Football

Ligue 1 (J5) - Caen a tendu l'autre joue contre le Paris Saint-Germain (0-6)

Par Boris Letondeur, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) vendredi 16 septembre 2016 à 23:08

Abbatement, dépit, dépassement, résignation, honte... les qualificatifs sont nombreux pour définir les sentiments des Caennais après la nouvelle déculottée inffligée par Paris
Abbatement, dépit, dépassement, résignation, honte... les qualificatifs sont nombreux pour définir les sentiments des Caennais après la nouvelle déculottée inffligée par Paris © Maxppp - Stéphane Geufroi

Six mois après la gifle reçue au Parc des Princes, Stade Malherbe de Caen a une nouvelle fois été giflé par le Paris Saint-Germain en ouverture de la 5ème journée de Ligue 1 (0-6). C'est la plus lourde défaite de l'histoire du club à domicile.

Caen n'a pas appris de ses erreurs. Les Malherbistes ont concédé un deuxième set blanc face au Paris Saint-Germain (0-6). L'attaquant Edinson Cavani, décrié avant la rencontre, a réalisé un festival et inscrit un quadruplé avant la pause. Sorti par son entraineur, il a laissé Lucas et Jean-Kévin Augustin corser l'addition en deuxième période.

Dans un dispositif nouveau cette saison, le 4-2-3-1, le Stade Malherbe se présente face à un Paris Saint-Germain dans le doute après trois matchs sans victoire. Pareille série négative n'était plus arrivée aux Parisiens depuis deux ans. Du côté des Normands, on veut se relancer, tout en sachant que le match face aux quadruples champions de France est toujours compliqué à négocier. Cela dit, Patrice Garande estime avoir cette saison, une équipe plus forte que l'an dernier, capable de ne pas reprendre neuf buts en deux matchs.

Cavani puissance 4

Caen entame le match avec cinq joueurs à vocation offensive (Karamoh, Santini, Rodelin, Bazile et Féret). Le plan de jeu préparé par l'entraineur caennais se fissure au bout de 12 minutes. Edinson Cavani, esseulé au deuxième poteau, reprend un centre de Maxwell, parti dans le dos de Romain Genevois (0-1, 12'). Dans les minutes qui suivent, Caen vacille. Fébrile, Syam Ben Youssef rate sa relance. Lucas intercepte et file au but mais le défenseur malherbiste l'accroche : pénalty indiscutable sifflé par Clément Turpin. Cavani transforme (0-2, 23').

Maladroit depuis le début de la saison, l'Uruguayen Edinson Cavani s'est rattrapé en un seul match. Pas de bol, c'était contre Caen. - Maxppp
Maladroit depuis le début de la saison, l'Uruguayen Edinson Cavani s'est rattrapé en un seul match. Pas de bol, c'était contre Caen. © Maxppp - Stéphane Geufroi

Le troisième but est un copier-coller du premier avec les mêmes acteurs dans les rôles principaux. Di Maria, Maxwell et Cavani pour le triplé (0-3, 38'). Alors que la mi-temps approche et qu'on joue la minute additionnelle accordé par l'arbitre, Paris accélère sur le côté droit. Cette fois, c'est le Blege Thomas Meunier qui centre pour Cavani, à l'efficacité retrouvée (0-4, 45'+1).

Des changements pour un même scénario

A la pause, Patrice Garande bouleverse ses plans. Nicolas Seube, dont c'était le 500ème match en professionnel, et Hervé Bazile sortent. Jordan Adéoti et Ismale Diomandé les remplacent pour que l'équipe puisse changer de dispositif est passer en 3-5-2. A Paris, on préserve le héros du soir, Edinson Cavani laisse sa place à l'espagnol Jesé.

Dès lors, Caen est plus à l'aise, et profite, il faut l'avouer d'une baisse de rythme du PSG. Cela dit, ce n'est pas pour autant que les occasions se créent. Au contraire, c'est Paris qui corse l'addition. Lucas, d'une frappe de 20 mètres, trouve la lucarne malgré la claquette de Rémy Vercoutre (0-5, 67'). Il est imité quelques minutes plus tard par Jean-Kévin Augustin (0-6, 79').

Pour son 500ème match professionnel, Nicolas Seube aurait sûrement rêvé d'une toute autre fête. - Maxppp
Pour son 500ème match professionnel, Nicolas Seube aurait sûrement rêvé d'une toute autre fête. © Maxppp - Stéphane Geufroi

Caen est devenu la victime préférée du Paris Saint-Germain. Le SMC a encaissé 15 buts en trois matchs face aux champions de France, sans jamais réussir à marquer le moindre but. Après cette terrible claque, les Malherbistes vont devoir vite réagir, et loin de ses supporters, à Angers mercredi 21 et Bordeaux, samedi 24. En cas de nouvelles contre-performances, le club normand pourrait se retrouver bien mal placé dans les tréfonds du classement.

Les réactions

"Ce soir on n'a vu qu'une seule équipe. Malgré tous les points forts qui peut y avoir dans cette équipe, on n'a pas réussi à rivaliser. On mérite ce qu'il s'est passé ce soir. On a été inexistant. Le sytème n'est pas a remettre en cause, c'est l’animation des joueurs qui a posé problème. Il va vite falloir relever la tête pour éviter une série négative". Nicolas Seube, milieu de terrain du SM Caen

"On savait qu'on pouvait prendre des buts. On savait aussi qu'on pouvait réagir, mais Paris est très fort. On a mis quelque chose en place qu'on a pas réussi à réaliser. Cavani, tout le monde le critique parce qu'il est un peu maladroit mais il fait tellement d'effort pour son équipe, c'est un des meilleurs attaquants du monde et il l'a prouvé ce soir. Il faut vite effacer cette soirée honteuse, se remettre au travail, parler entre nous. Il faut vitre réagir sinon on va vite descendre vers le bas". Vincent Bessat, défenseur du SM Caen

"Je ne peux pas faire autrement que de prendre la responsabilité de cette défaite. Je me suis trompé sur tout. Je pensais être à l'abri d'un renoncement aussi rapide... Je voulais voir une équipe avec une attitude, un comportement, on n'a pas vu ça. On a vu des joueurs perdus sur le terrain, on a été catastrophique dans tous les domaines. Dans ma composition d'équipe, je ne voulais pas mettre une équipe défensive pour pouvoir poser des problème a Paris. Toutes les choses qu'on avait mis en place, on n'a pas su le faire. Les joueurs n'ont pas perdu leur qualité, il faut plutôt de l'unité, de la solidarité. Pour savoir si c'est un accident, on le saura lors des prochains matchs." Patrice Garande, entraineur du SM Caen

Partager sur :