Football

Les Girondins de Bordeaux dans l'antre de l'ogre PSG

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde vendredi 11 septembre 2015 à 7:00

Nicolas Pallois à la lutte avec Pastore le 25 octobre dernier.
Nicolas Pallois à la lutte avec Pastore le 25 octobre dernier. © Max PPP

Reprise épicée pour les Girondins. Après une coupure bienvenue, le calendrier les envoie au Parc des Princes vendredi soir (20h30) en ouverture de la 5ème journée de Ligue 1. Pas essentiel, sans doute, pas simple, c'est sûr, mais forcément excitant.

Et c'est reparti pour un deuxième marathon. Après avoir entamé sa saison sur les chapeaux de roue en digérant deux tours qualificatifs à la phase de groupes de la Ligue Europa, Bordeaux attaque une série de sept matches en 24 jours.

D'ici le 4 octobre et un déplacement à Lorient, les joueurs de Willy Sagnol ont à leur menu cinq rencontres de Ligue 1 et deux matches européens face à Liverpool et au Rubin Kazan.

"La plus grosse erreur c'est de voir trop loin. Surtout dans des saisons comme ça avec sans doute une cinquantaine de matches à faire. Si tu commences à regarder le match d'après, tu ne t'en sortiras jamais"

— Cédric Carrasso

Si la petite trêve a permis de souffler un peu, sauf pour les internationaux, les Girondins vont donc repartir de plus belle avec, en guise de hors d’œuvre, un déplacement au Parc des Princes.

Henri Saivet est persuadé que Bordeaux va sortir le grand jeu au Parc. - Radio France
Henri Saivet est persuadé que Bordeaux va sortir le grand jeu au Parc. © Radio France

Avant d'accueillir Liverpool jeudi pour essayer de se placer dans la course à la qualification, Bordeaux va donc se mesurer à ce qui se fait de mieux. Et si une défaite ne changerait rien au cours et aux objectifs de sa saison, l'équipe va pouvoir s'étalonner face à un adversaire qui a mis le turbo d'entrée. Un carton plein qu'il entend confirmer vendredi soir devant son public.

Il y a onze mois, les Bordelais étaient repartis de la capitale avec un revers 3-0 mais surtout la désagréable impression de ne pas avoir tenté leur chance.

"C'est sûr que si on reste derrière...Il ne faut pas avoir peur, et jouer"

— Henri Saivet, capitaine des Girondins

Aller à Paris avec une équipe au complet n'est déjà pas une sinécure. S'y rendre avec un wagon d'absents (Plasil, Sané, Sertic, Chantôme, Yambéré, Touré) a tout d'une mission impossible. Raison de plus pour se lâcher et ne rien regretter.