Football

Le Stade de Reims se prend un râteau

Par Damien Canivez, France Bleu Champagne-Ardenne samedi 8 mars 2014 à 16:05 Mis à jour le samedi 8 mars 2014 à 23:02

Mickaël Tacalfred à la lutte avec Eden Ben Basat
Mickaël Tacalfred à la lutte avec Eden Ben Basat © Michel VIALA - MaxPPP

Ce samedi, le Stade de Reims s'est incliné trois buts à deux face à Toulouse suite à un improbable retournement de situation. Menés deux buts à zéro, les Violets ont fait honneur à leur public.

II ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Ce samedi, le Stade de Reims avait toutes les cartes en main pour s'imposer en terre toulousaine. En manque de réussite à domicile depuis le 30 novembre dernier, Toulouse cherchait désespérément une victoire à domicile. Les Violets l'ont trouvé à la 28e journée de Ligue 1. Et pourtant, ils sont revenus de très loin.

Les Rémois titillent la défense de Toulouse

Les consignes d'Hubert Fournier ont porté leur fruit. Les Rémois sont impliqués à 100% lors des toutes premières minutes. Ils utilisent intelligemment les espaces que leur offrent les Toulousains et finissent par se montrer dangereux. A l'image de Nicolas de Préville qui se retrouve seul face au gardien toulousain Zacharie Boucher . Malheureusement, la tentative de lob de l'attaquant rémois est bien maîtrisée par le gardien toulousain qui s'empresse de lui fermer l'angle. A force de se porter vers l'avant, les Rémois titillent la défense de Toulouse qui en vient à exécuter des gestes défensifs plutôt osés. A la 21e minute, Jonathan Zebina retient le bras de Nicolas de Préville dans la surface de réparation. Conséquence logique: pénalty. Et il est transformé en but par Grzegorz Krychowiak.

Nouveau pénalty

Avec un petit but au compteur, le Stade de Reims n'est pas à l'abris d'un réveil toulousain. Les Rouge et Blanc continuent donc d'attaquer. A la 34e minute, Issiaga Sylla tacle Aïssa Mandi par derrière. Et c'est un nouveau pénalty que siffle monsieur Desiage. Nicolas de Préville prend Zacharie Boucher à contre-pied et offre le deuxième but aux Rémois. Mi-temps parfaite pour les hommes d'Hubert Fournier. Peut-être peut-on regretter la frappe manquée de Prince Oniangué , seul face au gardien toulousain, en fin de première période. Que peut-il arriver au Stade de Reims désormais ? L'équipe mène deux buts à zéro et fait face à l'une des pires équipes à domicile.

Le match est relancé pour Toulouse

La deuxième mi-temps n'a strictement rien à voir avec la première période en terme de bonnes intentions rémoises. Acculé en défense pendant toute la période, le Stade de Reims est resté figé face à des Toulousains qui tentent le tout pour le tout. Pendant les dix premières minutes de la deuxième mi-temps, le Stade de Reims gère correctement les accélérations toulousaine. Mais à la 74e minute, Clément Chantome tire son coup franc directement sur la tête de Serge Aurier qui n'a aucun mal à tromper Kossi Agassa. Le match est alors relancé pour Toulouse. Les Violets piaffent d'impatience à l'idée de revenir au score et il n'aura fallu attendre que quatre minutes supplémentaires avant de voir l'égalisation toulousaine. Sur un centre de Serge Aurier , Eden Ben Basat se jette pour envoyer le ballon de la tête dans les filets rémois.

Le Stadium est en effervescence

Mais le pire reste à venir pour le Stade de Reims. Jamais les Rémois ne se seront montrés dangereux lors de cette deuxième période. Reims ne cesse de perdre des ballons qui profitent à Toulouse. A la 88e minute, le Stadium est en effervescence lorsque Wissam Ben Yedder offre le but de la victoire à son équipe grâce à une magnifique frappe. A la fin du match, la désillusion est à la carte pour les Stadistes. La victoire leur tendait les bras mais ils n'ont pas su la saisir. Hubert Fournier veut que ses joueurs adoptent une attitude offensive lors des premières minutes d'un match. Maintenant, on imagine qu'il va dicter la même consigne pour la deuxième période.