Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Ligue 1 : résultats, classement, direct et calendrier

Ligue 1 : ce qu'il faut retenir de la folle saison 2020-2021

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Clap de fin pour la saison 2020-2021 de Ligue 1. Au terme d'un suspense inédit, Lille a été sacré Champion de France devant le PSG. En bas de tableau, Nantes a décroché de justesse le maintien lors des barrages face à Toulouse. Retour sur une folle saison marquée par le Covid et Mediapro.

Lille a remporté son quatrième titre de Champion de France au terme d'une saison de Ligue 1 pleine de suspense
Lille a remporté son quatrième titre de Champion de France au terme d'une saison de Ligue 1 pleine de suspense © AFP - LOIC VENANCE

Il a fallu attendre la toute dernière minute dimanche 23 mai pour connaître le nom du Champion de France. Au terme d'un suspense intense, Lille a remporté son quatrième titre en Ligue 1 grâce à son succès contre Angers. Les Parisiens, malgré leur victoire à Brest, échouent à conserver leur titre, un point derrière les Lillois. Un cran en dessous, Lyon et Marseille se sont qualifiés en Ligue Europa tandis que Rennes a accroché d'un cheveu sa place pour la Ligue Europa Conference. 

En bas de classement, Nantes a échoué à la 18e place et a dû en passer par les barrages pour s'assurer de retrouver la Ligue 1 l'an prochain. Retour sur la folle saison 2020-2021 de Ligue 1, également secouée par le Covid-19, des stades vides et la crise Mediapro. 

Le titre pour Lille, au bout d'une course effrénée 

C'était du jamais-vu en Ligue 1. Jusqu'au bout, trois équipes menaient une lutte acharnée pour remporter le titre. Un suspense haletant qui a ravi les amateurs du ballon rond lors de cette saison 2020-2021. Finalement Lille a tenu bon avec son point d'avance sur Paris et remporte le quatrième titre de son histoire, dix ans après le dernier, grâce à sa victoire contre Angers (2-1). Un dénouement logique au terme de la course entre Lille, Paris, Lyon et Monaco. Si les Gones ont décroché dans le sprint final, Paris et Monaco se sont montrés menaçants jusqu'à ce dimanche soir. 

Sur le podium depuis la cinquième journée, le Losc est l'équipe qui est restée le plus longtemps en tête du championnat. Pourtant les Lillois ont connu une saison en montagnes russes : malgré les exploits sportifs, la situation du club, notamment avec le changement de propriétaire juste avant la trêve de fin d'année, a créé des secousses. Agitation également autour de Luis Campo, le conseiller du président Gérard Lopez, dont les relations glaciales avec la direction du club a créé des tensions. 

Malgré cela, c'est au recruteur portugais que le Losc doit l'arrivée de trois joueurs déterminants cette saison : les attaquants Jonathan David et Burak Yilmaz et le défenseur Sven Botman. Dès le début de la saison, Lille a montré les muscles et a marqué les esprits avec de grosses victoires : 4-0 face à Lens, 2-1 contre Monaco, des succès en Ligue Europa, notamment la très belle victoire à San Siro face à l'AC Milan de Zlatan Ibrahimovic (3-0). 

Parallèlement, le club lourdement endetté, tentait de trouver une solution pour se sauver financièrement. Gérard Lopez, mis sous pression par ses bailleurs, n'a pas eu d'autre choix que de céder le Losc au fonds d'investissement luxembourgeois Merlyn Partners, juste avant Noël. Une sauvetage qui a permis de conserver de la stabilité au sein du groupe, les résultats étant visibles dès février alors que Lille reprenait la tête de la Ligue 1. Malgré un coup de mou en mars, les Nordistes sont revenus dans la partie, notamment lors de la victoire (1-0) à Paris début avril. 

Morne saison pour Paris 

Même si Paris a fait le boulot dimanche soir en battant Brest (2-0), le club échoue à la deuxième place, un point derrière Lille. Avec huit défaites en Ligue, le PSG a signé sa pire saison en dix ans d'ère qatarienne. Après Montpellier en 2012 et Monaco en 2017, c'est la troisième fois que Paris se laisse ravir la couronne nationale. Seuls bons points, les victoires en Coupe de France et en Trophée des champions. Malgré un beau parcours en Ligue des Champions, les Parisiens se sont inclinés en demi-finale contre Manchester City. 

Au soir de la dernière journée de Ligue 1, le penalty raté de Neymar dessine un beau symbole de cette saison grise. Entre Covid et blessures, l'artiste brésilien n'a pas tout à fait joué la moitié des matchs de L1 (18 sur 38). Ney n'a marqué que 9 buts, dont 5 sur pénalty. De son côté, Kylian Mbappé a remporté son troisième titre de meilleur buteur de L1 avec 27 buts. Mais "Kyky" va enchaîner sur l'Euro sans avoir prolongé son contrat, où il ne reste plus qu'une année. 

Après cette morne saison, le PSG va devoir repartir avec cette fois Mauricio Pochettino aux commandes dès la préparation estivale. Pour reconquérir son titre, et enfin décrocher la Ligue des Champions. 

Monaco en Ligue des Champions, Lyon distancé

Frustré mais qualifié. Monaco n'a pas réussi à marquer lors du 38e et dernier match de la saison. Match nul (0-0) face à Lens. Mais les Monégasques ont profité de la défaite surprise de Lyon contre Nice (2-3) pour rester à la troisième place. L'ASM est donc qualifié en Ligue des Champions pour la saison prochaine tandis que Lyon devra se contenter de la Ligue Europa, tout comme Marseille. Lens termine à la septième place et premier non-européen après le succès de Rennes face à Nîmes (2-0). Une déception finale pour un promu qui a néanmoins réalisé une saison supérieure aux attentes. 

Pour Lyon, la désillusion est grande. Ce dernier match de la saison était également le dernier pour  Rudi Garcia. Dans la foulée, l'entraîneur a confirmé qu'il arrêtait l'aventure. Marseille a réussi de son côté à limiter la casse en terminant à la cinquième place, grâce au souffle retrouvé depuis l'arrivée de Sampaoli. Rennes s'est qualifié en Ligue Europa Conference, la nouvelle compétition européenne, en battant Nîmes (2-0). 

Nantes arrache le maintien, Dijon et Nîmes relégués

Après avoir terminé tout en bas du classement, à la 18e place, Nantes a dû aller chercher le maintien lors des barrages contre Toulouse. Et les Canaris se sont faits peur jusqu'au bout. Après un match aller sérieux, remporté 2-1, les Nantais ont été méconnaissables lors du match retour et se sont inclinés 0-1. C'est donc grâce aux points du match aller qu'ils assurent leur maintien. Les Canaris seront bien dans les rangs de la Ligue 1 l'an prochain.

Pour Dijon et Nîmes, les dés étaient déjà joués. Les Bourguignons savaient déjà depuis la 34e journée qu'ils évolueraient en Ligue 2 la saison prochaine. Résultat logique alors que le club n'a passé qu'une seule journée hors de la zone de relégation cette année. Pour Nîmes, la douche froide a eu lieu le week-end dernier et la défaite contre Lyon (2-5). 

En Ligue 2, Troyes et Clermont rejoindront la Ligue 1 la saison prochaine. Toulouse devra donc affronter Nantes en barrage pour tenter de les rejoindre. En bas de tableau, Chambly et Châteauroux sont relégués en Nationale et Niort devra affronter Villefranche en barrage pour se sauver. 

Covid et Mediapro 

Il n'y a pas que sur les terrains que cette saison de Ligue 1 a été folle. Tout d'abord, le Covid-19 était malheureusement toujours là, condamnant les stades à rester vide de supporters une bonne parte du championnat, jusqu'à cette dernière journée. Dès le match d'ouverture, Marseille - Saint-Etienne (21 août), le coronavirus est venu gâcher la fête en contaminant plusieurs joueurs de l'OM, et entraînant le report de la rencontre. 

De 5.000 spectateurs maximum par stade, la reprise de l'épidémie a contrait à abaisser la jauge à 1.000 personnes, puis aux tristes huis-clos. Adieu les recettes de billetterie pour les clubs et adieu l'ambiance dans les tribunes, où parfois une bande son pré-enregistrée de chants de supporters tentait de masque le silence. 

Conséquence directe de l'épidémie : Mediapro et les annonces de son patron, ont fait l'effet d'une bombe dans le football hexagonal. En octobre, le diffuseur qui détient 80% des droits TV de la Ligue 1, veut rediscuter son contrat en raison des turbulences de l'épidémie sur les finances du foot français. Incapable de verser à la Ligue l'argent qu'il lui doit, le groupe espagnol à capitaux chinois est obligé de trouver une solution d'urgence face à la panique qui saisit les clubs. Le manque à gagner s'élève à plusieurs centaines de millions d'euros pour ces derniers, qui bâtissent une grande partie de leurs budgets sur les droits télévisuels. 

"La crise Covid est mondiale, mais la crise Mediapro n'est tombée que sur le championnat français" rappelait début avril Christophe Galtier, entraîneur victorieux de Lille. "Il vaut mieux tenir que courir. Mediapro proposait plus, mais est-ce que c'était le bon choix ? Le mieux est l'ennemi du bien", philosophait l'entraîneur de Metz Frédéric Antonetti. Rupture de contrat, litiges juridiques multiples, appels d'offre : la Ligue dirigée par Vincent Labrune s'est démenée pour éviter l'écran noir, jusqu'à l'annonce début février d'un accord avec Canal+ pour la fin de la saison. Cela s'est traduit par une baisse des revenus télévisuels des clubs à hauteur de 49% pour l'exercice en cours. r

Choix de la station

À venir dansDanssecondess