Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Ligue 1 - Jean-François Soucasse : "Toulouse ? Pas un club qui attend sa mort lente"

-
Par , France Bleu Occitanie

Jean-François Soucasse, président délégué du Toulouse Football Club a balayé l'actualité du club ce mardi. Après cinq saisons très compliquées, les Violets espèrent des jours meilleurs. En misant notamment sur la formation.

Jean-François Soucasse
Jean-François Soucasse © Radio France - Julien Balidas

Toulouse, France

Jean-François Soucasse, président délégué du Toulouse Football Club, s'est présenté devant la presse ce mardi pour la traditionnelle conférence de presse de rentrée. Avec le 15e budget de Ligue 1 (35 millions d'euros), Toulouse se présente "sans certitude mais n'est pas un club résigné." Morceaux choisis. 

Qu'est-ce qui fera que cette saison sera différente des autres ? 

"Quand je regarde l'effectif de cette année, on n'a pas à rougir. On doit avoir l'ambition de retrouver notre place. Avant les quatre, cinq dernières années, le TFC c'était un classement de huitième en moyenne. L'équipe est plus en adéquation au niveau des profils qu'attendaient Alain Casanova. Les jeunes eux, amènent de l'insouciance et un surcroît d'identité. Si on ne croyait pas en ce groupe et en ce staff, on considérerait qu'on n'a plus rien à faire. Je suis persuadé que le TFC a des atouts pour être performant dans les années à venir." 

On entend souvent que l'effectif boucle une saison en deçà de sa valeur supposée...

"On a tous pensé que les effectifs des saisons précédentes devaient nous amener à un classement plus favorable. L'alchimie dans un vestiaire, l'alchimie d'une saison... Il y a des éléments rationnels, d'autres irrationnels. Je n'évacue pas le problème mais c'est une réalité. On n'a pas de certitude, en revanche chaque fois qu"on travaille mieux au centre de formation, chaque fois qu'on met plus de compétences au sein de l'effectif pro, toutes ces actions rendent le club meilleur que l'année précédente. C'est notre conviction. Notre ambition n'est pas de terminer seizième. On n'est pas un club résigné, on n'est pas un club qui attend sa mort lente. Pas du tout."

La bonne forme du Stade Toulousain vous fait-elle du mal ? 

"On entretient des relations particulièrement amicales avec le Stade Toulousain. Il serait stupide d'imaginer qu'on ne puisse pas se réjouir du fait que le club va bien. On n'est pas concurrent. On aurait eu un autre discours s'ils étaient en Ligue 1 avec nous. Est-ce que ça a des conséquences ? Peut-être. Qu'il y a des arbitrages avec les partenaires qui nous sont défavorables parfois, favorables d'autres fois. Il n'y a pas de raison de jalouser. Si le Stade Toulousain va bien, ça fait du bien à tout le monde. Un préjudice ponctuel, peut-être mais on n'a pas cet esprit étriqué. A nous d'aller chercher notre projet et d'être performant."

Une année hommage à Brice Taton

La relation entre direction et supporters est compliquée. Quel message pour eux ? 

"Quand vous êtes dans le monde du football, si vous n'êtes pas capable d'accepter et d'assumer les critiques, il faut vite changer d'activité. La question ce n'est pas de savoir s'il y a une banderole contre nous, c'est le message qui est renvoyé qui m'importe. Il y aussi des changements de génération. On a des supporters de plus en plus jeunes et il y a une forme de frustration. La dernière campagne européenne c'était il y a dix et certains ne l'ont pas connu. Le dialogue n'est absolument pas rompu. On doit avoir une ambition commune. On ne demande pas une confiance absolue mais l'équipe a besoin du soutien des supporters. Cette année, on pensera aussi très fort à Brice Taton, mort il y a dix ans*."

Agustin Rogel blessé, le TFC va-t-il recruter ? 

"On a passé beaucoup de temps et d'énergie à trouver le joueur adéquat qui correspondait à nos critères. Agustin va se faire opérer ce mercredi avec une indisponibilité relativement longue (au moins deux mois). On s'est mis à la recherche de solutions alternatives. La cellule recrutement est pleinement mobilisée."

Le transfert de Wissam Ben Yedder à Monaco va-t-il profiter à Toulouse ?

"C'est une très bonne nouvelle pour le football français si il vient. Effectivement, économiquement ce n'est pas neutre. Pour tous les transferts internationaux, 5% du montant du transfert est reversé aux clubs ayant formé le joueur entre 12 ans et 23 ans. Par le biais de ce mécanisme, le TFC percevra des dividendes si le transfert se fait."

* Le club lui rendra hommage notamment lors du derby contre les Girondins de Bordeaux.