Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Ligue 1 : résultats, classement, direct et calendrier

Ligue 1 - 3e journée : les résultats et le classement

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu

Rennes s'est imposé à Strasbourg pour prendre la tête de la Ligue 1 dimanche. Paris s'est relevé après sa victoire contre Toulouse au Parc des Princes lors de cette 3e journée qui se poursuit cette semaine : Lyon joue à Montpellier, Lille reçoit Saint-Etienne et l'OM se déplace à Nice mercredi.

Le Stade Rennais en tête de la L1
Le Stade Rennais en tête de la L1 © AFP - DAMIEN MEYER

La première pièce de cette troisième journée de Ligue 1 version puzzle ce samedi n'a pas fait d'étincelles mais Bordeaux Brest, Angers et Nantes en ressortent avec le sourire. Quatre rencontres seulement à l'affiche à cause du G7 et de la forte mobilisation des forces de l'ordre au Pays basque. Trois rencontres ont en effet été décalées. Les policiers ne pouvaient pas assurer la sécurité des matchs.

Rennes prend la tête, Paris se relève

Rennes continue son sans-faute en championnat. Le Stade Rennais s'est défait de Strasbourg (2-0) sur la pelouse de la Meinau grâce à Clément Grenier et M'Baye Niang qui a permis aux Bretons de faire le break après la pause et d'être leader du championnat.

Les Parisiens ont battu Toulouse (4-0) au Parc des Princes. Après une première période timide (0-0) et les pertes sur blessures de Cavani (14e) et Diallo (40e), les Franciliens sont revenus avec de meilleures intentions après la pause. Choupo-Moting a inscrit son premier but de la partie (50e,1-0) avant que Goncalves ne dévie une remise de Sarabia dans son propre camp (55e,2-0). Le break était fait mais l'infirmerie du club de la capitale a continué de se remplir avec la sortie de Mbappe sur blessure. Di Maria s'est offert le luxe de rater un penalty (69e) avant le doublé de Choupo-Moting (75e,3-0) et la tête de Marquinhos (83e,4-0) sur corner. 

Bordeaux, Brest et Nantes goûtent enfin à la victoire

Les Bordelais ont dépassé le mal-classé Dijon, 2 à 0. La recrue internationale française, Laurent Koscielny, n'a pas marqué laissant ce soin à deux autres nouveaux venus en Gironde : l'attaquant sud-coréen Hwang Ui-jo et le défenseur suisse Loris Benito. Ils ont tous les deux profité des largesses défensives de Dijon pour marquer leur premier but dans l'Hexagone. Dijon, en revanche, est déjà dans le rouge, comme en fin de saison dernière, après cette troisième défaite de rang.

Nantes s'est enfin imposée contre une équipe d'Amiens rapidement réduite à dix (2-1). Une expulsion à la 31ème minute de Bakaye Dibassy, auteur d'une vilaine semelle sur Abdoulaye Touré, a tout changé. Les Nantais ont livré une prestation séduisante mais avec un manque flagrant d'efficacité.

En mode rédemption après la claque reçue sur le terrain de Lyon (6-0) la journée précédente, le SCO a régalé le public du stade Raymond-Kopa en mettant un terme à la belle série du promu Metz, invaincu jusqu'alors, grâce à des buts d'El Melali qui honorait sa première titularisation, Baptiste Santamaria et Rachid Alioui.

Un match interrompu pour des chants homophobes

Brest a dominé Reims (1-0) en toute fin de rencontre. Un résultat paradoxal car les Bretons méritaient sans doute moins de gagner contre Reims que contre Toulouse ou Saint-Etienne, ses adversaires précédents. Brest s'en sort avec les trois points pour la première fois de la saison.

A noter cette première en ligue 1 : le match a été brièvement arrêté par l'arbitre après des insultes homophobes. Peu après la 50e minute au stade Francis-Le Blé, des insultes homophobes sont descendues des tribunes. L'arbitre les a entendues et a décidé d'interrompre le match une petite minute, le temps d'avertir son délégué et le speaker du stade. Celui a mis en garde le public : si de nouvelles insultes de ce types étaient entendues, les supporters risquaient de provoquer une interruption totale du match. Ce qui n'a pas été le cas. Déjà en Ligue 2, à Nancy une semaine plus tôt, la rencontre entre Nancy et Le Mans avait dû être interrompue en raison de chants à caractère homophobe.

Ce dimanche à 15h, Monaco n'a pas réussi à conserver son avantage face à Nîmes. Les Monégasques concèdent le match nul, 2 buts partout, après avoir mené 2-0. Ils ont été réduits à dix à la 55e minute de jeu avec l'expulsion de Jemerson, auteur d'un vilain tacle. 

Et comme à Brest samedi, des insultes homophobes ont été entendus au stade Louis II. L'arbitre de la rencontre a arrêté le match quelques instants. Le capitaine nîmois est allé voir directement ses supporters pour leur demander de se calmer.

Suite de la 3e journée cette semaine

Mardi 27, Montpellier a battu l'Olympique Lyonnais 1 à 0.

Mercredi, Saint-Étienne a perdu 3-0 à Lille.

Le match qui a commencé à 21h entre l'OGC Nice et l'Olympique de Marseille a été interrompu pendant dix minutes en raison de deux banderoles et de chants à caractère homophobe.

Choix de la station

France Bleu