Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ligue 1 - Girondins de Bordeaux : les Ultramarines répondent à Frédéric Longuépée

-
Par , France Bleu Gironde

Alors que le président délégué des Girondins dit vouloir porter plainte contre le principal groupe de supporters après la fuite d'enregistrements sonores de réunions, les Ultramarines assument leur stratégie dans une lettre ouverte.

Les Ultramarines , dans le virage Sud du Matmut Atlantique
Les Ultramarines , dans le virage Sud du Matmut Atlantique © Radio France - Justine Hamon

"Même des excuses publiques ne refermeraient pas les cicatrices que vous avez creusées." Dans une lettre ouverte publiée ce lundi, les Ultramarines répondent au PDG des Girondins de Bordeaux Frédéric Longuépée, après que ce dernier ait dévoilé dans L'Equipe son intention de porter plainte contre le principal groupe de supporters. Il leur reproche d'avoir publié sur les réseaux sociaux des enregistrements sonores provenant de réunions entre les dirigeants du club et des abonnés. "Nous sommes pleinement conscients des risques que nous avons pris (...) nous les assumons" écrivent les Ultramarines.

Le point de non-retour est atteint des deux côtés

Dans son interview au journal L'Equipe, Frédéric Longuépée assure qu'entre les Ultras et la direction des Girondins, "le point de non-retour a été atteint." Même constat du côté du groupe de supporters ce lundi : "N’insistez plus. Partez. Vous avez fait trop de mal à ce club." Le divorce est total, les deux camps manifestement irréconciliables. Pour les Ultramarines, une seule issue possible : le départ de la direction, Frédéric Longuépée en tête, qu'ils accusent d'avoir "entrepris une opération de démolition (...) Continuez de geindre si vous le voulez, en vous demandant pourquoi nous refusons le dialogue. Il est impossible, mort, et enterré." 

Mais le départ de Frédéric Longuépée, ou de l'actionnaire King Street, ne semble pas à l'ordre du jour. Le PDG des Girondins a répété dans L'Equipe que les propriétaires américains du club étaient "là pour longtemps (...) par rapport à la crise qu'on vit, c'est une chance inouïe d'avoir un fonds d'investissement aux reins solides." Déjà endettés, les Girondins subissent l'arrêt de la Ligue 1, qui signifie la perte de droits télés et de recettes de billetterie, ainsi que de leur principal sponsor maillot

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu