Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Les tribunes debout expérimentées au stade de la Licorne à Amiens

mercredi 11 juillet 2018 à 17:25 Par François Sauvestre, France Bleu Picardie

Des tribunes debout seront expérimentées dans 4 stades de football la saison prochaine, en L1 et en L2, a annoncé le ministère des Sports, répondant à une revendication de certains clubs de supporteurs. L'Amiens SC fait partie des clubs concernés.

Le kop de la tribune nord compte 532 places
Le kop de la tribune nord compte 532 places © Maxppp - Maxppp

Amiens, France

Des tribunes debout seront expérimentées dans quatre stades de football la saison prochaine, en L1 et en L2, a annoncé mercredi le ministère des Sports, répondant à une revendication de certains clubs de supporteurs.  Les clubs concernés sont le FC Sochaux, où une expérimentation existe déjà, le RC Lens en Ligue 2 ainsi qu'Amiens et Saint-Étienne en Ligue 1, a précisé un communiqué du ministère.

Concrètement, il s'agira soit de retirer les sièges, qui seront alors tracés au sol, soit d'installer des sièges à dossiers rétractables. Des barrières anti déferlement seront aussi installées. En France, les tribunes debout sont interdites depuis la catastrophe du stade de Furiani en 1992 (18 morts après l'effondrement d'une tribune) mais leur retour est une revendication de certains clubs de supporters. Dans les faits, ces derniers se tiennent debout, malgré les sièges, dans les tribunes où ils sont les plus actifs.

La ministre des Sports Laura Flessel avait demandé à l'Instance nationale du supportérisme (INS) de lui remettre une étude sur les conditions de mise en oeuvre de cette expérimentation, notamment en termes de sécurité et de coûts. Et avec une condition sine qua non : le maintien à un volume constant des capacités d'accueil des tribunes.

"Si cette première liste ne comprend que des clubs de football, l'expérimentation est néanmoins ouverte à tous les clubs relevant des ligues professionnelles", indique le ministère, qui parle d'une "seconde vague d'admission à l'expérimentation" à l'automne.