Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Le Rugby Club de Strasbourg au bord de la disparition

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

La justice étudie ce lundi l'avenir du Rugby Club de Strasbourg, placé en redressement judiciaire depuis le début de l'été. Les nouveaux dirigeants tentent de sauver un club criblé de dettes.

Le Rugby Club de Strasbourg a brillé en Fédérale une la saison passée, mais le RCS a connu de sérieux déboires financiers
Le Rugby Club de Strasbourg a brillé en Fédérale une la saison passée, mais le RCS a connu de sérieux déboires financiers © Maxppp -

Strasbourg, France

Quel avenir pour le rugby à Strasbourg? La chambre des procédures collectives non commerciales du TGI de Strasbourg va étudier ce lundi la situation financière du club et décider s'il peut poursuivre ou non son activité. Le RCS a été placé en redressement judiciaire le 9 juillet dernier. 

Une gestion calamiteuse

L'ancien président Christian Loth a essayé de monter un projet pour que le club accède de fédérale une en Pro D2, la deuxième division nationale. Mais le Rugby Club de Strasbourg a vécu au-dessus de ses moyens. Il a accumulé les dettes, au moins 600 000 euros. La saison passée, les salaires des joueurs ont parfois été payés avec plusieurs mois de retard. Christian Loth avance plusieurs causes pour expliquer ces dérives : un gros sponsor s'est désengagé, certains mécènes du club n'auraient pas tous leurs promesses et la fin des emplois aidés aurait aussi plombé les finances. "C'est un gros gâchis, déplore un responsable de la Région, très irrité par cette gestion déplorable. On a prévenu plusieurs fois en vain qu'un budget se préparait en fonction des recettes et pas des dépenses".

Des mesures drastiques pour tenter de sauver le club  

Christian Loth a été remplacé au mois de mai par deux coprésidents, Pierre Sourbes et Jean-Luc Dubois, qui avait déjà été présidé le club pendant de longues années. Pour éviter une rétrogradation administrative, ils ont préféré que le club démarre cette nouvelle saison en fédérale deux (la quatrième division) plutôt qu'en fédérale une. Le budget a été divisé par deux (de 2,2 millions d'euros à environ un million). Le nombre de salariés sous contrat - essentiellement des joueurs - est passé de 43 à 17. Il leur faut aussi effacer les ardoises des créanciers. Les dirigeants espèrent que le club pourra rembourser 300 000 euros de dettes dans les deux ans à venir.  

Les joueurs ont repris le championnat de fédérale deux en attendant d'être fixé sur leur avenir. Même si le club a compté une vingtaine de départs, l'équipe reste compétitive, elle a écrasé ses deux premiers adversaires.