Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les vérités de Jean-François Fortin après son éviction de la présidence du SM Caen

-
Par , France Bleu Cotentin

L'ex-président du Stade Malherbe de Caen était l'invité ce lundi soir du Kop France Bleu Cotentin. L'occasion pour lui de revenir sur les conditions de de son départ de la présidence du club de foot et de commenter le projet de son successeur Gilles Sergent.

Jean-François Fortin dans les locaux de France Bleu Cotentin
Jean-François Fortin dans les locaux de France Bleu Cotentin © Radio France - Anthony Raimbault

"Depuis jeudi je suis peu sorti, j'ai fêté le maintien du Stade Malherbe en Ligue 1 samedi soir et j'ai eu droit à quelques hommages". La parole de Jean-François Fortin a été rare depuis jeudi soir et son éviction de la présidence du club qu'il aura dirigé durant 18 ans. Mais sur France Bleu Cotentin, l'ex-dirigeant a décidé de parler vrai, sans langue de bois. 

Sur son sentiment au terme de ces années de présidence : 

"Vous pensez bien qu'à partir du moment où vous avez été président durant une période longue, bénévolement, vous avez de l'amour pour ce club. Bien sûr qu'il y a un sentiment d'injustice quand vous êtes viré alors qu'on dit qu'on est content de votre travail." 

Sur les conditions de son éviction:

"Je pense que certaines personnes avaient de l'ambition. Elles ont réalisé une opération pour m'éliminer. Eux continuent de dire qu'il n'y a pas de putsch. Quelque chose se tramait depuis longtemps."

Le projet de son successeur:

"Le budget aujourd'hui, c'est 34 à 35 millions. Leur projet, c'est de passer à 40 millions d'ici 5 ans. Or avec la hausse des droits télé, mécaniquement vous arriverez à 40 millions. Ca n'est pas suffisant pour prétendre avoir plus d'ambition que seulement jouer le maintien." 

Son avenir:

"Pour l'instant, je reste actionnaire du club. Pour l'heure, je ne vais pas m'investir par ailleurs. Je vais tenter de retrouver une vie normale, des repas en famille ou entre amis le week-end. Il est possible que je reste dans le football, au niveau des instances nationales. On m'a déjà fait un appel du pied."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess