Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Ligue 1 - Bernard Casoni : "On nous avait tous condamnés"

mardi 28 mars 2017 à 9:53 Par Olivier Duc, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Breizh Izel

Le SM Caen (16e) se déplace à Lorient lors de la 31e journée de Ligue 1. Derniers depuis la 10e journée, les Merlus de Bernard Casoni, se sont relancés avant la trêve internationale en s'imposant à Nancy (3-2). Face à Caen, "il faut valider la victoire de Nancy", explique l'entraîneur lorientais.

Bernard Casoni " Face à Caen, il faut valider la victoire de Nancy"
Bernard Casoni " Face à Caen, il faut valider la victoire de Nancy" © Radio France - Philippe Renault

Caen, France

Lorient a décroché juste avant la trêve un succès important à Nancy avec un scénario où vous avez remonté un handicap de deux buts (2-3)

Bernard Casoni : C'est vrai que c'est un petit exploit parce que l'on restait sur cinq défaites consécutives et à la mi-temps on était mort. Enfin presque mort puisqu'on a ressuscité. On est toujours dans la course au maintien, plus que jamais et on y croit.

"On est toujours dans la course au maintien, plus que jamais on y croit."

Et vous avez joué pratiquement tous les gros mis à part Bordeaux et Lyon?

Après, tous les matchs il faut les jouer. Caen, Angers, Metz... il n'y a pas de petites équipes. Ce sera à nous d'être à la hauteur.

Comment présentez-vous à vos joueur ce rendez-vous face à Caen, le 16e?

On est dans le Money-Time, dans la dernière ligne droite donc tous les matchs ont leur importance. Maintenant il ne faut pas trop axer sur le résultat, il faut les sortir de là et penser plus au jeu, à ce que l'on va mettre en place pour être le plus performant possible.

"On est dans le Money-Time, dans la dernière ligne droite"

Comment on se serre d'un match comme celui de Nancy pour remonter les joueurs d'un point de vue psychologique?

Déjà on nous avait tous condamnés et puis on s'aperçoit qu'en ayant eu cinq défaites d'affilée, on est toujours dans la course au maintien. Plus que jamais il faut y croire et puis un match n'est jamais terminé tant qu'il n'y a pas eu de coup de sifflet. Cela montre qu'il faut y croire jusqu'au bout mais maintenant il faut améliorer. On a eu des lacunes sur le match de Nancy et il y a de quoi montrer autre chose que ce que nous avons montré à Nancy. J'attends une prise de conscience de mes joueurs aussi.

"On a eu des lacunes sur le match de Nancy et il y a de quoi montrer autre chose. J'attends une prise de conscience de mes joueurs aussi."

Il faut dire que Nancy va très mal. Vous avez gagné contre une équipe qui reste sur huit matchs sans victoire.

On savait que même en menant 2-0, le plus dur c'était de revenir au score. On savait qu'elle pouvait lâcher, qu'elle pouvait faiblir. On est resté organisé, on a pu revenir au score mais c'est vrai que le scénario a été idéal pour nous et puis de partir à la trêve avec une victoire à Nancy c'est bien pour le mental. Maintenant, c'est du passé. On ré-attaque aujourd'hui (lundi) les entraînements et maintenant c'est place à la concentration et la préparation de ce match de Caen. Il faut valider la victoire de Nancy.

"Partir à la trêve avec une victoire à Nancy c'est bon pour le moral."

Avec 25 pts à 8 journées de la fin, Lorient peut espérer se maintenir. Cette 18e place qui offre un barrage pour le maintien change tout cette saison

Oui, ça change mais à un moment il faut gagner les matchs aussi. Pour y croire il faut avancer. A nous de tout faire pour être le meilleur possible et gagner tous ses matchs à domicile.

"Cela fait 25 matchs qu'on traîne cette 20e place donc ce n'est pas toujours évident."

Comment expliquez-vous vos difficultés? Au niveau offensives. Vous avez des joueurs de qualités, beaucoup de possibilités mais vous n'arrivez pas à trouver la stabilité défensive depuis le début de saison?

Oui, ça fait 25 matchs que nous sommes derniers, qu'on traîne cette 20e place donc ce n'est pas toujours évident. On part toujours avec des buts handicaps, des buts largement évitables donc j'ai beau travailler la-dessus aussi, maintenant c'est assez récurrent. A nous de se mettre dans la peau de bien défendre. Ce n'est pas pour ça qu'il faut jouer derrière. C'est une question de concentration, d'état d'esprit, de mental aussi donc à nous d'être le plus performant aussi là-dessus.

Aujourd'hui vous avez 25 points tout comme Bastia. Vous êtes à trois points de deux autres équipes, Dijon et Nancy. Le SM Caen a ensuite 32 points avec 7 pts d'écart. Est-ce que vous estimez que pour ce maintien, à partir de maintenant ça va être une bataille à quatre ou alors...

(il coupe) Mais moi je ne pense même pas à trois ou à quatre ou à cinq ou à six. Moi, je vois le prochain match, c'est Caen. De toute façon, pour nous en sortir il faudra gagner des matchs. Maintenant c'est concentrons nous sur les moyens que nous allons mettre en place pour gagner ces matchs. Ça ne sert à rien de dire qu'il nous faut tant de points. Les matchs, il faut les jouer. Nous n'avons pas le choix. Pour avancer au classement, il faut gagner des matchs et marquer des points.

"Caen est une équipe qui se déplace bien, performante à l'extérieur, qui est bien organisée. C'est un bloc qui n'est pas facile à bouger"

Face au Stade Malherbe de Caen, selon vous, quel sera le principal danger qu'il faudra éviter?

Déjà, je voudrais saluer Patrice Garande que j'apprécie beaucoup. Après, c'est une équipe qui se déplace bien, performante à l'extérieur, qui est bien organisée. C'est un bloc qui n'est pas facile à bouger. Ce sera à nous d'être patient et de rester organisé le plus longtemps possible. Et derrière faire déjouer cette équipe qui n'est pas facile à manier.

"Toutes les équipes n'étaient pas habituées à jouer sur le synthétique (du moustoir). Maintenant c'est une belle pelouse. Pour les équipes qui arrivent ici, c'est moins pénible."

Pensez-vous que le fait d'être revenu à une pelouse naturelle au Moustoir a quelque chose à voir avec le fait que votre équipe gagne moins à domicile alors que les années précédentes, c'était un avantage?

Oui, c'était un avantage parce que toutes les équipes n'étaient pas habituées à jouer sur le synthétique. Maintenant, c'est une belle pelouse, on a des arguments aussi à faire valoir mais pour les équipes qui arrivent ici c'est moins pénible, c'est une pelouse, cela ne les change pas de leurs matchs à domicile alors que quand avant de venir à Lorient c'était un calvaire de jouer sur le synthétique comme on a pu jouer à Nancy le dernier match.