Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Le plan ambition cheval reçu positivement par la filière dans la Loire

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

La filière équine régionale va recevoir une aide financière inédite de la part d'Auvergne Rhône-Alpes. 7,4 millions d'euros mis à disposition sur les 3 prochaines années, pour la plus grande satisfaction des professionnels du secteur.

Le centre équestre de Craintilleux
Le centre équestre de Craintilleux © Radio France - DV

Craintilleux, France

On ne le soupçonne pas mais dans la filière cheval, la Loire est le 2e département de France après le Calvados. 7800 licenciés, ce qui en fait la 3e fédération derrière le foot et le tennis, et 62 entraineurs de chevaux de course. Une activité qui n'est plus du tout réservée à une élite pour Alain Péré, le président du comité départemental d'équitation de la Loire. "Dans les temps anciens, l'équitation était un sport de privilégiés" concède-t-il. "Mais aujourd'hui c'est un sport accessible à tout le monde et on ne peut que s'en réjouir".

"Nous sommes en crise"

Un domaine ouvert à tout le monde mais qui traverse une crise. On est donc repassé sous la barre des 8000 licenciés dans le département. Un constat auquel s'ajoute une contexte économique compliqué. Régis Bouchet est Président du Conseil de la filière cheval régionale, et dirigeant du centre équestre de Craintilleux : "Nous sommes incontestablement dans une période de crise à laquelle s'ajoute une hausse de la TVA, la modification des rythmes scolaires nous touche car on n'a plus autant de gens dans les clubs les mercredi, la PAC à laquelle nous ne sommes plus éligibles".

Dans ce contexte de crise, ces subventions vont apporter un petit coup de pouce de 3000 euros par exemple pendant 3 ans pour des gites qui investiront dans du matériel pour chevaux. Il y aura des subventions pour les éleveurs mais aussi pour les centres équestres (115 dans la Loire). Ils pourront toucher 1000 euros par an, pendant 3 ans pour investir explique Régis Bouchet : "Ce coup de pouce va permettre de parfaire l'accueil des publics, le bien-être des équidés et cela leur permettra de se lancer dans des activités nouvelles". Mais cela pourra aller au delà de 1000 euros avec des "investissements pour les handicapés comme des WC, des rampes" annonce Alain Péré. Dernier secteur aidé : les hippodromes. 25 000 euros par an. Il y en a 2 dans le département, à St-Galmier, et à Feurs. 

Tous ces acteurs de la filière équine doivent désormais se manifester auprès de la région à travers un portail numérique qui sera prochainement mis en ligne.