Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Ligue 1 - Girondins de Bordeaux : Poyet en quête de caractère(s)

jeudi 26 avril 2018 à 13:52 Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde

Si Bordeaux peut encore mathématiquement rêver d'Europe via la sixième place, son entraîneur prépare l'avenir. Malgré le flou entourant l'éventuelle vente du club, il souhaite resserrer son groupe et lui donner une mentalité de gagnant.

Gustavo Poyet reconnaît que le mental sera au cœur du mercato girondin.
Gustavo Poyet reconnaît que le mental sera au cœur du mercato girondin. © Maxppp - Maxppp

Ce jeudi en conférence de presse, Gustavo Poyet ne s'est pas attardé plus qu'il ne faut sur la réception samedi (20h) de Dijon pour un match qu'il considère pourtant comme un passage important. 

"Il l'est plus que ce que beaucoup de monde pense, affirme l’Uruguayen, parce que si on le gagne, on s'offre la possibilité de finir la saison avec quelque chose d'important."

Sur trente joueurs, dix au minimum vont rester à 100%, dix vont partir. Pour les autres c'est plus difficile...Ça va dépendre des prochains matches.S'ils veulent rester, ils peuvent rester mais ils vont jouer toutes les semaines en Nationale 3.

Avec six points de retard sur le sixième, Saint-Etienne, Bordeaux part de très loin mais surtout, le technicien compte sur les quatre derniers rendez-vous pour voir sur qui il va pouvoir compter.  "C'est vraiment important de préparer l'année prochaine, de regarder des joueurs qui sont sous contrat et qui n'ont pas joué un match depuis six mois. Sur trente joueurs, dix au minimum vont rester à 100%, dix vont partir. Pour les autres c'est plus difficile...Ça va dépendre des prochains matches. Je vais parler individuellement avec tout le monde."

Et Gustavo Poyet n'a pas l'intention de faire dans le sentiment. "_S'ils veulent rester, ils peuvent rester mais ils vont jouer toutes les semaines en Nationale 3 où en Nationale 2 j'espère (ndlr : la réserve est encore en course pour la montée). Si tu montres tous les jours une attitude positive, je suis content de te garder. Mais si on est dans ce confort à Bordeaux...Il faut gagner son argent, jouer pour le club, pour la ville._"

Le Brésilien Pablo a apporté ce caractère qui a terriblement manqué cette saison à d'autres postes. - Maxppp
Le Brésilien Pablo a apporté ce caractère qui a terriblement manqué cette saison à d'autres postes. © Maxppp - Maxppp

Deux jours après le constat fait par son prédécesseur Jocelyn Gourvennec dans les colonnes du journal L'Equipe, l'entraîneur pointe lui aussi un manque de caractère. "Ce qui s'est passé cette année est passé mais c'est clair qu'on va chercher des joueurs avec un caractère différent. Samedi, c'est l'opportunité de voir si on peut faire le même match que contre Paris. Ou pas. Et si on ne le fait pas, c'est une confirmation qu'il faut changer de manière totale. C'est comme ça qu'un club va de l'avant."

Il n'y a pas beaucoup de différences physiques entre deux équipes, techniquement, pour quinze ou seize équipes, c'est pareil. Ce qui fait la différence, c'est le mental. Je suis sûr de ça.

Et l'ancien joueur de Chelsea de rappeler qu'il aimerait s'adjoindre les services d'un préparateur mental. "On a parlé avec deux ou trois personnes. J'essaie toujours d'amener des gens pour m'aider dans ce que je n'arrive pas à faire. Il faut connaître ses limites. Je pense que la part mentale devient de plus en plus importante. Il n'y a pas beaucoup de différences physiques entre deux équipes, techniquement, pour quinze ou seize équipes, c'est pareil. Ce qui fait la différence, c'est le mental. Je suis sûr de ça."

Gustavo Poyet annonce aussi son intention de réduire son groupe en quantité. "Il y a des postes où on a des besoins à 100%. J'espère qu'on sera vraiment dur pour ne pas laisser partir les joueurs dont on a besoin. Et si un part, j'espère que les autres seront plus chers. Moi je veux 25 à 26 joueurs maximum. Si on peut arriver à 20 avec trois ou quatre jeunes joueurs du centre de formation, c'est magnifique."

Des vœux affichés qui vont maintenant se confronter à la réalité du marché, aux ego des uns et des autres et à l'avenir d'un club toujours susceptible d'ici l'été de changer de propriétaire. "J'aurais bien voulu que ça se passe un mois avant, reconnaît-il, mais ça ne s'est pas passé. Alors il faut essayer de parler avec les agents, de regarder, d'être présent sur ce mercato. Mais il faut attendre pour faire la dernière passe."