Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ligue 1 | Denis Zanko nouvel entraîneur du TFC : "mon boulot c'est que tout le monde y croie"

-
Par , France Bleu Occitanie

Denis Zanko a tenu sa première conférence de presse ce jeudi au Stadium. A 48 heures de la réception de Brest, le nouveau coach de la lanterne rouge a fait preuve d'humilité. Il veut "poser un cadre" et "responsabiliser les joueurs".

Denis Zanko lors de sa première conférence de presse en tant qu'entraîneur du TFC
Denis Zanko lors de sa première conférence de presse en tant qu'entraîneur du TFC © Radio France - Stéphanie Mora

Le président du Toulouse FC, Olivier Sadran, a appelé Denis Zanko dès samedi soir après la défaite en coupe de France pour lui proposer de prendre la place d'Antoine Kombouaré. Le nouveau coach est donc monté dans le bus avec les joueurs dimanche après-midi direction Peralada en Catalogne pour trois jours de stage. De retour au stadium ce jeudi, Denis Zanko a tenu sa première conférence de presse. En une vingtaine de minutes, il a expliqué pourquoi il a accepté de relever le défi : "Un, on me fait confiance. Deux, je crois à la possibilité de rester en ligue 1 et trois, j'ai envie de vivre une aventure humaine avec eux"

Un, on me fait confiance. Deux, je crois à la possibilité de rester en ligue 1 et trois, j'ai envie de vivre une aventure humaine avec eux. Denis Zanko

Le discours aux joueurs

Denis Zanko dit avoir attendu lundi soir, après la première séance d'entrainement à Peralada, pour parler aux joueurs. "Il fallait laisser le temps aux garçons de digérer tout ça. L'idée c'était de leur expliquer pourquoi j'étais là, comment je fonctionnais. Je n'ai pas accepté pour flatter mon ego. Il y a beaucoup de difficultés qu'il va falloir affronter et ça, il faut que les joueurs l'entendent. Quand on en est là à la moitié de la saison, il y a un impact affectif qui est non négligeable. Si on veut recréer une dynamique j'aurai besoin des joueurs mais ils auront besoin de moi aussi

S'adapter et faire dans l'urgence sont des expressions qui sont souvent revenues chez Denis Zanko. Le nouvel entraineur a passé la semaine à "observer" et poser les bases du fonctionnement au quotidien. "J'ai l'impression que l'équipe avait perdu confiance donc il est important de recréer une dynamique positive et que ces garçons qui sont touchés dans leur amour propre réapprennent à gagner." 

Je leur ai dit : 'Je vais vous proposer des choses mais c'est pas moi qui vais faire. Et c'est vous qui bonifierez ce qu'on met en place'

Interrogé sur les propos du président Sadran lundi soir qui décrivait de joueurs "perdus", Denis Zanko relativise : "Il y a une forme d'insouciance de leur part c'est peut-être du à cette génération mais j'ai pas senti des garçons perdus. Il y a une forme de mobilisation avec le changement d'entraîneur, l'idée c'est qu'elle perdure dans le temps. Moi je peux proposer des choses mais ce sont eux qui ont les clés". Denis Zanko attend d'eux de l'implication et entend les responsabiliser.

Son nouveau statut

"Je suis quelqu'un d'humble. Et j'espère être lucide. Il y a aucun club de ligue 1 ou de ligue 2 qui m'aurait appelé. J'étais directeur technique du centre de formation. Donc si on ne parle que de mon cas, la trajectoire qui est la mienne est très singulière. Ca ne veut pas dire que je manque d'ambition mais il faut être lucide et si j'ai accepté cette mission c'est que je pense que j'ai les épaules pour le faire. Je vais m'appuyer sur tous les garçons qui ont la volonté d'agir. Je les connais bien donc j'ai un petit temps d'avance". 

Je n'arrive pas avec une baguette magique. Il y a aucun club de ligue 1 ou de ligue 2 qui m'aurait appelé (...) si j'ai accepté cette mission c'est que je pense que j'ai les épaules pour le faire. Denis Zanko

Très évasif sur le mercato en cours, il dit laisser "la cellule de recrutement travailler". A priori pas de changement dans le staff autour du nouvel entraîneur.

Denis Zanko a aussi raconté sa rencontre avec Pascal Dupraz quand ils passaient leur diplôme d'entraîneur, "un mec bien" qu'il ne connaissait pas plus que ça. L'homme du sauvetage du TFC en 2016 le fera venir pour prendre les rennes du centre de formation du Tèf. Et ce jeudi, on a entendu chez le nouveau manager un discours proche de celui de "Coach Dupraz" au moment de la Remontada : "Maintenant mon travail c'est que tout le monde y croit, parce que je veux pas être tout seul dans le désert. Si tout le monde est convaincu qu'on peut réaliser cet objectif [le maintien, NDLR] on aura plus de chance d'y arriver. Il n'y a pas beaucoup de gens qui pensent que c'est faisable, mais on n'est pas juste des illuminés. Il y a des éléments concrets qui nous font penser que c'est possible"

Le match contre Brest samedi. 

Denis Zanko veut d'abord retrouver un équilibre dans l'équipe et une assise défensive : "on règlera nos problèmes par les attaquants mais il faut aussi que tout le monde soit concerné par la récupération du ballon". 

Concernant le capitanat, Denis Zanko ne remet pas en cause le statut de Max-Alain Gradel mais en son absence pour blessure, le coach n'a pas voulu dire qui portera le brassard samedi. 

Concernant Brest, le nouveau coach violet se méfie. Il qualifie le stade brestois d'équipe "joueuse" qui "a du culot" avec "un projet de jeu très clair". "C'est tout sauf l'adversaire idéal parce que c'est une équipe qui joue sans complexe. C'est une équipe qui a beaucoup d'arguments". 

TFC-Brest, samedi 11 janvier à 20h. À suivre dès 19h30 sur France Bleu Occitanie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu