Sports

Ligue 1 : davantage de stadiers et de caméras pour l'ASNL cette saison

Par Cédric Lieto, France Bleu Sud Lorraine jeudi 11 août 2016 à 4:00

Les forces de l'ordre auront des yeux partout au stade Marcel-Picot de Nancy
Les forces de l'ordre auront des yeux partout au stade Marcel-Picot de Nancy © Radio France - Cédric Lieto

J-3 avant le retour de l'AS Nancy Lorraine en Ligue 1. Dimanche 14 août, les hommes de Pablo Correa reçoivent Lyon, dauphin du PSG la saison dernière. Match dans un stade Marcel-Picot dont le dispositif de sécurité a été revu.

Plusieurs aménagements ont eu lieu au stade Marcel-Picot à l'intersaison. Parmi eux, la rénovation du PC sécurité de l'enceinte où jouera l'AS Nancy Lorraine ce dimanche 14 août face à Lyon. Un chantier financé par la métropole du Grand Nancy à hauteur de 600.000 euros et qui devenait urgent. Marcel-Picot bénéficiait de dérogations depuis plusieurs années.

D'une trentaine à plus de 80 caméras

Le PC a été déplacé et occupe l'ancien bureau du président de l'ASNL Jacques Rousselot ainsi qu'une loge. Sa superficie a triplé pour atteindre 75 mètres carrés. D'un côté, une baie vitrée permet aux forces de l'ordre de voir la pelouse et toutes les tribunes. De l'autre, un mur d'écran est relié au système de vidéosurveillance. Un réseau qui a beaucoup changé, comme l'explique le responsable de la sécurité du club, Nabil El Yaagoubi :

On est passé d'une trentaine de caméras à plus de 80, donc on a fait une vraie augmentation du nombre de caméras. On est passé de l'analogique au numérique également, donc on s'est mis au goût du jour en terme de technologie."

Travaux non liés aux attentats

Cette rénovation peut paraître encore plus importante en période de risque d'attentat. Mais ce ne sont pas les événements des derniers mois qui ont dicté le lancement des travaux :

J'ai presque envie de dire que c'est un concours de circonstances, c'est un projet qui est dans les cartons depuis des années, on a eu des dérogations. On a repoussé le temps de monter les dossiers, d'avoir les budgets pour les collectivités. Ca a peut-être davantage tout son sens aujourd'hui, plus qu'il y a quelques années."

D'ailleurs, plus que le risque terroriste, c'est la présence de supporters adverses qui va contraindre l'ASNL à employer davantage de stadiers cette saison. Face à Lyon, ils devraient être environ 170 au lieu de 130.

Partager sur :