Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : La saison 2019-2020 du Racing Club de Strasbourg

Le Racing Club de Strasbourg privé d'une partie de ses supporters pendant trois mois

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

49 supporters strasbourgeois sont interdits de déplacements pendant trois mois. Ils avaient bravé un arrêté préfectoral leur interdisant de fréquenter le secteur de la gare de Nîmes en mars dernier. Le Racing sera pénalisé car ses plus fervents fans ne pourront plus soutenir l'équipe à l'extérieur.

La ferveur des supporters du Racing s'exprimera surtout à la Meinau ces trois prochains mois
La ferveur des supporters du Racing s'exprimera surtout à la Meinau ces trois prochains mois © Maxppp -

Strasbourg, France

Petites causes, grandes conséquences. Le samedi 16 mars dernier, 88 supporters du Racing n'avaient pas pu assister au match de leur équipe à Nîmes. Ils avaient passé la soirée au commissariat. Pourquoi ? Ils faisaient beau, ils ont voulu profiter du soleil et se promener au centre ville de Nîmes. Le problème, c'est qu'ils bravaient ainsi un arrêté du préfet du Gard leur interdisant de fréquenter le secteur de la gare nimoîse.

49 supporters sur 88 sanctionnés

Cinq mois plus tard, les sanctions tombent. 49 supporters sont interdits de déplacements (pour les matchs en France, ils peuvent suivre le Racing à l'étranger en coupe d'Europe) pour les trois prochains mois avec obligation de pointer à la gendarmerie ou au poste de police. Une sanction que les supporters trouvent injuste et disproportionnée. Ils se demandent aussi pourquoi certains d'entre eux ont été punis (49 sur 88) et d'autres non.

Les UB 90 n'organisent plus de déplacements

Le principal groupe de supporters, les Ultra Boys 90, a donc décidé de n'organiser aucun déplacement officiel durant cette période de sanction de trois mois. Les membres qui se déplaceront par leurs propres moyens sont appelés à ne pas porter de matériel à l'effigie des UB 90. Une décision qui n'est pas comprise par tous les supporters strasbourgeois. Mais la raison est simple. Quasiment tous les leaders du groupe sont concernés par l'interdiction, il leur est donc difficile d'organiser ces déplacements en toute sécurité. 

Des situations ubuesques

Les supporters pointent aussi des incohérences, voire même des situations ubuesques. On leur demande de pointer un samedi soir à une gendarmerie, car elle est fermée le dimanche, alors que le match du Racing à l'extérieur à Reims est justement programmé... ce dimanche ! 

Au final, c'est le Racing qui sera pénalisé, car pendant trois mois, il n'y aura pas ses plus fervents supporters à l'extérieur et les encouragements seront sans nul doute moins forts que d'habitude, même si le parcage visiteurs s'annonce bien plein encore dimanche à Reims (plusieurs centaines de fans du Racing attendus). Comble de malchance, les supporters rateront certains des déplacements les plus sympas et attendus de la saison (Reims, Paris, Lille, Dijon, Marseille). 

Pour protester contre cette situation, les Ultra Boys 90 annoncent plusieurs actions de de sensibilisation à la Meinau ces prochaines semaines.