Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Ligue 1 - Girondins de Bordeaux : rincés mais rassurés avant Reims

samedi 29 septembre 2018 à 7:06 Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde

Remis en confiance par deux succès qui lui ont permis de remonter en milieu de classement, Bordeaux dispute ce samedi (20h) à Reims son quinzième match de la saison. En espérant avoir assez de gaz dans le moteur pour contrarier un promu qui ne lui réussit pas.

Bordeaux joue beaucoup, Bordeaux souffre mais Bordeaux s'accroche.
Bordeaux joue beaucoup, Bordeaux souffre mais Bordeaux s'accroche. © AFP - Nicolas Tucat

Bordeaux, France

Les Girondins ne regardent pas au-delà de leur prochain match, le calendrier ne leur en donne pas le loisir. Depuis leur entrée dans les qualifications de la Ligue Europa le 26 juillet à Ventspils, il s'est écoulé 66 jours et ils vont devoir rechausser les crampons en compétition officielle pour la quinzième fois !

"Ce n'est pas rien, reconnaît Eric Bedouet, avec des matches tous les trois jours. Mercredi, Lille jouait son septième match...Il va falloir faire des changements, c'est obligé, certains peuvent enchaîner parce qu'ils n'ont pas beaucoup joué. Mais pour la plupart, il faut faire tourner, retrouver la fraîcheur tout en gardant une qualité de base. Or, quand vous faites des changements, il y a toujours des petits déséquilibres qui se créent."

En raison de l'accumulation des matches, il y aura encore des changements promet Eric Bedouet. - Radio France
En raison de l'accumulation des matches, il y aura encore des changements promet Eric Bedouet. © Radio France - Arnaud Carré

Avec Ricardo, l'entraîneur va donc essayer de conserver l'équilibre, notamment défensif, retrouvé lors des deux dernières sorties. Même si la défense a tangué pendant vingt minutes à Guingamp, même si elle a été sauvé par un Benoît Costil en état de grâce mercredi face au LOSC.  Preuve qu'à défaut de maîtriser son sujet, l'équipe s'accroche. 

Youssouf Sabaly : "Dans les mauvais moments comme dans les bons, on essaie d'être ensemble"

"On avait mal débuté, rappelle le latéral Youssouf Sabaly, ça fait du bien. On est une équipe. Dans les mauvais moments comme dans les bons, on essaie d'être ensemble. Sur les deux victoires, ce n'était pas facile mais on a remporté ces matches-là."

Des points à prendre, une stat à effacer

Victoires heureuses, victoires heureuses ? Bordeaux prend tout ce qui se présente. Et malgré son entame de championnat chaotique, se retrouve à trois longueurs de Lyon, dauphin du PSG. "On ne se prend pas la tête, tempère Eric Bedouet, on est très heureux de prendre des points, on est beaucoup mieux là que derrière. Maintenant on sait que ça va vite dans tous les sens."

La dernière victoire girondine à Reims en championnat remonte à décembre 1962... - Maxppp
La dernière victoire girondine à Reims en championnat remonte à décembre 1962... © Maxppp - MaxPPP

En Champagne, son équipe va donc tenter de continuer à grappiller. Pas simple. D'abord parce que le Stade de Reims n'a pas gagné un seul de ses cinq derniers matches (trois défaites, deux nuls), qu'il reste sur une claque (4-1) à Paris et qu'il doit réagir. Ensuite parce que le promu ne réussit pas à Bordeaux.

"Chez elle, cette équipe ne va pas faire de cadeaux, assure l'entraîneur. Ils savent que pour se maintenir, il faut prendre des points à la maison. On a joué quatorze matches, il n'y en a eu aucun de facile. En plus on n'a pas beaucoup réussi là bas. C'est l'occasion, les résultats sont là pour être changés."

Eric Bedouet : "On n'a pas beaucoup réussi là bas."