Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Le TFC perd contre Nice (1-2) et "c'est de la faute du coach"

jeudi 30 novembre 2017 à 1:39 Par Paul Ferrier, France Bleu Occitanie

Le TFC, au terme d'un scénario terrible, a perdu contre Nice 2 à 1 au Stadium. Toulouse flirte désormais avec le zone rouge.

Cette fois Pascal Dupraz estime qu'il y a des traîtres dans son camp
Cette fois Pascal Dupraz estime qu'il y a des traîtres dans son camp © Maxppp - Joël Le Gall

Toulouse, France

Les Toulousains ont démontré une fois de plus ce mercredi soir, leur absence de caractère et leur incapacité à gagner en ce moment. Et pourtant. C'est le "Tèf" qui a ouvert le score contre Nice, dès la troisième minute. Un but d'Andy Delort, servi par Alexis Blin.

Mieux, cinq minutes avant la mi-temps, le capitaine niçois, Dante, est exclu pour un tacle trop appuyé sur Jimmy Durmaz. Toulouse mène à la mi-temps et joue en supériorité numérique. Mieux encore. Au retour des vestiaires, Toulouse obtient un pénalty. Le début de la catastrophe et de la faute professionnelle. Jimmy Durmaz, le Suédois, manque le pénalty. Mal tiré et arrêté par le portier niçois parti du bon côté. Le TFC ne parvient pas à se mettre à l'abris dans ce match et cela va coûter cher aux hommes de Pascal Dupraz.

A la 79ème, faute de Kelvin Amian dans la surface toulousaine, pénalty pour Nice et carton rouge pour le latéral violet. Mario Balotelli transforme le pénalty. 1 à 1. Enfin dans le temps additionnel, à la 91ème, Srarfi achève le TFC, score final, 2 à 1 pour Nice.

"Ce n'est pas un hold up, on s'est fait hara-kiri", Pascal Dupraz

"Celui-là, il nous fait du mal", réagit à la fin du match Andy Delort, le buteur toulousain du soir qui n'a pas ménagé ses efforts dans cette soirée de la 15eme journée de Ligue 1. Mais ce n'est encore une fois pas suffisant. D'ailleurs, l'attaquant avait prévenu avant cette rencontre, parlant "d'un état d'esprit de losers". "J'avais raison, explique dépité Andy Delort quand on lui rappelle cette déclaration, C'est très compliqué, on gérait très bien le match et d'un coup, y a le tonnerre qui nous frappe en pleine tête. Quand tu as joué je ne sais pas combien de temps à 11 contre 10, que tu as je ne sais pas combien d'occasion pour le tuer et que derrière tu perds 2-1, bien sûr que tu as un mental de losers. A nous de retrouver une victoire pour repartir."

Pascal Dupraz et sa petite phrase préférée

C'est une petite phrase que Pascale Dupraz a répétée au moins neuf fois après le match contre l'OGC Nice. "C'est de la faute du coach". Neuf fois ce mercredi soir et on ne compte plus combien de fois il l'a prononcée cette saison. C'est le gimmick de Pascal Dupraz, une façon pour lui de tenter de faire croire qu'il prend la responsabilité de ces échecs, alors que, toujours après cette phrase, ses joueurs en prennent pour leur grade. "La première des choses pour un coach, c'est de fixer un cadre, c'est ce que j'ai dit quand je suis arrivé au TFC", explique avec dureté Pascal Dupraz. "Aujourd'hui, le cadre n'est pas respecté. Quand des joueurs arrivent en retard au rassemblement, c'est de la faute du coach. Ou peut-être que dans notre camp, nous avons des traîtres."

Après avoir qualifié ses joueurs de U17, de mannequins, voilà qu'il en traite certains de traitre. Dur. Trop dur ? Et si Pascal Dupraz, à force de colère et d'invectives, ne tenait plus son vestiaire. Le coup de colère d'Andy Delort, sanctionné par Pascal Dupraz en début de saison quand son attaquant avait quitté l'entraînement. La sanction contre Giannelli Imbula, écarté du groupe car mécontent de son remplacement contre Metz. Sans parler de l'affaire Machach. Le vestiaire est-il en train de se fissurer ? Pour Pascal Dupraz, le rôle d'un coach c'est d'être : "suffisamment persuasif et pédagogue pour que les joueurs comprennent".

Peut-être que les joueurs ne veulent plus le comprendre, peut-être que le message ne passe plus. Pascal Dupraz martèle qu'il ne baissera pas les bras, qu'il ira au bout de son job. Mais si personne au club n'avouera que quelque chose s'est cassé, les supporters commencent eux à faire savoir leur colère. Ce mercredi soir, des insultes ont visé le savoyard. En conférence de presse d'après match, Pascal Dupraz a menacé de "monter au casse pipe dans les tribunes". Bref, c'est la crise au TFC.