Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Football : le Conseil d'Etat suspend la relégation du TFC et d'Amiens

-
Par , France Bleu Occitanie

Le Conseil d'Etat a suspendu mardi 9 juin la relégation en Ligue 2 de football du Toulouse FC et d'Amiens, après le recours déposé par les deux clubs. Il a en revanche validé le classement final du championnat et le fait que celui-ci soit terminé.

Olivier Sadran, président du TFC
Olivier Sadran, président du TFC © Maxppp - PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI/NATHALIE SAINT-AFFRE

Miracle sur la ville rose : le TFC ne descend pas en Ligue 2... pour l'instant ! Le Conseil d'Etat a suspendu les relégations des Violets et du club d'Amiens. Il a en revanche refusé que la saison actuelle ne reprenne (demande de l'Olympique Lyonnais). Cela signifie que la Ligue Professionnelle de Football va devoir revoir sa copie concernant le format de la Ligue 1 l'année prochaine avant le 30 juin. Si la LFP décide qu'un championnat à 22 n'est pas possible et qu'elle motive cette décision, Toulouse et Amiens pourraient tout de même descendre car le juge des référés a validé le classement final de la Ligue 1 qui était contesté par les deux clubs. Il a également acté que la saison actuelle était terminée.

Pourquoi le juge a suspendu les relégations ?

Lors de l’audience devant le juge des référés, jeudi dernier, la Ligue de Football Professionnel a motivé la décision de faire descendre Amiens et Toulouse par le fait qu'il était impossible d'envisager un championnat à 22, selon une convention passée avec la Fédération Française de Football. Mais cette fameuse convention s'arrête le 30 juin prochain, ce qui retire de fait son argumentaire à la LFP, qui doit revoir sa copie. "La décision de reléguer en Ligue 2 les deux derniers clubs de Ligue 1 est de nature à porter une atteinte grave et immédiate aux intérêts des clubs concernés [...] la Ligue de football professionnel devra se prononcer à nouveau, à bref délai, sur la question des relégations", ajoute le Conseil d'Etat.

La LFP confiante pour la suite

Contacté par Radio France, le directeur général de la LFP "prend note" de la décision du Conseil d'Etat qu'il qualifie de "surprenante". "C'est juste une régularisation juridique qu'il faut faire, on va réexaminer la question du format à la fois dans les instances de la Ligue (LFP) et fédérale (FFF)", ajoute Didier Quillot, qui se dit surtout satisfait de la validation par le juge de la fin de saison et de la méthode de classement.

Le club annonce son maintien en Ligue 1

Sans attendre de communication de la part de la LFP, le TFC a publié un communiqué sur son site internet : "Le TFC est donc maintenu en Ligue 1 pour la saison 2020 - 2021", affirme le club. Le Toulouse Football Club (TFC) "se félicite de l’ordonnance rendue ce jour par le juge des référés du Conseil d’Etat. Le TFC, qui soutient que le prononcé de relégations à l’issue de la dernière saison était illégal, a vu sa position constante consacrée par le juge". Le club d'Amiens a également réagit après l'ordonnance du Conseil d'Etat.

Recours de la dernière chance

Malgré des situations extrêmement différentes (14 points de retard sur le barragiste pour Toulouse au moment de l'arrêt du championnat, 4 pour Amiens), Amiens et Toulouse ont déposé le même recours : ils contestaient l'arrêt du championnat et la prise en compte du classement comme définitif après 27 ou 28 matchs joués, donnant lieu à des relégations. Il a en effet été calculé avec le nombre de points moyens par rencontre. "On ne déclare pas une équipe perdante à la 66e minute d'un match"lu, expliquait l'avocat d'Amiens. Les deux clubs ont été soutenus par l'Olympique Lyonnais qui contestait lui l'arrêt du championnat, le président Jean-Michel Aulas estimant qu'on était en capacité de jouer les rencontres restantes. Lui et son club ont été déboutés par le juge des référés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess