Football

SM Caen - Jonathan Delaplace "Je pourrais comparer mon poste de milieu à celui d'infirmier"

Par Olivier Duc, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) mardi 20 septembre 2016 à 10:34

"Après les matchs, je ne me couche pas avant 03 heures du matin parce qu'on a toujours l'adrénaline du match."
"Après les matchs, je ne me couche pas avant 03 heures du matin parce qu'on a toujours l'adrénaline du match." © Maxppp - S. Geufroy

A 30 ans, Jonathan Delaplace joue sa 2e saison sous le maillot du Stade Malherbe de Caen. Pro sur le tard, le milieu de terrain caennais a participé au bon début de saison du SM Caen avant de se blesser. Son absence s'est fait ressentir au milieu de terrain. Il retrouve le groupe face à Angers.

Jonathan Delaplace porte le maillot du stade Malherbe de Caen depuis l'an passé. Pour sa première saison, le milieu de terrain recruté à Lille avait connu des pépins physiques avant d'enchaîner les matchs sans discontinu depuis avril dernier.

Ses trois premières apparitions pour sa 2e saison caennaise ont confirmé sa montée en puissance avant qu'une blessure ne le prive des deux derniers matchs des footballeurs caennais : à Rennes et face au PSG.

"Il nous met beaucoup de rythme. Il a beaucoup progressé sur le plan technique". Patrice Garande

"C'est un problème parce que déjà il était en pleine forme, estimait son coach Patrice Garande avant le rendez-vous du PSG. L'absence de Jonathan nous prive de vitesse. Il nous met beaucoup de rythme au milieu. Il a beaucoup progressé sur le plan technique. La relation avec Julien (Féret) est très bonne. Le côté positif de la chose c'est que ce sera fini après le match de Paris."

Le milieu de terrain du stade Caennais, une fois son élongation soignée, a repris sa place dans le groupe retenu face à Angers.

Son poste au milieu de terrain associé à julien Féret n'est peut-être pas le plus aisé à percevoir des tribunes. Jonathan Delaplace le définit comme un rôle box to box, comprenez qu'il se projette d'une surface de réparation à l'autre.

"Je pourrais comparer mon poste au diplôme que j'ai eu, c'est à dire d'infirmier, explique Jonathan Delaplace. Dans le sens où on fait un peu le lien entre les défenseurs et les attaquants tout comme dans le milieu médical où l'infirmier fait le lien entre le patient et le médecin. On a un rôle d'intermédiaire qui me correspond plutôt bien."

"Je fais en moyenne 11-12 km par match"

Jonathan Delaplace a débuté sur le tard sa carrière pro (24 ans). Avant d'éclore trois saisons en Belgique à Zulte Waregem et de poursuivre à Lille puis au Stade Malherbe de Caen, le milieu de terrain caennais avait été boudé par les centres de formation en raison de sa taille (1m68). Replacé dans un rôle moins offensif en Belgique, Jonathan Delaplace a trouvé son rôle dans l'entrejeu même si la reconnaissance public de ce poste est inversement proportionnelle aux efforts qu'il demande.

"Il faut courir déjà, il faut une bonne endurance, un bon placement également énumère le joueur caennais. Ce que j'aime bien dans ce poste c'est qu'on défend et qu'on attaque également. C'est être à la fois dans la récupération et se projeter vers l'avant et participer à la finition et être passeur. Je fais en moyenne 11-12 km par match."

"Après tous les matchs, je ne me couche pas avant trois heures du matin généralement, parce qu'on a toujours l'adrénaline du match. On a un petit peu le match en tête également donc on est fatigué mais on ne s'endort très tard."

La saison passée, une succession de petits pépins physiques ne l'ont pas empêché de jouer sa saison la plus complète en Ligue 1 (22 matchs). Cette année, Jonathan Delaplace espère associer régularité dans les titularisations et efficacité devant les buts pour franchir une nouvelle étape. Il n'a plus marqué depuis janvier 2015. L'idée lui trotte dans la tête.

Réécoutez Le Normandie Sport Consacré à Jonathan Delaplace