Football

Ligue 1 : 28e journée : les Canaris ne feront pas dans "la boucherie" à Reims

Par Martin Cotta, France Bleu Loire Océan samedi 7 mars 2015 à 7:00

nantes djilobodji
nantes djilobodji © Panoramic

Critiqués après la victoire (musclée) face à Guingamp le weekend dernier, les joueurs nantais se déplacent à Reims samedi (20h) pour la 28e journée de Ligue 1, et entendent prouver qu'ils savent pratiquer un bon football.

Cela pourrait être encore un match à haute tension samedi pour le FC Nantes . Huitième avec 36 points, soit sept longueurs d'avance sur le premier relégable, le groupe nantais affronte le Stade de Reims (20h) pour la 28e journée de Ligue 1 . Si une victoire en Champagne permettrait aux Jaunes et Verts d'aborder le printemps un peu plus sereinement, ce n'est pas cette rencontre qui a défrayé la chronique cette semaine à la Jonelière , mais celle face à Guingamp dimanche dernier.

Certains observateurs ont en effet souligné l'excès d'impact, d'agressivité selon eux, dont a usé le onze nantais pour vaincre les bretons (1-0). Avec une image en tête : le pied haut de Papy Djilobodji sur Jérémy Pied , déjà victime d'un coup de tête involontaire du défenseur nantais. Ces mêmes observateurs ont surtout fustigé la réaction de Michel Der Zakarian le coach nantais à l'issu du match qui avait accusé certains guingampais d'être des "pleureuses " à qui il aurait fallu acheter des mouchoirs. Pour clore la polémique une bonne fois pour toute, le coach nantais a par exemple appeler Pierre Ménès journaliste du Canal Football Club qui avait parlé du match comme une vraie boucherie et d'une attitude nantaise honteuse.

Papy Djilobodji dit ne pas avoir été perturbé par l'avalanche de critiques après son match contre Guingamp - Radio France
Papy Djilobodji dit ne pas avoir été perturbé par l'avalanche de critiques après son match contre Guingamp © Radio France - Martin Cotta
Pour autant, Michel Der Zakarian ne regrette en rien ses propos. "Le foot est un sport de duel. Il faut arrêter de pleurer, et cela je le dis aussi à mes joueurs. Je ne pense pas que mon équipe soit agressive. On n’a pas fait beaucoup de fautes depuis le début de saison et on ne prend pas beaucoup de cartons " explique-t-il. Ce samedi contre Reims , les Nantais peuvent s'attendre à être particulièrement observé par le corps arbitral. Papy Djilobodji en tête. Mais l'auteur du pied sur le Guingampais Jérémy Pied préfère manier l'ironie : "Depuis que je suis en France les arbitres me regardent. Au début en Ligue 2, c'est vrai je mettais des bras à tout le monde [dans les duels]. Je le sais et je me suis calmé. J'accepte les critiques, ils [les observateurs] peuvent dire ce qu'ils veulent, je sais si je sais jouer au foot ou pas " se défend le Sénégalais.

Michel Der Zakarian l'entraîneur nantais - Radio France
Michel Der Zakarian l'entraîneur nantais © Radio France - Martin Cotta
Pour le milieu de terrain Rémy Gomis , pas question de lever le pied (au sens figuré du terme) à Auguste Delaune samedi soir. Reims est un concurrent direct pour le maintien , il serait donc normal qu'il y ait un peu de tension sur la pelouse d'après le joueur : "Il faut y aller avec le même esprit conquérant que face à Guingamp pour essayer de faire un résultat là-bas. Pourquoi pas ne pas prendre les trois points ou au moins ne pas perdre là-bas ? " interroge-t-il.

Après son déplacement en Champagne, le FC Nantes affrontera deux autres équipes en quête du maintien, l'Evian-Thonon Gaillard et le Stade Rennais . Des rencontres où le bouchon ne devra là aussi pas sauter.

 

"Non mon équipe n'est pas très agressive"