Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ligue 1 - Girondins de Bordeaux : "On n'est pas dans Koh-Lanta"

-
Par , France Bleu Gironde

Avant de partir en stage en Bretagne où Bordeaux jouera ce dimanche (15h) à Lorient un match crucial pour son avenir, le milieu de terrain Yacine Adli a tenu un discours volontariste et rétabli quelques vérités sur l'état présumé du vestiaire girondin.

Yacine Adli assure être déterminé à tout faire pour sauver le club.
Yacine Adli assure être déterminé à tout faire pour sauver le club. © Maxppp - Maxppp

16ème au classement, sur une série d'une victoire lors des douze dernières journées, Bordeaux tente de positiver avant le rendez-vous qui l'attend dimanche au stade du Moustoir. Rendez-vous vers lequel tout le groupe est tourné assure Yacine Adli. Interview.

France Bleu : comment abordez-vous ce match hyper important ?

Yacine Adli : Personnellement, je l’aborde très sereinement parce que je suis conscient de ce qu’il faut faire aujourd’hui pour l’équipe et pour le club. Ce match peut conditionner la fin de saison, on peut vraiment mettre à distance nos concurrents directs. Maintenant, il ne faut pas se mettre une grande pression, il faut jouer avec nos valeurs et un esprit irréprochable. C’est par là qu’on arrivera à faire un résultat.

Si avec cinq matches on n’est pas capable de prendre entre trois et six points, c’est qu’on n’est pas fait pour cette ligue-là.

Comment vont les têtes ?

C’est compliqué de vivre une saison comme ça, une série comme ça. On n’est pas les plus à plaindre. Si on arrive à avoir tous la tête à l’endroit, on fera en sorte que ce club reste dans l’élite parce que c’est aujourd’hui la priorité. Il n’y pas de temps pour les états d’âme, il faut se remobiliser.

La relégation fait-elle peur ?

Moi je n’ai pas peur. C’est ce que je rêve de faire depuis tout petit. Alors je rêve de jouer des matches à enjeu pour gagner des choses. Aujourd’hui c’est un match à enjeu pour se maintenir. Je fais ce métier pour ces matches-là, pour montrer que j’ai la personnalité pour aller chercher des choses, j’ai hâte de jouer ce match. Si avec cinq matches on n’est pas capable de prendre entre trois et six points, c’est qu’on n’est pas fait pour cette ligue-là.

Bordeaux va devoir retrouver ses vertus collectives pour s'en sortir.
Bordeaux va devoir retrouver ses vertus collectives pour s'en sortir. © Maxppp - Maxppp

A Lorient, il faut absolument gagner ou se contenter de les tenir à distance ?

Moi je vais à Lorient pour gagner, je ne me cache pas. Il faut qu’on aille faire un gros match tous ensemble. Il faut vraiment avoir cette envie de prendre le dessus sur l’adversaire. 

Ça n’a pas été l’anarchie non plus, on croirait que c’était Bagdad notre vestiaire. Il faut arrêter de croire tout ce qui se dit et que dans le vestiaire c’était la guerre. Il y a toujours eu du respect entre les joueurs, il n’y a jamais eu de débordements.

Que peut-vous apporter ce mini-stage en Bretagne ?

On est quatre jours ensemble, quatre jours pour aller chercher une victoire. Ça va passer par la cohésion, par le fait de vivre plus ensemble que d’habitude. Cette saison on n’a pas eu de réunions de famille où on fait les repas, on n’a pas eu ces moments-là. Ce stage doit nous permettre de souder encore plus notre effectif.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

C’est ce qui vous manque en ce moment, vivre bien ensemble ?

Ça n’a pas été l’anarchie non plus, on croirait que c’était Bagdad notre vestiaire. Il faut arrêter de croire tout ce qui se dit et que dans le vestiaire c’était la guerre. Il y a toujours eu du respect entre les joueurs, il n’y a jamais eu de débordements. Quand on perd, on peut tout reprocher. On peut dire que dans le vestiaire ça ne va pas, que l’intendant a mal plié l’habit, que les pates du cuisinier ne sont pas bonnes…On a créé ce contexte en faisant croire qu’il y avait des clans. Il n’y pas de clans, on n’est pas dans Koh-Lanta. Ce contexte nous a amenés à nous égarer du sportif,  a créé des tensions en interne qui n’avaient pas lieu d’être. On va continuer de parler de ça toute la saison ? Aujourd’hui tout le monde s’est remis dans le truc pour aller chercher des points et maintenir le club parce que c’est la priorité.

Est-ce que tous vos coéquipiers ont la même détermination que vous ?

Aujourd’hui beaucoup de joueurs n’ont pas de confiance. Au bout d’un moment c’est cette personnalité qui doit te permettre de te surpasser pour essayer de changer ça. Parce que si on ne fait pas en sorte de le changer, on ne va pas gagner de match. Plein de fois, ça aurait pu passer mais ce n’est pas passé. Aujourd’hui la question c’est de savoir comment basculer du ‘ça va passer’ à ‘ça passe’. Se cacher, ça va deux minutes. il faut gagner.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess