Mais avec courage, les Nîmois réagissent et réduisent la marque à deux reprises. A 3-2 (77e), on les pense même tout près d'égaliser et de créer l'exploit d'arracher le point du match nul à Bourg-en-Bresse, le tout en infériorité numérique ! 

Mais c'est sans compter un dernier mauvais dégagement de la défense nîmoise qui permet, après une seule passe, à Pape Sané de filer vers le but de Mathieu Michel (82e).

Sans être ultra dominé, le Nîmes Olympique encaisse quand même 4 buts. Cela n'était encore jamais arrivé cette saison.

Erreurs d'inattention

Le résultat de trop d'erreurs d'inattention selon José Pasqualetti, le coach croco. Comme sur le premier but, où la défense est restée amorphe après une touche rapidement jouée. Une fin de première période qui a provoqué le tournant du match, explique le technicien gardois.

José Pasqualetti, entraineur du Nîmes Olympique

Une défense trop statique (44e, 74e), ou une mauvaise passe dans la défense (82e) : la plupart des buts encaissés samedi soir par les crocos témoignent d'une équipe encore jeune et naïve a expliqué à la sortie des vestiaires le milieu de terrain Nîmois, Adil Hermach.

Adil Hermach, milieu de terrain du Nîmes Olympique