Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La saison 2020 -2021 du Racing Club de Strasbourg

Ligue 1 : "C'est dingue et je n'ai pas envie que ça s'arrête", l'Alsacien Jonathan Clauss s'épanouit à Lens

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Un peu à l’image d’un Dimitri Liénard, Jonathan Clauss, révélation du début de saison avec Lens, a connu un parcours tortueux avant d’éclore au plus haut niveau cette saison. Le joueur originaire d’Osthoffen n’avait pas été conservé au Racing Club de Strasbourg quand il avait 18 ans.

Le Bas-Rhinois Jonathan Clauss découvre la Ligue 1 cette saison avec le Racing Club de Lens
Le Bas-Rhinois Jonathan Clauss découvre la Ligue 1 cette saison avec le Racing Club de Lens © AFP - Jean Catuffe

Comme des milliers de gamins alsaciens, Jonathan Clauss rêvait de faire carrière au Racing, il y a été formé dès l'âge de 5 ans. Il suivait l'exploit des joueurs strasbourgeois avec son père dans les tribunes de la Meinau ou en tant que ramasseur de balles. "Il y avait Pagis, Niang, Bertin, Corentin Martins, c'était des vrais joueurs", se souvient-il.  

Mais le rêve de l'enfant d'Osthoffen s’est brisé à l’âge de 18 ans, quand le Racing ne l'a pas conservé. "C'était très compliqué à vivre, j'ai voulu arrêter le foot à un moment donné, parce que pour moi, c'était le Racing ou rien. Il fallait retrouver le plaisir de jouer au foot et ça a pris du temps".

Un parcours tortueux

Le défenseur latéral (ou milieu) droit  joue alors en amateur aux Pierrots Vauban, puis en Allemagne à Linx et à Raon-l’Etape dans les Vosges. Il multiplie les petits boulots, mais sa persévérance finit par payer. Il rebondit en National à Avranches, puis en Ligue 2 à Quevilly-Rouen, avant de briller la saison passée en deuxième division allemande à Bielefeld. 

L’Arminia décroche son billet pour la Bundesliga. Jonathan Clauss lui franchit à nouveau la frontière pour filer dans le Pas-de-Calais. Depuis le début de la saison, il découvre la Ligue 1 avec le Racing, mais pas celui dont il rêvait dans sa jeunesse, le Racing Club de Lens. "Pour y arriver, il a fallu batailler, c'est clair, sourit-il. Au final, quand j'ai repris espoir, j'ai tout mis en oeuvre pour arriver où je suis aujourd'hui. C'est ce qui me rend fier". 

Aujourd’hui, Jonathan Clauss brille et s’éclate au Racing Club de Lens, excellent 8ème de Ligue 1. L'Alsacien est même l’une des révélations de la saison et il se pince parfois pour y croire : "Pour l'instant, ce qui m'arrive, c'est dingue. Je n'ai pas envie que ça s'arrête et je fais tout pour que ça ne s'arrête pas".

Aucune rancœur vis à vis du Racing 

Et à l’heure des retrouvailles avec le Racing ce samedi au stade Bollaert, Jonathan Clauss n’éprouve aucune rancœur. Il a compris son éviction du club il y a 10 ans. "Athlétiquement, j'étais encore très frêle, petit, analyse le défenseur. Et puis je pense surtout dans la tête, je n'étais pas encore prêt à accéder à ce monde-là avec l'exigence que ça demande. Donc oui, 10 ans plus tard, je le comprends totalement".

Jonathan Clauss a bien évidemment coché la date de ses retrouvailles avec la Meinau en tant que joueur de Ligue 1, ça sera le week-end du 20 - 21 mars, en espérant que la rencontre ne se joue pas à huis clos, pour que sa famille et ses amis d'Osthoffen puissent l'y encourager.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess