Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Le Stade Brestois en Ligue 1 : les raisons d’un succès

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Le Stade Brestois est assuré de retrouver la Ligue 1 alors qu’il reste encore une journée à disputer. La conséquence logique d’une saison maîtrisée, où les temps faibles ont été rares, et les moments forts nombreux.

Pour monter, il est toutefois conseillé de ne pas écraser ses coéquipiers
Pour monter, il est toutefois conseillé de ne pas écraser ses coéquipiers © Maxppp - Nicolas Créach / Le Télégramme

Brest, France

Meilleure équipe à domicile, meilleure attaque, présent sur le podium depuis le 29 septembre, la montée de Brest est amplement méritée et ne doit rien au hasard...

Un vrai collectif

Jean-Marc Furlan ne cesse de parler de son « projet ». La construction minutieuse de ce jeu qui lui est caractéristique, mélange de possession et de prise de risque calculée. La création d’automatismes capables d’ouvrir les défenses les plus resserrées.

Le duo Charbonnier – Autret est la preuve la plus éclatante (lire ci-dessous), mais on peut aussi évoquer les couples de de la défense centrale, Weber – Castelletto, ou de la récupération – la révélation Belkebla associé à Diallo ou Pi.

Preuve de cette densité, Furlan a pu se permettre de faire tourner quelques fois son équipe sans que Brest ne s’incline.  La fluidité du jeu a pu s'en ressentir, mais pas les résultats.

Un vrai buteur

Difficile de citer un joueur de Ligue 2 au-dessus de Gaëtan Charbonnier. Son nombre de but est éloquent, mais il met pourtant mal en lumière le poids réel du joueur sur le bilan brestois.

Porté par une préparation optimale, contrairement à sa première saison brestoise, Charbonnier a fait jouer ses coéquipiers, par ses décalages, son jeu de tête. Mathias Autret lui doit une bonne partie de ses statistiques, les meilleures de sa carrière.

Brest a travaillé ses défauts

La saison dernière, Brest ne marquait quasiment jamais sur phase arrêtée. Deux coup-francs et deux corners décisifs. Cette année, sans doute sous l'effet de la séance spécifique menée par Bruno Grougi à chaque veille de match, le Stade a sensiblement augmenté son efficacité. Six corners et  quatre coup-francs ont fait mouche.

(Quasiment) invincible à Le Blé

Il y a deux ans, le Stade Brestois avait lâché un nombre assez incalculable de points à Le Blé, faute de pouvoir asseoir totalement ses ambitions de jeu, notamment dans les phases de transition.

Cette saison, Brest a atteint le nombre de points qui suffit à se maintenir rien qu’avec ses rencontres à domicile. Seul deux équipes l'ont emporté à Le Blé. Metz, le leader, et Valenciennes.

Le groupe a bien vécu

Ce n’est pas qu’un poncif. Le groupe brestois avait ce petit truc en plus. Son jeu était l’expression d’une complicité et d’une bonne humeur. Edouard Butin l’a résume ainsi :

Edouard Butin : « J’ai déjà fait quelques vestiaires… Un état d’esprit comme ça, zéro problème, pas de clans (…) et pour ceux qui ne jouent pas, c’est pareil. C’est top, c’est un plaisir de bosser au quotidien avec un groupe comme ça.»