Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La saison 2020 -2021 du Racing Club de Strasbourg

Ligue 1 : l'entraîneur strasbourgeois Thierry Laurey "fier de son équipe", après le match nul contre Rennes

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Les Strasbourgeois ont fait preuve de solidarité pour arracher un point à la Meinau (1-1) contre Rennes. Après l'ouverture du score de Thomasson, puis l'expulsion de Mitrović, ils ont défendu toute la deuxième mi-temps pour prendre un point et sans doute sauver leur entraîneur Thierry Laurey.

Adrien Thomasson a ouvert le score pour le Racing face à Rennes sur un centre de Kenny Lala
Adrien Thomasson a ouvert le score pour le Racing face à Rennes sur un centre de Kenny Lala © Maxppp - Laurent Réa

C'est un sentiment mitigé qu'ont ressenti les joueurs du Racing Club de Strasbourg après le match nul 1 but partout ce vendredi soir face au Stade Rennais, dans un nouveau match à huis clos au stade de la Meinau. Ils pensaient enfin tenir le bon bout après l'ouverture du score d'un Adrien Thomasson retrouvé, bien servi par Kenny Lala (24ème minute).

Mais l'expulsion de leur capitaine serbe Stefan Mitrović juste avant la pause les a remis en difficulté. En deuxième période, les Strasbourgeois n'ont fait que subir, concédé l'égalisation d'Adrien Hunou (60ème minute), mais finalement préservé le match nul, avec un peu de réussite (reprises de la tête de Hunou sur le poteau et de Léa Siliki juste à côté à l'ultime seconde des arrêts de jeu)".

"C'est un bon point de pris au vu de la physionomie de la deuxième mi-temps, analyse le milieu de terrain Adrien Thomasson. On a su s'accrocher, être solidaire pour conserver ce point. On a fait preuve d'un état d'esprit je dirais retrouvé. On a prouvé qu'on était tous unis dans cette mauvaise période. On ne va pas cracher sur ce point, parce qu'on a joué contre une équipe qui joue la Ligue des champions". 

"S'ils avaient marqué à la 92ème minute, j'aurais pu assister à mon enterrement".

Thierry Laurey, l'entraîneur strasbourgeois, qui jouait sans doute sa survie hier soir, a d'abord manié l'ironie : "S'ils avaient marqué à la 92ème minute (NDLR sur une grosse occasion de Léa-Siliki à l'ultime seconde), j'aurais pu assister à mon enterrement".

Mais le coach du Racing a surtout relevé la belle combativité affichée par ses joueurs pour résister aux assauts bretons en infériorité numérique : "C'est un très bon point, parce qu'à partir du moment où Rennes égalise, tu te dis que ça va être compliqué. J'ai été bluffé par l'état d'esprit des garçons, parce qu'on a rien lâché. Il faut féliciter les garçons. Ils ont montré qu'ils avaient une mentalité, une attitude positive qui allait dans le bon sens. Le match de ce soir nous prouve qu'on continue d'avancer. Je suis fier de la deuxième mi-temps qu'ils ont fait. On a joué à dix, mais on a joué en équipe et c'est ça qui est important".

"On est toujours derrière le coach"

Cette prestation courageuse d'un Racing à nouveau combatif et généreux devrait permettre à Thierry Laurey de rester sur le banc strasbourgeois. "J’espère que le fait d'avoir décroché ce point très important, ça va permettre au coach de souffler un peu et de lui montrer, même si honnêtement il n’avait aucun doute là-dessus, qu'on était toujours derrière lui ", avance Adrien Thomasson, le buteur du soir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess