Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La saison 2020 -2021 du Racing Club de Strasbourg

Ligue 1, après le succès 3-0 de Strasbourg à Brest : "On aimerait que tous les matchs ressemblent à celui-là"

-
Par , France Bleu Alsace

L’entraîneur strasbourgeois Thierry Laurey savoure la prestation réussie et pleine d’efficacité de son équipe ce dimanche à Brest. Le Racing a enfin su provoquer la réussite qui lui faisait défaut depuis le début de la saison. Il recolle à un point du 17ème Lorient.

Ludovic Ajorque a inscrit le troisième but du Racing Club de Strasbourg à Brest
Ludovic Ajorque a inscrit le troisième but du Racing Club de Strasbourg à Brest © Maxppp - Nicolas Creach

Les footballeurs strasbourgeois se sont largement imposés 3 à 0 ce dimanche après-midi à Brest grâce à des buts de Habib Diallo (27ème minute), de Kenny Lala sur penalty (40ème minute) en première période et de Ludovic Ajorque (67ème minute) en deuxième mi-temps. Ils ont fait preuve d’une efficacité diabolique et d’une solidité défensive, qu’on ne leur connaissait pas en cette entame de championnat. Accessoirement, ils prennent aussi leur revanche par rapport à l’humiliation 5 à 0 subie à Brest il y a quasiment un an (en décembre 2019).

Le Racing met ainsi fin à une série de trois défaites consécutives. Il reste 18ème du classement avec 6 points après 8 journées de Ligue 1, mais il recolle au peloton de deuxième partie de tableau et revient à une longueur du 17ème Lorient.

Un match référence

Pour l’entraîneur strasbourgeois Thierry Laurey, il y avait donc beaucoup de motifs de satisfaction, dans ce match référence : "On aimerait que tous les matchs ressemblent à celui-là. Jusque là, on n’avait pas fait un match avec cet état d’esprit-là, tous ensembles, beaucoup de solidarité, pas d’erreur manifeste, de la simplicité et puis une certaine forme d’efficacité. On n’a pas eu 50 occasions, mais on a su les concrétiser. Après il y a eu un petit brin de réussite, parce qu’entre un penalty pour Brest et un penalty pour nous, ça change quand même la donne. Tu peux être à un partout et finalement tu mènes 2-0".

La VAR fait basculer le match en faveur du Racing

Thierry Laurey fait référence au tournant du match juste avant la pause.  Au départ de l’action, sur une remise de la tête de Ludovic Ajorque, un défenseur brestois Julien Faussurier touche le ballon de la main dans sa surface de réparation et dans la continuité, sur la remontée des Bretons, Anthony Caci fait faute dans sa propre surface sur Romain Faivre. 

L’arbitre fait appel à l’assistance vidéo et le suspense est entier. On ne sait pas alors sur quelle action Jérôme Miguelgorry se penche. Après avoir visionné les images, il siffle un penalty pour les Strasbourgeois, car la première faute (de main) était brestoise. Kenny Lala transforme ce penalty (40ème minute), qui constitue le tournant du match pour l’attaquant Ludovic Ajorque.

"On avait vécu un peu cette situation il y a deux ans à Nîmes (NDLR : le Racing a cru mener 3 à 0 grâce à un but d’Anthony Gonçalves, finalement annulé après un recours à l’assistance vidéo. L’arbitre avait estimé qu’il y avait une faute d’un Strasbourgeois au départ de l’action. Sur le coup-franc qui avait suivi, les Crocodiles avaient marqué, pour finalement arracher l’égalisation 2 partout en toute fin de match), raconte l’attaquant réunionnais. Je savais qu’il y avait main d’un Brestois, après je ne savais pas comment l’arbitre allait interpréter la main. Donc j’ai prié très fort pour qu’il y ait penalty, parce qu’après il y avait peut-être aussi penalty pour eux, s’il ne siffle pas pour nous. Pour moi, c’est le tournant du match".

En deuxième mi-temps, Ludovic Ajorque ajoute un troisième but sur un service de son nouveau compère en attaque Habib Diallo. Le Sénégalais avait déjà ouvert le score en première période, d’une magnifique tête plongeante au premier poteau sur un centre d’Anthony Caci. 

Habib Diallo justifie (déjà) son transfert

Avec son deuxième but en deux rencontres sous le maillot strasbourgeois, le transfuge de Metz prouve qu’il est un redoutable finisseur et que le Racing a sans doute bien fait de débourser 10 millions d’euros (plus des bonus) pour l’acheter au rival lorrain. "C’est aussi pour ça qu’on a fait un chèque avec quelques zéros, sourit Thierry Laurey. On est très heureux qu’il justifie pour l’instant notre investissement. C’est un garçon qui a une très bonne mentalité, qui travaille beaucoup et qui est efficace. On est très content de son recrutement, même s’il faut encore peaufiner sa relation avec Ludovic Ajorque".

Cette deuxième victoire de la saison permet aux Strasbourgeois de recoller à un point du 17ème Lorient et de faire le plein de cette confiance qui leur manquait depuis le début de la saison. Ils pourront aussi préparer plus sereinement leur prochain match dimanche toujours à l’extérieur à Reims, le 19ème de Ligue 1, qui s’est réveillé aussi en corrigeant dimanche Montpellier 4 à 0 dans l’Hérault.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess